02 avril 2008 22:02; Act: 02.04.2008 22:05 Print

Quand une plaque d'aggloméré devient «remarquable boiserie»

DIFFERDANGE - Moisie de la cave au plafond, une bâtisse pourrait être classée et torpiller un gros projet immobilier.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail

Joseph Dammé tapote l'aggloméré peint en jaune, sous un grand miroir. «Et ça, ce devrait être de "remarquables boiseries"!». Ironique, le président de la Fabrique d'Église rigole. Depuis plus de deux ans, l'association et les Œuvres paroissiales tentent de vendre des bâtiments qui leur appartiennent. Car le tout est rongé de moisissures et les bénévoles ne peuvent plus l'entretenir.

Mais situés rue Saint-Nicolas, à 200 mètres du centre de Differdange, les immeubles atteignent le million d'euros. Plusieurs promoteurs sont intéressés. Tout aurait donc dû bien se passer.
Mais juste avant la vente, la secrétaire d'État à la Culture, Octavie Modert, propose de classer le principal bâtiment. La raison: «les riches et remarquables ornements de stucs, les boiseries et parquets». Une hérésie selon les propriétaires et la mairie.

Dans une lettre incendiaire à Octavie Modert, mercredi, l'échevin à l'urbanisme, Jean Lorgé, l'accuse de vouloir torpiller le renouveau du centre-ville. Le bâtiment classé, il devient quasi impossible de réaliser le projet d'une trentaine d'appartements, de supérette, de parking, de galerie marchande et de bureaux.

En sous-main, la guerre paraît toute politique. D'après une source proche du dossier, le Fonds du logement avait proposé de racheter le bâtiment, mais son projet n'avait pas été retenu. Il aurait alors appelé la Commission des sites et monuments nationaux pour bloquer la vente. Octavie Modert, partie à Chypre, n'a pas voulu se prononcer.

Isabelle Hartmann

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).