26 décembre 2007 21:39; Act: 26.12.2007 21:42 Print

«Pas besoin de régler ses amplis à fond»

LUXEMBOURG - Boîte de nuit ou concert pour le Nouvel An, vos oreilles feront face au bruit. Soyez parés.

  • par e-mail

«L’essentiel»: Sommes-nous tous égaux face au bruit?

Jean-Louis Horvilleur, audioprothésiste et guitariste électrique: Non. Pas plus que devant le risque de coup de soleil. La même dose d’exposition n’aura pas forcément le même impact d’une personne à l’autre.

Quand réalise-t-on que l’audition est touchée?

Hors traumatisme aigu, la baisse s’installe petit à petit avec les surexpositions répétées. Et un beau jour, vous en prenez conscience, par une gêne dans la perception lors d’une conversation ou l’émergence d’un acouphène. Les sensations de «coton dans les oreilles» ou de sifflement sont fréquentes au sortir d’une soirée «suramplifiée». Si elles persistent, se faire traiter au plus vite: plus le temps passe, plus la récupération est difficile.

Comment parer au bruit?

Le plus efficace est que l’ingénieur du son, la salle de concert ou le gérant de boîte de nuit limite le niveau à la source. Les vrais pros savent régler non seulement le volume mais aussi l’égalisation... Seuls les mauvais pensent que les volumes trop élevés sont une condition pour que la soirée soit réussie.

Quelques conseils pour les fêtards une fois sur place...

Pour 15-30 euros, il existe des protections auditives qui ne déforment pas le son. Sinon, il faut éviter de se coller aux baffles, sortir et faire des pauses régulières, de 10 minutes, pendant la soirée pour permettre aux mécanismes de réparation d’agir et prévoir une période de récupération le lendemain. Enfin, s’il y a besoin de crier pour communiquer, sortez...

Recueilli par Séverine Goffin

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).