09 novembre 2009 16:55; Act: 09.11.2009 17:04 Print

L'argent de la drogue au Luxembourg depuis 20 ans

LUXEMBOURG - Depuis 20 ans, de l'argent lié à Pablo Escobar dort bien au chaud au Luxembourg. Parce que les États-Unis ne le réclament pas.

Sur ce sujet
Une faute?

BGL BNP Paribas confirme en partie les informations du Spiegel. De l'argent dort bien depuis 20 ans sur des comptes qui seraient liés au cartel de Medellin, l'organisation du narcotrafiquant Pablo Escobar. «Mais c'est une histoire ancienne», souligne Jean-louis Margues, secrétaire général de la banque. «En cas de soupçons, il existe une procédure qui oblige les banques à collaborer avec les autorités. C'est ce que nous avons fait», indique le banquier qui précise que la BGL n'est pas la seule concernée.

L'affaire date en fait de fin 1989. Les autorités judiciaires luxembourgeoises ont reçu une demande de leurs homologues américains pour bloquer certains comptes soupçonnés d'être liés au cartel de Medellin. Et depuis plus rien, indique Jean-Paul Frising, procureur d'État adjoint. Les États-Unis n'ont jamais relancé le dossier.

«L'argent est saisi, il ne peut pas être manipulé», note Jean-Paul Frising «mais de notre côté les choses s'arrêtent là tant que nous n'avons pas d'indication des autorités américaines». La mort du narcotrafiquant en décembre 1993 a peut-être diminué leur intérêt pour cette affaire. La somme, estimée à environ trois millions d'euros par le Speigel, pourrait dormir longtemps.

Linda Cortey

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).