Projet de loi

29 mars 2010 10:05; Act: 29.03.2010 11:56 Print

La Californie pourrait légaliser la fumette

Rendre le cannabis légal pour renflouer les caisses de l'État: c'est ce que pourrait faire la Californie dans les mois à venir. Une potentielle première en Amérique du Nord.

storybild

56% des Californiens sont favorables à la légalisation complète du cannabis, afin de renflouer les comptes de l'État. (photo: afp)

Sur ce sujet
Une faute?

L'usage du cannabis médicinal est déjà permis depuis 14 ans dans cet État de la côte Ouest américaine et suffisamment de signatures ont été recueillies pour que soit organisé un référendum sur la légalisation totale en même temps que les élections de mi-mandat le 2 novembre.

La proposition de loi 2010 pour "Réguler, Contrôler et Taxer le Cannabis" permettra à toute personne de plus de 21 ans de posséder une once (28 grammes) de cannabis et d'en cultiver pour son usage personnel sur une surface maximum de deux m2. Les municipalités et comtés pourront imposer une taxe sur sa consommation.

Débat fait rage

Les partisans de la légalisation estiment que l'État pourrait engranger des recettes d'un milliard et demi de dollars en taxant le cannabis et économiser un autre milliard, actuellement consacré à l'emprisonnement des personnes ayant été condamnées pour possession de cette drogue. Sans compter, les bénéfices des activités commerciales qui seront liées à ce secteur.

Le débat fait rage alors que les opposants assurent que le cannabis légalisé ne rapportera pas de recettes à la Californie et que son adoption dans cet État, le plus peuplé des États-Unis, risque de rendre plus permissives les lois anti-drogues dans ce pays.

56% des Californiens y sont favorables

"Avec la récession, les électeurs réalisent qu'on ne peut pas gaspiller de l'argent à enfermer des gens pour quelque chose qui est plus anodin que l'alcool", résume Salwa Ibrahim, un des responsables de "l'université" Oaksterdam d'Oakland, qui enseigne comment cultiver la marijuana et en faire le commerce.

Richard Lee, un militant connu qui a créé cette "école" en 2007, a investi 1,3 million de dollars dans la campagne qui a permis de collecter le nombre de signatures suffisantes pour poser la question par référendum. "Il y a de plus en plus de partisans de la légalisation", affirme Salwa Ibrahim, soulignant qu'un récent sondage montrait que 56% des Californiens y étaient favorables.

Choix «plus censé»

"Il n'y a pas de supporteurs type. Ils viennent de tous les horizons, ethnies et cultures", ajoute-t-il. La guerre sanglante entre les cartels de la drogue au Mexique voisin, qui a fait 15 000 morts en trois ans, fait réfléchir également l'opinion publique, selon lui. Du côté des opposants à la légalisation, John Lovell de l'association California Peace Officers, est "sûr que cette initiative ne va pas passer".

Selon ce lobbyiste qui représente plusieurs services de police opposés à l'initiative, "l'usage de la drogue va se répandre chez les enfants, les accidents de la route vont augmenter, de même que le crime, et l'État perdra des milliards de dollars". Pour Zachary Risner de Cannabis Club Network, réguler et taxer le cannabis "est plus censé" que de dépenser des millions de dollars chaque année à arrêter, poursuivre et juger les contrevenants.

lessentiel.lu avec AFP

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).