Proposition à New York

28 avril 2010 15:46; Act: 28.04.2010 16:12 Print

Des fonctionnaires au chômage pour faire des économies

Le gouverneur de New York a proposé à quelque 100 000 fonctionnaires de rester à la maison un jour par semaine pour tenter de rééquilibrer les finances de l'État.

storybild

La proposition du gouverneur de New-York consiste à obliger quelque 100 000 focntionnaires de l'État à rester chez eux un jour par semaine, sans qu'ils soient payés. (photo: afp)

Une faute?

David Paterson, qui n'a pas réussi jusqu'à présent à faire voter un budget équilibré par une assemblée d'État particulièrement divisée, a proposé que la plupart des employés de la branche exécutive soient mis au chômage technique un jour par semaine tant que ne serait pas adopté le budget 2010-2011, auquel il manque 9 milliards de dollars pour parvenir à l'équilibre.

"L'État connaît une crise fiscale et une crise de liquidités d'une ampleur inédite et je suis contraint de prendre des mesures difficiles comme celle-ci pour le remettre sur le chemin de la reprise", a expliqué M. Paterson mardi dans un communiqué. Il a cependant déploré le fait que les syndicats représentants les employés de l'État se soient montrés "réticents à faire le nécessaire".

Un gouverneur fragilisé par plusieurs scandales

Sa proposition, qui prendrait effet le 10 mai, consiste à renvoyer chez eux les fonctionnaires une journée par semaine, pour laquelle ils ne seraient donc pas payés, à l'exception de ceux qui travaillent dans les secteurs de la santé et de la sécurité. "Notre rôle est de prendre des décisions difficiles qui sont peut-être impopulaires aujourd'hui mais qui vont nous aider à surmonter la crise", a expliqué le gouverneur.

L'assemblée législative de l'État de New York a refusé d'adopter plusieurs projets de budget de crise proposés successivement par M. Paterson, fragilisé politiquement par une série de scandales et qui ne briguera pas de second mandat lors des élections de novembre.

lessentiel.lu avec AFP

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).