06 novembre 2007 20:03; Act: 07.11.2007 17:59 Print

Vers une hausse durable des prix à la pompe

LUXEMBOURG - Conséquence directe des records continus du pétrole : les carburants augmentent et ce n’est pas prêt de s’arrêter.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Grand-Duché subit les variations du cours du pétrole presque en direct. «Il y a quatre à cinq jours de décalage», précise René Winkin, secrétaire général du Groupement pétrolier luxembourgeois (GPL). Donc, avec les records actuels du pétrole, il n’est pas étonnant de voir les prix s’envoler dans le pays.

Hier, le gasoil a pris quatre centimes d’un coup. Et l'essence deux centimes aujourd'hui.

Pour René Winkin, le baril à 90 dollars va devenir une habitude. «Structurellement, le marché a tendance à augmenter. Alors aujourd'hui, se demander si cette hausse est spéculative ou pas est superflu. La réalité c'est que le pétrole est à 90 dollars et qu'à ce prix-là, on arrive toujours à en vendre de plus en plus».

Donc le diesel risque de rester au-dessus d'un Euro le litre. Surtout qu'en hiver, il a plus tendance à augmenter que l'essence. «L'été, les automobilistes roulent plus, ce qui a une incidence sur le prix de l'essence. Mais pour le diesel, ce sont les camions qui en consomment le plus. Et eux, ils continuent à beaucoup rouler l'hiver», souligne le responsable du GPL.

Autre facteur aggravant, le prix du gasoil dépend aussi de la demande de fioul qui augmente quand le froid arrive. «C'est pour cela que le diesel augmente plus souvent que l'essence en ce moment.». Mais même avec cette hausse, le coût du carburant pour le consommateur n'atteint pas des niveaux records. En Euro constant, le litre d'essence était plus cher en 1980 ou en 1994.

Linda Cortey