Ligne à haute tenison

23 juillet 2010 15:22; Act: 25.07.2010 17:26 Print

Greenpeace autorisée à porter plainte

LUXEMBOURG - La Cour administrative a autorisé vendredi Greenpeace d’agir en justice contre la Sotel. Celle-ci installe une ligne à haute tension dans une zone protégée.

storybild

Une dizaine de militants de Greenpeace avaient empêché le 26 février la tenue du chantier de la ligne à haite tension dans le forêt entre Differdange et Hussigny-Godbrange. (photo: Greenpeace/dr))

Sur ce sujet

La Cour administrative a donné vendredi son feu vert à Greenpeace de saisir la justice pour stopper les travaux de la Sotel autorisés par le ministère de l'Environnement. En 2008, l'ONG s’était vue refuser le droit de porter plainte contre la Sotel.

«Nous sommes particulièrement satisfaits de cet arrêt, qui ouvre dorénavant l’accès à la justice aux associations et en tout état de cause, un accès complet pour les associations de protection de l’environnement agréées au niveau national», explique Paul Delaunois, directeur de Greenpeace Luxembourg.

Les travaux de construction se déroulent dans la zone protégée Natura 2000 à Differdange. Ces derniers mettent en place une ligne à haute tension afin de relier les aciéries d'Arcelor-Mittal à la France.

Entre-temps les travaux ont été supendus, la coummune de Sanem ayant refusé à la Sotel l'autorisation de bâtir. «Le Luxembourg n’est pas prêt à se connecter directement au réseau électrique nucléaire français», conclut Paul Delaunois.

lessentiel.lu

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).