29 mai 2008 16:33; Act: 29.05.2008 17:54 Print

«Pourra-​​t-​​on recruter quelqu’un sans le voir en vrai?»

En reportage dans le monde virtuel de Second Life, et plus précisément au Working Worlds, le salon virtuel de recrutement pour le Benelux, nous avons rencontré Gary Cywie, recruteur.

Sur ce sujet
Une faute?

Les couloirs de Working Worlds sont pleins de candidats bronzés et aux larges épaules, et de jeunes femmes aux formes élégantes. Normal, direz-vous, nous sommes dans Second Life et les avatars des candidats et recruteurs ont toujours des mensurations de top models.

Dans une des bâtiments aux formes futuristes, rencontre avec Gary Cywie, associé en charge du département Technologies & IP chez Noble & Scheidecker, cabinet d’avocats.

L’essentiel.lu: C'est la première fois que vous participez à un salon virtuel? Gary Cywie, associé en charge du département Technologies & IP chez Noble & Scheidecker, cabinet d’avocats: Oui. Nous avons décidé de participer à cette belle expérience car, étant un cabinet spécialisé également en droit des nouvelles technologies, nous nous devions d'être présents. Ce qui nous a attiré en premier, c'est bien entendu le côté novateur de l’évènement. Ensuite, au niveau des possibilités offertes. Sur Working Worlds, il est possible d'échanger avec des personnes qui habitent loin et que nous n'aurions peut-être jamais rencontré autrement. Nous étendons ainsi notre zone de recrutement.

Vous avez rencontré combien de personnes en ce début d’après-midi? Nous avons rencontré une dizaine de personnes dont une personne Grenobloise, une autre de Paris, une autre du Canada et une dernière de Malaisie. Nous avons mené trois entretiens sérieux (sérieux veut dire que nous envisageons de les rencontrer en personne) ce matin.

Et êtes-vous satisfait, pour l'instant? Oui, plutôt. Je ne pense pas que nous aurions eu autant de candidats en si peu de temps dans la «vraie vie»! Si cela peut déboucher ne fût-ce que sur une embauche, cela en vaut la peine à mon sens. Mais je ne pense pas que, à ce stade, il s'agisse d'une méthode de recrutement qui supplantera un mode plus "classique". C'est néanmoins une méthode complémentaire intéressante. Il faut ajouter que plus ce mode de recrutement sera connu et utilisé par les candidats comme par les recruteurs, plus il sera répandu.

Concernant l'économie que ce mode permet de faire, on peut quand même affirmer qu'il est possible de très rapidement de cerner si le candidat est intéressant ou non ou si le poste ou la société lui convient. Ainsi, parfois en quelques phrases l'entretien est fait. Donc gain de temps et aussi gain en termes de déplacements puisque le candidat peut rester chez lui, tout comme le recruteur au bureau.

Quelque chose vous a-t-il marqué chez les candidats sur Second Life par rapport à la «vie réelle» Disons que le fait qu'ils s'intéressent à ce mode de recrutement est déjà en soi un signe d'une certaine ouverture d'esprit. Par ailleurs, plus spécifiquement dans le cadre de cette «job fair», nous avons remarqué que les candidats ont un profil de haut niveau (soit d'études soit en expérience).

Quelles sont les limites de ce type de recrutement, selon vous? Une question qui peut se poser: arrivera-t-on à recruter quelqu'un sur second life sans le voir dans la «vraie vie»? Et, si oui, quels peuvent êtres les conséquences juridiques d'un tel acte... Il est difficile de recruter quelqu'un alors qu'on ne connaît pas forcement sa réelle identité. Ceci dit, le fait que l'on puisse avoir accès à la CVthèque en avance est intéressant.

Recueilli par Guillaume Guichard

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).