31 juillet 2008 22:12; Act: 01.08.2008 15:22 Print

Un évêque homosexuel divise les anglicans

Le tout premier évêque anglican homosexuel, l’Américain Gene Robinson, résiste et refuse sa mise à l’écart de son Église.

Une faute?

Informé en mars qu’il n’était pas invité à la Conférence de Lambeth, qui réunit tous les dix ans les évêques et archevêques du monde anglican, l’évêque du New Hampshire est tout de même venu se faire entendre en marge de ce synode, mais avec un garde du corps.

«J’ai reçu plusieurs menaces de mort avant de venir ici. C’est pourquoi je dois avoir ces mesures de sécurité pendant le temps que je passerai ici. J’ai reçu des menaces similaires au moment de ma consécration», explique-t-il.

«Je n’ai pas envie d’être un martyr, je veux juste être un bon évêque», dit dans un grand sourire l’Américain, qui porte sur sa chemise violette, affirmant son statut d’évêque anglican, une veste décontractée. Gene Robinson, 61 ans, semble n’avoir que des amis sur le campus de l’université du Kent, où a lieu la Conférence de Lambeth.

Mais le chef de l’Église anglicane, Rowan Williams, qui tente de ressouder son Église, se serait bien passé de sa présence qui exacerbe les tensions entre libéraux et conservateurs au sein de la Communion anglicane sur la question de l’ordination des prêtres homosexuels. 250 ont d'ailleurs boycotté la conférence.