<< Mitteilung

2019-11-14 17:40

Vallourec publie ses résultats financiers du troisième trimestre et des neuf premiers mois 2019

   
 

 

 

 

 
 
 
   

Résultats du troisième trimestre et des neuf premiers mois 2019

Boulogne-Billancourt (France), le 14 novembre 2019 – Vallourec, un leader mondial des solutions tubulaires premium, annonce aujourd’hui ses résultats du troisième trimestre et des neuf premiers mois 2019. L’information financière consolidée a été présentée par le Directoire au Conseil de Surveillance le 13 novembre 2019.

 Troisième trimestre 2019 :

  

  • Chiffre d’affaires : 1 060 millions d’euros, en hausse de 10 % par rapport au troisième trimestre 2018 (+7 % à taux de change constants)
     
  • Résultat brut d’exploitation (1) : 84 millions d’euros, contre 43 millions d’euros au troisième trimestre 2018
     
  • Flux de trésorerie disponible positif(1) : 26 millions d’euros, contre -153 millions d’euros au troisième trimestre 2018
     
  • Dette nette(1) au 30 septembre 2019 : 2 104 millions d’euros, contre 2 111 millions d’euros au 30 juin 2019
 


 Perspectives pour 2019 :

  

Compte tenu des tendances actuelles sur le plan économique et sur ses marchés (2), le Groupe confirme ses objectifs pour l’année 2019 :

  • une forte croissance du résultat brut d’exploitation, avec au second semestre la confirmation de la génération de résultat brut d’exploitation réalisée au premier semestre ;
     
  • la poursuite de l’amélioration du besoin en fonds de roulement, avec une réduction du nombre de jours en moyenne trimestrielle ;
     
  • des investissements industriels de l’ordre de 180 millions d’euros.
  

Le Groupe vise également un flux de trésorerie disponible positif au quatrième trimestre. 


Sur la base des tendances actuelles de marché et des objectifs énoncés ci-dessus, le Groupe respecterait son covenant bancaire à la fin de l’exercice.

  

       


 

       
Chiffres clés(3)

9M 2019 9M 2018 Variation En millions d'euros T3 2019 T3 2018 Variation
1 771 1 670 6% Production expédiée (milliers de tonnes) 595 583 2%
3 169 2 805 13% Chiffre d'affaires 1 060 961 10%
253 61 192 m€ Résultat brut d'exploitation 84 43 41 m€
8,0% 2,2% 5,8 pts En % du CA 7,9% 4,5% 3,4 pts
(227) (399) 172 m€ Résultat net, part du Groupe (60) (92) 32 m€
(117) (571) 454 m€ Cash-flow disponible 26 (153) 179 m€

(3) Les effets détaillés de l’application d’IFRS 16 sur le résultat brut d’exploitation, la dette nette, la dette de location et le flux de trésorerie disponible sont décrits dans l’analyse des résultats consolidés (pages 4 et 5), la situation financière (pages 6 et 7) et les annexes (pages 13, 14, 15 et 16).

Dette nette

30 sept 2019 30 juin 2019 Variation En millions d'euros 1 janv 2019
Post IFRS 16
31 Déc  2018
2 104 2 111 -7 m€ Dette nette 1 999 2 058

* La dette nette de 2 058 millions d’euros à fin décembre 2018 inclut 59 millions d’euros de dette de location financement.

Commentant ces résultats, Philippe Crouzet, Président du Directoire, a déclaré :

Au troisième trimestre, Vallourec a délivré à nouveau des résultats en progression, avec une forte croissance du résultat brut d’exploitation et un flux de trésorerie disponible positif, démontrant ainsi la solidité du redressement en cours du Groupe.

La détermination des équipes à déployer le Plan de Transformation au cours des dernières années a permis à Vallourec de gagner en compétitivité et de tirer parti du rebond des marchés Pétrole et Gaz dans les régions EA-MEA, comme en témoigne le contrat majeur remporté récemment avec ADNOC.

En Amérique du Nord, le ralentissement de l’activité de forage, qui reflète le maintien d’une forte discipline des opérateurs en matière de gestion de trésorerie, est amplifié par l’ajustement des niveaux de stocks chez les distributeurs. Ce ralentissement devrait conduire à une baisse des livraisons et des prix au dernier trimestre, dont nous visons à atténuer l’impact grâce à la flexibilité de nos opérations industrielles.

Au Brésil, un rebond de nos livraisons Pétrole et Gaz pour des projets offshore est attendu dans la dernière partie de l’année. Il devrait ensuite accélérer en 2020 grâce à une augmentation importante des forages d’exploration dans les gisements offshore en eaux profondes.

Dans ce contexte, nous réitérons notre objectif de croissance forte du résultat brut d’exploitation en 2019 avec, au second semestre, la confirmation de la génération de résultat brut d’exploitation réalisée au premier semestre, le ralentissement en cours sur le marché Pétrole et Gaz en Amérique du Nord étant contrebalancé par un niveau d’activité satisfaisant sur les autres marchés du Groupe, et par des économies plus importantes au second semestre.

Les équipes de Vallourec restent très engagées sur la gestion rigoureuse de la trésorerie et nous visons un flux de trésorerie disponible positif au dernier trimestre de l’exercice.


 

I - CHIFFRE D’AFFAIRES CONSOLIDÉ PAR MARCHÉ

9M 2019 9M 2018 Variation en % A taux de change constants En millions d' euros T3 2019 T3 2018 Variation en % A taux de change constants
2 280  1 991  15% 11% Pétrole et gaz, Pétrochimie 755 706 7% 3%
734 585 25% 26% Industrie & Autres 253 206 23% 20%
155 229 -32% -32% Energie électrique 52 49 6% 6%
3 169 2 805 13% 11% Total 1 060 961 10% 7%

Au troisième trimestre 2019, le chiffre d’affaires s’est établi à 1 060 millions d’euros, en hausse de 10 % par rapport au troisième trimestre 2018 (+7 % à taux de change constants), avec un effet prix/mix positif de 5 %, un effet volume positif de 2 % et un effet de change positif de 3 %. 

Au cours des neuf premiers mois 2019, le chiffre d’affaires s’est élevé à 3 169 millions d’euros, en augmentation de 13 % par rapport aux neuf premiers mois 2018 (+11 % à taux de change constants). L’effet volume a été de +6 %, l’effet prix/mix de +5 % et l’effet de change de +2 %.

Pétrole et gaz, Pétrochimie (71 % du chiffre d’affaires consolidé)

Au troisième trimestre 2019, le chiffre d’affaires Pétrole et Gaz a atteint 671 millions d’euros, en hausse de 7 % par rapport au troisième trimestre 2018 (+4 % à taux de change constants).

  • Dans les régions EA-MEA, le chiffre d’affaires Pétrole et Gaz a fortement progressé, principalement tiré par un effet prix/mix plus favorable, et par les volumes.
  • En Amérique du Nord, le chiffre d’affaires Pétrole et Gaz a reculé par rapport au troisième trimestre 2018 en raison d’une baisse des volumes et des prix, liée au ralentissement en cours du marché onshore aux États-Unis.
  • En Amérique du Sud, le chiffre d’affaires Pétrole et Gaz a reculé par rapport au troisième trimestre 2018, reflétant un faible niveau de livraisons OCTG offshore.

Au cours des neuf premiers mois 2019, le chiffre d’affaires Pétrole et Gaz a atteint 2 066 millions d’euros, en forte croissance (+19 %) par rapport aux neuf premiers mois 2018 (+16 % à taux de change constants), en raison de l’augmentation des volumes livrés dans les régions EA-MEA ainsi qu’à un effet prix/mix plus favorable.

Au troisième trimestre 2019, le chiffre d’affaires Pétrochimie s’est établi à 84 millions d’euros, soit une hausse de 5 % par rapport au troisième trimestre 2018 qui résulte principalement de l’augmentation des volumes vendus au Moyen-Orient, en Asie et en Amérique du Sud (3 % à taux de change constants).
Au cours des neuf premiers mois 2019, le chiffre d’affaires Pétrochimie s’est élevé à 214 millions d’euros, en recul de 17 % par rapport aux neuf premiers mois 2018 (-20 % à taux de change constants), en raison de la baisse des volumes vendus en Amérique du Nord et dans les régions Moyen-Orient et Asie.


 

Industrie & Autres (24 % du chiffre d’affaires consolidé)

Au troisième trimestre 2019, le chiffre d’affaires s’est établi à 253 millions d’euros, en hausse de 23 % par rapport au troisième trimestre 2018 (+20 % à taux de change constants).

  • En Europe, le chiffre d’affaires Industrie a reculé, principalement en raison d’une baisse des volumes dans un contexte économique difficile.
  • Au Brésil, le chiffre d’affaires Industrie & Autres s’est inscrit en nette hausse, tiré par l’augmentation des volumes et des prix du minerai de fer.

Au cours des neuf premiers mois 2019, le chiffre d’affaires Industrie & Autres s’est élevé à 734 millions d’euros, en hausse de 25 % par rapport aux neuf premiers mois 2018 (+26 % à taux de change constants) principalement du fait de la progression du chiffre d’affaires réalisé avec le minerai de fer. Le volume de minerai de fer vendu a augmenté de +28 % par rapport aux neuf premiers mois 2018, du fait des actions mises en œuvre pour renforcer la productivité de la mine. La croissance du chiffre d’affaires a également bénéficié d’une hausse du prix du minerai de fer.

Énergie électrique (5 % du chiffre d’affaires consolidé)

Au troisième trimestre 2019, le chiffre d’affaires Énergie électrique s’est établi à 52 millions d’euros, quasiment stable par rapport au troisième trimestre 2018 (+3 millions d’euros).

Au cours des neuf premiers mois 2019, le chiffre d’affaires a atteint 155 millions d’euros, en baisse de 32 % par rapport aux neuf premiers mois 2018 (-32 % à taux de change constants), en raison du déclin de la demande mondiale pour les centrales conventionnelles au charbon.

II - ANALYSE DES RÉSULTATS CONSOLIDÉS

Analyse des résultats consolidés du troisième trimestre 2019
Au troisième trimestre 2019, le résultat brut d’exploitation s’est établi à 84 millions d’euros, en amélioration de 41 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2018, avec :

  • Une marge industrielle de 177 millions d’euros, en augmentation de 37 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2018 (+2,1 pts), reflétant principalement un effet prix/mix plus favorable dans les marchés pétrole et gaz EA-MEA, une contribution plus importante des opérations minières et les réductions de coûts. Ces éléments ont largement compensé le recul de la contribution de l’Amérique du Nord.
  • Des coûts administratifs, commerciaux et de recherche (SG&A) qui se sont établis à 93 millions d’euros, en baisse de 6 %, soit 8,8 % du chiffre d’affaires à comparer à 10,3 % au troisième trimestre 2018, reflétant le contrôle strict des coûts.
  • Un impact IFRS 16 positif de 9 millions d’euros.

Hors effet IFRS 16 et variations des provisions, le résultat brut d’exploitation du troisième trimestre 2019 s’élève à 64 millions d’euros, à comparer à 28 millions d’euros au troisième trimestre 2018.

Le résultat d’exploitation s’est amélioré de 39 millions d’euros pour passer positif à 10 millions d’euros, principalement grâce à l’augmentation du résultat brut d’exploitation. Un impact IFRS 16 de -6 millions d’euros (amortissement du droit d’usage) est inclus dans les « Amortissements et autres dépréciations », qui se sont élevés à -15 millions d’euros au troisième trimestre 2019, contre -8 millions d’euros au troisième trimestre 2018.

Le résultat financier s’est inscrit en légère amélioration à -56 millions d’euros, contre -60 millions d’euros au troisième trimestre 2018. Il inclut notamment des coûts de couverture de change plus faibles et un impact IFRS 16 négatif de -3 millions d’euros (charges d’intérêts sur dette de location).

L’impôt sur les bénéfices s’est établi à -17 millions d’euros au troisième trimestre 2019, principalement liés à la charge d’impôt des activités brésiliennes, à comparer à un montant de -2 millions d’euros d’impôt comptabilisé au troisième trimestre 2018.

Le résultat net, part du Groupe, est une perte nette en amélioration de 32 millions d’euros, à -60 millions d’euros, contre -92 millions d’euros au troisième trimestre 2018.

Analyse des résultats consolidés des neuf premiers mois 2019
Le résultat brut d’exploitation des neuf premiers mois 2019 s’est établi à 253 millions d’euros, en amélioration de 192 millions d’euros par rapport aux neuf premiers mois 2018, avec :

  • Une marge industrielle de 558 millions d’euros, en augmentation de 185 millions d’euros par rapport aux neuf premiers mois 2018 (+4,3 pts), reflétant principalement une hausse des volumes et un effet prix/mix plus favorable en Pétrole et Gaz dans les régions EA-MEA, une contribution plus importante des opérations minières, et des réductions de coûts. Ces éléments ont compensé le recul de l’activité Pétrole et Gaz en Amérique du Sud.
  • Des coûts administratifs, commerciaux et de recherche (SG&A) à 291 millions d’euros, en baisse de 3 %, représentant 9,2 % du chiffre d’affaires contre 10,7 % du chiffre d’affaires des neuf premiers mois 2018.
  • Un impact IFRS 16 positif de 25 millions d’euros.

Hors effet IFRS et variations des provisions, le résultat brut d’exploitation des neuf premiers mois 2019 s’est élevé à 226 millions d’euros, à comparer à 32 millions d’euros pour les neuf premiers mois 2018.

Le résultat d’exploitation, en amélioration de +226 millions d’euros, s’est établi à -8 millions d’euros, contre -234 millions d’euros pour les neuf premiers mois 2018, grâce à la progression du résultat brut d’exploitation et à la réduction des charges de « Cessions d’actifs, restructurations et autres » (en baisse de 53 millions d’euros). Les « Amortissements et autres dépréciations » de -44 millions d’euros incluent un impact IFRS 16 de -20 millions d’euros (amortissement du droit d’usage).

Le résultat financier est négatif à -178 millions d’euros, contre -165 millions d’euros pour les neuf premiers mois 2018, principalement en raison de charges d’intérêts plus élevées et de l’impact IFRS 16 sur la dette de location (-8 millions d’euros), compensés en partie par une diminution des frais de couverture de change.

L’impôt sur les bénéfices s’est établi à -39 millions d’euros, principalement liés à l’activité au Brésil, à comparer à un montant non significatif pour les neuf premiers mois 2018.

Le résultat net, part du Groupe, est une perte nette en réduction de 172 millions d’euros, à -227 millions d’euros, contre -399 millions d’euros pour les neuf premiers mois 2018.


 

III – FLUX DE TRÉSORERIE & SITUATION FINANCIÈRE

Flux de trésorerie générés par l’activité

Les flux de trésorerie générés par l’activité se sont établis à -2 millions d’euros au troisième trimestre 2019, contre -54 millions d’euros au troisième trimestre 2018. Ils sont positifs, à 8 millions d’euros, pour les neuf premiers mois 2019, contre -198 millions d’euros pour les neuf premiers mois 2018.

Besoin en fonds de roulement lié à l’activité
Au troisième trimestre 2019, le besoin en fonds en roulement lié à l’activité a diminué de 71 millions d’euros, alors qu’il avait augmenté de -73 millions d’euros au troisième trimestre 2018. Le besoin en fonds de roulement net s’est amélioré en nombre de jours de chiffre d’affaires : il a été ramené à 105 jours, contre 124 jours à la fin du troisième trimestre 2018.

Pour les neuf premiers mois 2019, le besoin en fonds de roulement lié à l’activité a augmenté de -46 millions d’euros, contre une augmentation de -309 millions d’euros pour les neuf premiers mois 2018.
En moyenne trimestrielle sur les trois premiers trimestres de 2019, le besoin en fonds de roulement net a été ramené à 110 jours de chiffre d’affaires contre 120 jours pour la même période de l’exercice précédent.

En moyenne trimestrielle, l’objectif est d’améliorer le besoin en fonds de roulement net en nombre de jours de chiffre d’affaires pour 2019 par rapport aux 113 jours enregistrés pour 2018, même si la comparaison entre le quatrième trimestre 2019 et le quatrième trimestre 2018 en nombre de jours de chiffre d’affaires subira probablement l’effet d’un mix client moins favorable.

Investissements industriels
Les investissements industriels se sont établis à -43 millions d’euros au troisième trimestre 2019, contre -26 millions d’euros au troisième trimestre 2018, et à -79 millions d’euros pour les neuf premiers mois 2019 contre -64 millions d’euros pour les neuf premiers mois 2018.

Flux de trésorerie disponible
Au troisième trimestre 2019, le Groupe a généré un flux de trésorerie disponible positif de 26 millions d’euros, contre un flux de trésorerie disponible négatif de -153 millions d’euros au troisième trimestre 2018, grâce à l’augmentation du résultat brut d’exploitation et à l’amélioration de la performance dans la gestion du besoin en fonds de roulement.
Au cours des neuf premiers mois 2019, le Groupe a généré un flux de trésorerie disponible négatif de -117 millions d’euros, en amélioration de 454 millions d’euros par rapport au flux de trésorerie disponible de -571 millions d’euros des neuf premiers mois 2018.

Dette nette et liquidité

Au 30 septembre 2019, la dette nette a légèrement diminué à 2 104 millions d’euros, contre 2 111 millions d’euros au 30 juin 2019. Elle était de 1 999 millions d’euros au 1er janvier 2019. Pour rappel, 59 millions d’euros de dette nette ont été reclassés en dette de location au 1er janvier 2019 en application de la norme IFRS 16 (cf. tableau en page 15).   

Le Groupe bénéficie d’une bonne position de liquidité. Au 30 septembre 2019, il disposait de 1 088 millions d’euros de trésorerie et de 1 128 millions d’euros de lignes de crédit bancaire non tirées sur un montant total de 2 128 millions d’euros de lignes de crédit bancaire confirmées.

À la même date, la dette long terme s’élevait à 1 745 millions d’euros et la dette court terme à 1 447 millions d’euros, dont 105 millions d’euros de billets de trésorerie et 1 000 millions d’euros tirés sur 2 128 millions d’euros de lignes de crédit bancaire confirmées.  

Le placement privé de 400 millions d’euros a été remboursé à l’échéance (2 août 2019).

Au 30 septembre 2019, le ratio d’endettement retraité (« covenant bancaire ») tel que défini dans les contrats bancaires (4) et testé une fois par an au 31 décembre, est estimé à 81 %. L’entrée en vigueur de l’lFRS 16 est sans effet sur le ratio « covenant bancaire ».

IV – PLAN DE TRANSFORMATION

Plan de restructuration en Allemagne
Les nouvelles initiatives annoncées en février 2019 pour accélérer le redressement sont en cours de déploiement, notamment en Allemagne. Dans ce pays, les effectifs ont été réduits de 55 personnes au troisième trimestre, en plus des 241 réductions de postes déjà enregistrées au premier semestre, sur un objectif de 600 départs d’ici fin 2020.

Énergie électrique conventionnelle
La hausse des tarifs douaniers appliqués par les autorités chinoises depuis juin 2019 à une part importante des tubes en acier fabriqués en Allemagne à destination du marché chinois de l’énergie électrique conventionnelle rend désormais la cession de cette activité peu probable. Le Groupe évalue donc actuellement différents scénarios industriels et sociaux.


 

V – PRINCIPALES TENDANCES DE MARCHÉ

Pétrole et Gaz

  • Dans les régions EA-MEA, le Groupe devrait continuer à bénéficier d’un marché attractif, notamment pour les aciers spéciaux pour lesquels l’équilibre entre l’offre et la demande devrait rester tendu. 
     
  • En Amérique du Nord, les opérateurs maintenant une forte discipline en matière d’investissements, les distributeurs ajustent leurs niveaux de stock, ce qui conduit à une baisse attendue de nos expéditions et de nos prix au quatrième trimestre.
     
  • En Amérique du Sud, un rebond des livraisons au Brésil est attendu dans la dernière partie de l’année, pour ensuite accélérer en 2020, grâce à une augmentation importante des forages d’exploration dans les gisements offshore en eaux profondes. 

Industrie & Autres

  • En Europe, la demande demeure faible avec une pression sur les volumes et les prix, en particulier en Allemagne.
     
  • Au Brésil, la production de minerai de fer devrait atteindre environ 6 millions de tonnes en 2019.
     
  • Un effet de change favorable est attendu en 2019.
     
  • S’agissant des matières premières, les prix de la ferraille ont baissé au cours des derniers trimestres.

Matières premières et devises

VI –PERSPECTIVES POUR 2019

Compte tenu des tendances actuelles sur le plan économique et sur ses marchés (5), le Groupe confirme ses objectifs pour l’exercice 2019 :
             

  • une forte croissance du résultat brut d’exploitation, avec au second semestre la confirmation de la génération de résultat brut d’exploitation réalisée au premier semestre ;
     
  • la poursuite de l’amélioration du besoin en fonds de roulement, avec une réduction du nombre de jours en moyenne trimestrielle ;
     
  • des investissements industriels de l’ordre de 180 millions d’euros.

             

Le Groupe vise également un flux de trésorerie disponible positif au quatrième trimestre. 


Sur la base des tendances actuelles de marché et des objectifs énoncés ci-dessus, le Groupe respecterait son covenant bancaire à la fin de l’exercice.


 

Réflexions et informations prospectives

Ce communiqué de presse contient des réflexions et des informations prospectives. De par leur nature, ces réflexions et informations comprennent des projections financières et des estimations ainsi que les hypothèses sur lesquelles celles-ci reposent, des déclarations portant sur des projets, des objectifs et des attentes concernant des opérations, des produits et services ou les performances futures. Bien que la Direction de Vallourec estime que ces réflexions et informations prospectives sont raisonnables, Vallourec ne peut garantir leur exactitude ou leur exhaustivité. Ces réflexions et informations prospectives sont soumises à de nombreux risques et incertitudes qui sont difficiles à prévoir et généralement en dehors du contrôle de Vallourec, qui peuvent impliquer que les résultats et événements effectivement réalisés diffèrent significativement de ceux qui sont exprimés, induits ou prévus dans les réflexions et les informations prospectives. Ces risques comprennent ceux qui sont développés ou identifiés dans les documents publics déposés par Vallourec auprès de l’AMF, y compris ceux énumérés dans la section « Facteurs de Risques » du Document de référence déposé auprès de l’AMF le 29 mars 2019.

Présentation des résultats du troisième trimestre de l’exercice 2019

Conférence téléphonique en anglais et audio webcast à 18 h 30 (heure de Paris)
             

  • Pour écouter l’audio webcast : https://channel.royalcast.com/webcast/vallourec-en/20191114_1/
     
  • Pour participer à la conférence, veuillez composer le (utiliser le mot de passe « Vallourec ») :
    • +44 (0) 20 3003 2666    (Royaume-Uni)
    • +33 (0) 1 7099 4740      (France)
    • +1 212 999 6659           (États-Unis)
       
  • L’audio webcast et la présentation seront disponibles sur le site web à l’adresse suivante : http://www.vallourec.com/EN/GROUP/FINANCE


 

À propos de Vallourec

Leader mondial sur ses marchés, Vallourec fournit des solutions tubulaires de référence pour les secteurs de l’énergie et pour d’autres applications parmi les plus exigeantes : des puits de pétrole et de gaz en conditions extrêmes aux centrales électriques de dernière génération, en passant par des projets architecturaux audacieux et des équipements mécaniques ultra-performants. Fidèle à son esprit pionnier et fort d’une R&D de pointe, Vallourec ne cesse de repousser les frontières technologiques. Implanté dans une vingtaine de pays, au plus près de ses clients, le Groupe rassemble près de 19 000 collaborateurs passionnés et engagés qui offrent bien plus que des tubes : ils proposent des solutions toujours plus innovantes, fiables et compétitives, pour rendre possibles tous les projets.

Coté sur Euronext à Paris (code ISIN : FR0000120354, Ticker VK) et éligible au Service de Règlement Différé (SRD), Vallourec fait partie des indices SBF 120 et Next 150.

Aux États-Unis, Vallourec a mis en place un programme sponsorisé d’American Depositary Receipt (ADR) de niveau 1 (code ISIN : US92023R2094, Ticker : VLOWY). La parité entre l’ADR et l’action ordinaire Vallourec est de 5 pour 1.

Calendrier

  
19 février 2020 Publication des résultats de l’exercice 2019

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Relations investisseurs
Jean-Marc Agabriel
Tél : +33 (0)1 49 09 39 77
investor.relations@vallourec.com
Relations presse
Héloïse Rothenbühler
Tél : +33 (0)1 41 03 77 50
heloise.rothenbuhler@vallourec.com
 

Relations actionnaires individuels
N° Vert : 0 800 505 110
actionnaires@vallourec.com

 
 

 

                                              
                                                                                                                                                                  


 

Annexes

Pièces jointes à ce communiqué :

  • Production expédiée
  • Taux de change
  • Chiffre d’affaires par zone géographique
  • Chiffre d’affaires par marché
  • Compte de résultat consolidé résumé
  • Bilan consolidé résumé
  • Dette de location IFRS 16
  • Covenant bancaire
  • Tableau des flux de trésorerie
  • Flux de trésorerie disponible
  • Définitions des données financières à caractère non strictement comptable

Production expédiée

En milliers de tonnes 2019 2018 Variation
       
T1 571 515 11%
T2 605 572 6%
T3 595 583 2%
T4   694  
       
Total 1 771 2 364  

 

Taux de change

Taux de change moyen 9M 2019 9M 2018
EUR / USD 1,12 1,19
EUR / BRL 4,36 4,30
USD / BRL 3,88 3,60


 

Chiffre d’affaires par zone géographique

En millions d'euros 9M En % 9M En % Variation   T3 En % T3 En % Variation
  2019 du CA 2018 du CA en %   2019 du CA 2018 du CA en %
                       
Europe 457 14% 427 15% 7%   146 14% 132 14% 11%
Amérique du Nord 981 31% 964 34% 2%   313 30% 360 37% -13%
Amérique du Sud 508 16% 469 17% 8%   179 17% 152 16% 18%
Asie et Moyen-Orient 883 28% 767 28% 15%   334 31% 240 25% 39%
Reste du Monde 340 11% 178 6% 91%   88 8% 77 8% 14%
                       
Total 3 169 100% 2 805 100% 13%   1 060 100% 961 100% 10%

Chiffre d’affaires par marché

9M En % 9M En % Variation En millions d'euros T3 En % T3 En % Variation
2019 du CA 2018 du CA en %   2019 du CA 2018 du CA en %
                    
2 066 65% 1 732 62% 19% Pétrole et gaz 671 63% 626 65% 7%
214 7% 259 9% -17% Pétrochimie 84 8% 80 8% 5%
2 280 72% 1 991 71% 15% Pétrole et gaz, Pétrochimie 755 71% 706 73% 7%
                  
291 9% 323 12% -10% Mécanique 90 8% 120 13% -25%
92 3% 115 4% -20% Automobile 29 3% 37 4% -22%
351 11% 147 5% 139% Construction & autres 134 13% 49 5% 173%
734 23% 585 21% 25% Industrie & Autres 253 24% 206 22% 23%
                     
155 5% 229 8% -32% Energie électrique 52 5% 49 5% 6%
                  
3 169 100% 2 805 100% 13% Total 1 060 100% 961 100% 10%

Compte de résultat consolidé résumé
 

9M 2019 9M 2018 % de variation En millions d'euros T3 2019 T3 2018 % de variation
3 169 2 805 13% CHIFFRE D'AFFAIRES 1 060 961 10%
(2 611) (2 432) 7% Coûts industriels des produits vendus* (883) (821) 8%
558 373 50% Marge industrielle 177 140 26%
17,6% 13,3% 4,3 pts (En % du CA) 16,7% 14,6% 2,1 pts
(291) (299) -3% Coûts administratifs, commerciaux et de recherche * (93) (99) -6%
(14) (13) 8% Autres - 2 na
253 61 192 m€ RESULTAT BRUT D'EXPLOITATION (6) 84 43 41 m€
8,0% 2,2% 5,8 pts RBE/Chiffre d'affaires en % 7,9% 4,5% 3,4 pts
(183) (197) -7% Amortissements industriels (57) (63) -10%
(44) (26) na Amortissements et autres dépréciations (7) (15) (8) na
(30) (15) na Dépréciations d'actifs (9) (1) na
(4) (57) na Cession d'actifs, restructuration et autres 7 - na
(8) (234) 226 m€ RESULTAT D'EXPLOITATION 10 (29) 39 m€
(178) (165) 8% Résultat financier (8) (56) (60) -7%
(186) (399) 213 m€ RESULTAT AVANT IMPOT (46) (89) 43 m€
(39) (2) na Impôt sur les bénéfices (17) (2) na
(2) 2 na Quote-part dans les résultats nets des entreprises associées (1) 1 na
(227) (399) 172 m€ RESULTAT NET TOTAL (64) (90) 26 m€
- - na Participations ne donnant pas le contrôle 4 (2) na
(227) (399) 172 m€ RESULTAT NET, PART DU GROUPE (60) (92) 32 m€
(0,5) (0,9) 0,4€ RESULTAT NET PAR ACTION (en €) (0,1) (0,2) 0,1€

Les effets d’IFRS 16 sur le compte de résultat comprennent :     9 premiers mois 2019    T3 2019
(6) Retrait des charges locatives du résultat brut d’exploitation :    +25 M€                         +9 M€
(7) Amortissement du droit d’usage :                                           -20 M€                          -6 M€
(8) Charges d’intérêts sur la dette de location :                             -8 M€                            -3 M€

na = non applicable
(*) Avant amortissements


 

Bilan consolidé résumé

En millions d'euros              
Actif 30 Sept 1 Janv 31 Déc Passif 30 Sept 1 Janv 31 Déc
2019 2019 2018 2019 2019 2018
    Post IFRS 16       Post IFRS 16  
        Capitaux propres, part du Groupe * 1 588 1 802 1 802
        Intérêts attribuables aux participations ne donnant pas le contrôle 526 462 462
Immobilisations incorporelles nettes 63 71 71 Total des capitaux propres 2 114 2 264 2 264
Écarts d'acquisition 374 358 358 Prêt actionnaire  20 29 29
Immobilisations corporelles nettes 2 664 2 777 2 691 Emprunts et dettes financières (A) 1 745 1 746 1 797
Actifs biologiques 66 60 60 Dette de location non courante (D) 101 115 -
Entreprises associées 132 134 134 Engagements envers le personnel 243 214 214
Autres actifs non courants 150 156 156 Impôts différés passifs 13 15 15
Impôts différés actifs 273 250 250 Autres provisions et passifs 67 50 50
Total actifs non courants 3 722 3 806 3 720 Total passifs non courants 2 169 2 140 2 076
               
        Provisions 108 136 136
Stocks et en-cours 1 099 1 135 1 135 Emprunts et concours bancaires courants (B) 1 447 993 1 001
Clients et comptes rattachés 682 599 599 Dette de location courante (E) 28 30 -
Instruments dérivés - actifs 6 3 3 Fournisseurs 561 582 582
Autres actifs courants 231 216 216 Instruments dérivés - passif 49 32 32
Trésorerie et équivalents de trésorerie (C) 1 088 740 740 Autres passifs courants 332 293 293
Total actifs courants 3 106 2 693 2 693 Total passifs courants 2 525 2 066 2 044
               
TOTAL ACTIF 6 828 6 499 6 413 TOTAL PASSIF 6 828 6 499 6 413
            
* Résultat net, part du Groupe (227)   (502)      
            
Dette nette (A+B-C) 2 104 1 999 2058 (9)     
(9) Dette nette de 2 058 millions d'euros à fin décembre 2018 incluant 59 millions d'euros de dette de location  
        
Dette de location (D+E) 129 145 *     
* Cf. détail sur la dette de location IFRS 16 en page 15     


 

Dette de location IFRS 16

30 sept 2019 Variation vs
1 Jan 2019
En millions d'euros 1 Jan 2019
post IFRS 16
31 déc. 2018
52 -7 m€ Dette de location financement (10) 59 59
77 -9 m€ Dette de location opérationnelle (11) 86 -
129 -16 m€ Total dette de location (IFRS 16) (12) 145 -

(10) Incluse dans la dette nette avant application de la norme IFRS 16 ; retraitée en dette de location à compter du 1er janvier 2019
(11) Dette de location opérationnelle enregistrée dans les éléments hors bilan avant l’adoption d’IFRS 16 ; comptabilisation en dette de location à partir du 1er janvier 2019
(12) - Nouveaux éléments (dettes de location courantes et non courantes) identifiés au bilan en application d’IFRS 16
     - Au 30 septembre 2019, la dette de location de 129 millions d’euros est constituée de :      
101 millions d’euros de dette de location non courante
  28 millions d’euros de dette de location courante

Covenant bancaire

Tel que défini dans les contrats bancaires, le « covenant bancaire » est le ratio de l’endettement net consolidé du Groupe incluant le prêt actionnaire au Brésil et la « dette de location financement » comprise dans la dette nette au 31 décembre 2018 (sans la « dette de location opérationnelle ») sur les capitaux propres du Groupe retraités des réserves de variation de juste valeur des instruments financiers et des réserves de conversion. Ce ratio d’endettement est testé une fois par an, le 31 décembre, et doit être inférieur à un plafond de 100 % à cette date.

En millions d'euros 30 Sept 2019 30 juin 2019 31 Déc 2018
Dette nette 2 104 2 111 2 058
Dette de location financement (Incluse dans la dette nette au 31 Déc 2018) 52 56 -
Prêt actionnaire 20 31 29
Dette nette retraitée (a) 2 176 2 198 2 087
Capitaux propres Groupe 2 114 2 185 2 264
Réserves de conversion 548 582 624
Réserves - variation de juste valeur des instruments financiers 28 - 8
Capitaux Groupe retraités (b) 2 690 2 767 2 896
Ratio d'endettement retraité = (a) / (b) 81% 79% 72%


 

Tableau des flux de trésorerie

9M 9M En millions d'euros T3 T3 T2 T1
2019 2018   2019 2018 2019 2019
8 (198) Flux de trésorerie générés par l’activité (2) (54) 39 (29)
(46) (309) Variation du besoin en fonds de roulement lié à l'activité [+ baisse, (hausse)] 71 (73) (4) (113)
(38) (507) Flux nets de trésorerie générés
par l'activité
69 (127) 35 (142)
(79) (64) Investissements industriels bruts (43) (26) (19) (17)
12 16 Cessions d'actifs et autres éléments (13) (19) (10) (2) 33
(105) (555) Variation de l'endettement net
[+ baisse, (hausse)]
7 (163) 14 (126)
2 104 2 097 Dette nette (fin de période) (14) 2 104 2 097 2 111 2 125

 (13) Le 19 février 2019, Sumitomo Corporation a participé, via un apport en numéraire, à une augmentation de capital de Vallourec Star, filiale de Vallourec aux États-Unis, au prorata de sa participation au capital en pourcentage (19,47 %), pour un montant de 59 millions de dollars US (52 millions d’euros).

(14) La dette de location financement (52 millions d’euros au 30 septembre 2019), précédemment incluse dans la dette nette, est maintenant comptabilisée en dette de location (IFRS 16).

Flux de trésorerie disponible

9M 9M Variation En millions d'euros T3 T3 Variation
2019 2018     2019 2018  
8 (198) 206 m€ Flux de trésorerie générés par l’activité (A) (2) (54) 52 m€
(46) (309) 263 m€ Variation du BFR lié à l'activité (B)
+ baisse, (hausse)
71 (73) 144 m€
(79) (64) -15 m€ Investissements industriels bruts (C) (43) (26) -17 m€
(117) (571) 454 m€ Flux de trésorerie disponible (A)+(B)+(C) 26 (153) 179 m€

* Impact IFRS 16 sur :

- le flux de trésorerie disponible des neuf premiers mois 2019 : 17 millions d’euros (impact de 25 millions d’euros sur le résultat brut d’exploitation moins 8 millions d’euros de charges d’intérêts sur la dette de location)

- le flux de trésorerie disponible du troisième trimestre 2019 : 6 millions d’euros (impact de 9 millions d’euros sur le résultat brut d’exploitation moins 3 millions d’euros de charges d’intérêts sur la dette de location)


 

Définitions des données financières à caractère non strictement comptable

Besoin en fonds de roulement : défini comme les créances clients plus les stocks moins les dettes fournisseurs (hors provisions).

Besoin en fonds de roulement net : défini comme le besoin en fonds de roulement net des provisions pour stock et créances clients ; les jours de besoin en fonds de roulement net sont calculés sur la base des ventes trimestrielles annualisées.

Besoin en fonds de roulement lié à l’activité : inclut le besoin en fonds de roulement et les autres créances et dettes.

Covenant bancaire (ou ratio d’endettement retraité) : tel que défini dans les contrats bancaires, le « covenant bancaire » est le ratio de l’endettement net consolidé du Groupe incluant  le prêt actionnaire au Brésil et la « dette de location financement » comprise dans la dette nette au 31 décembre 2018 (sans la « dette de location opérationnelle ») sur les capitaux propres du Groupe retraités des réserves de variation de juste valeur des instruments financiers et des réserves de conversion. Ce ratio d’endettement est testé une fois par an, le 31 décembre, et doit être inférieur à un plafond de 100 % à cette date.

Dette de location : à partir du 1er janvier 2019, la dette de location est définie comme la valeur actualisée des engagements de loyers futurs. 

Dette nette : la dette nette consolidée se définit comme les emprunts et dettes financières non courants + emprunts et concours bancaires courants - trésorerie et équivalents de trésorerie. À partir du 1er janvier 2019, la dette nette exclut la dette de location financement.

Données à taux de change constants : les données présentées « à taux de change constants » sont calculées en neutralisant l’effet de conversion en euro du chiffre d’affaires des sociétés du Groupe dont la devise fonctionnelle n’est pas l’euro. L’effet de change de conversion est neutralisé par l’application des taux de change de l’année N-1 au chiffre d’affaires de l’année N de ces sociétés.

Flux de trésorerie disponible : le flux de trésorerie disponible se définit comme le flux de trésorerie généré par l'activité minoré des investissements industriels bruts et majoré/minoré de la variation du besoin en fonds de roulement lié à l’activité.

Investissements industriels bruts : les investissements industriels bruts se définissent comme la somme des décaissements liés aux acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles et ceux liés aux acquisitions d’actifs biologiques.

Marge industrielle : la marge industrielle se définit comme la différence entre le chiffre d’affaires et les coûts industriels des produits vendus (c’est-à-dire après imputation des coûts industriels variables et des coûts industriels fixes), hors amortissements.





 

([1]) Les effets détaillés de l’application d’IFRS 16 sur le résultat brut d’exploitation, la dette nette, la dette de location et le flux de trésorerie disponible sont décrits dans l’analyse des résultats consolidés (pages 4 et 5), la situation financière (pages 6 et 7) et les annexes (pages 13, 14,15 et 16).



 

([2]) Cf. paragraphe « Réflexions et informations prospectives »



 

(4) Covenant bancaire : Tel que défini dans les contrats bancaires, le « covenant bancaire » est le ratio de l’endettement net consolidé du Groupe incluant le prêt actionnaire au Brésil et la « dette de location financement » comprise dans la dette nette au 31 décembre 2018 (sans la « dette de location opérationnelle ») sur les capitaux propres du Groupe retraités des réserves de variation de juste valeur des instruments financiers et des réserves de conversion. Ce ratio d’endettement est testé une fois par an, le 31 décembre, et doit être inférieur à un plafond de 100 % à cette date.



 

5) Cf. paragraphe « Réflexions et informations prospectives »



 

 

 

Pièce jointe

Indizes

LU0916829079 643.9291 (+0.26%)

Aktien und Anleihen

Aktie Kurs Letz. +/-
Aperam (EUR) 28.77 28.1 +2.38%
ArcelorMittal (EUR) 16.23 16.1 +0.81%
BlueMarHoldings (EUR) 3.8 4.0 -5.00%
Brederode (EUR) 77.0 76.8 +0.26%
EDIFY act. ord. (EUR) 53.0 53.0 +0.00%
HellaGmbHKGaa (EUR) 49.22 49.2 +0.04%
ImmoLux-Airport (EUR) 6.4 6.1 +4.92%
Luxempart (EUR) 53.5 54.0 -0.93%
RTLGroup (EUR) 42.7 42.56 +0.33%
ReinetInvest (EUR) 16.0 16.1 -0.62%
SEO .prvB (EUR) 228.0 240.0 -5.00%
SEO 1/5prvB (EUR) 40.2 44.4 -9.46%
SES FDR (EUR) 11.725 11.905 -1.51%
SocFinCaoutchcs (EUR) 26.2 26.2 +0.00%
Socfinaf (EUR) 11.0 11.0 +0.00%
Socfinasia (EUR) 15.2 15.1 +0.66%
Vonovia (EUR) 46.51 46.42 +0.19%
Anleihe Kurs Letz. +/-
AXA 5,25% 16/04/2040 (EUR) 101.825 101.831 -0.01%
AirbusFinan 2,375% 02/04/2024 (EUR) 109.537 109.427 +0.10%
Astaldi 7,125% 01/12/2020 (EUR) 17.765 18.033 -1.49%
BASF 2,5% 22/01/2024 (EUR) 109.946 109.86 +0.08%
BNGBank 4,375% 16/02/2021 (USD) 102.977 102.951 +0.03%
BarclaysBank 4,75% pp (EUR) 99.438 99.478 -0.04%
Bayer 1,875% 25/01/2021 (EUR) 101.805 101.815 -0.01%
Bayer 2,375% 02/04/2075 (EUR) 102.334 102.185 +0.15%
BenOldmanESB 10% 23/10/2021 (EUR) 102.0 102.0 +0.00%
Bombardier 6,125% 15/05/2021 (EUR) 104.571 104.285 +0.27%
Bouygues 3,625% 16/01/2023 (EUR) 111.902 111.897 +0.00%
CasinoGuichardP FRN pp (EUR) 38.478 38.541 -0.16%
CmaCgm 7,75% 15/01/2021 Reg S (EUR) 95.924 95.599 +0.34%
Colombia 8,375% 15/02/2027 (USD) 123.0 124.55 -1.24%
Daimler 2% 25/06/2021 (EUR) 103.261 103.279 -0.02%
DeutscheBank 2,2% 17/11/2020 (USD) 98.73 98.71 +0.02%
DtscheLufthansa 5,125% 12/08/2075 (EUR) 105.368 105.395 -0.03%
EFSF 1,875% 23/05/2023 (EUR) 107.825 107.785 +0.04%
EFSF 2,25% 05/09/2022 (EUR) 107.482 107.466 +0.01%
ENI 1,75% 18/01/2024 (EUR) 107.103 107.055 +0.04%
GazCapital 8,625% 28/04/2034 (USD) 147.427 147.048 +0.26%
GiePsaTresor 6% 19/09/2033 (EUR) 146.0 145.3 +0.48%
HeidelbergFinLu 7,5% 03/04/2020 (EUR) 102.39 102.449 -0.06%
HornbachBau 3,875% 15/02/2020 (EUR) 100.759 100.765 -0.01%
KfWA 2% 02/05/2025 (USD) 101.302 101.28 +0.02%
Lafarge 4,75% 23/03/2020 (EUR) 101.389 101.345 +0.04%
Luxembourg 2,125% 10/07/2023 (EUR) 109.496 109.442 +0.05%
Luxembourg 2,25% 19/03/2028 (EUR) 120.355 120.236 +0.10%
Luxembourg 2,25% 21/03/2022 (EUR) 106.671 106.575 +0.09%
Luxembourg 2,75% 20/08/2043 (EUR) 143.669 141.305 +1.67%
Luxembourg 3,375% 18/05/2020 (EUR) 101.71 101.715 -0.00%
MOBY 7,75% 15/02/2023 Reg S (EUR) 35.302 35.192 +0.31%
McDonalds 2% 01/06/2023 (EUR) 107.217 107.168 +0.05%
MüchenerRückGes 6% 26/05/2041 (EUR) 108.681 108.668 +0.01%
NBFinanceLtd FRN 07/02/2035 (EUR) 93.621 93.648 -0.03%
NordRheinWFalen 2,375% 16/09/2021 (USD) 101.015 100.966 +0.05%
NovoBanco 100 09/04/2052 (EUR) 23.08 23.128 -0.21%
NovoBanco 3,5% 02/01/2043 (EUR) 97.82 97.78 +0.04%
OMV 6,25% pp (EUR) 127.351 127.16 +0.15%
Pemex 6,5% 02/06/2041 (USD) 98.159 97.524 +0.65%
PetroVenezuela 12,75% 17/02/2022 (USD) 28.7 27.0 +6.30%
PetroVenezuela 5,375% 12/04/2027 (USD) 13.933 13.933 +0.00%
PetroVenezuela 5,5% 12/04/2037 (USD) 13.93 13.93 +0.00%
Philippines 4,2% 21/01/2024 (USD) 108.02 107.945 +0.07%
Portugal 5,125% 15/10/2024 (USD) 112.924 112.945 -0.02%
RWE 3,5% 21/04/2075 (EUR) 109.824 109.755 +0.06%
RWE 6,625% 30/07/2075 (USD) 113.642 113.82 -0.16%
RaiffeisenBkInt 6% 16/10/2023 (EUR) 120.202 120.192 +0.01%
RussianFed 7,5% 31/03/2030 (USD) 120.594 120.558 +0.03%
SNCFMobilites 4,875% 12/06/2023 (EUR) 118.355 118.332 +0.02%
Sanofi 1,75% 10/09/2026 (EUR) 111.238 111.525 -0.26%
StadaArzneimitt 1,75% 08/04/2022 (EUR) 102.012 101.905 +0.10%
SüdzuckIntlFin FRN pp (EUR) 82.05 80.772 +1.58%
TelecomItaliaCa 7,2% 18/07/2036 (USD) 117.0 117.355 -0.30%
TelecomItaliaFi 7,75% 24/01/2033 (EUR) 149.018 148.783 +0.16%
Thyssenkrupp 2,5% 25/02/2025 (EUR) 100.908 101.179 -0.27%
Turkey 7,375% 05/02/2025 (USD) 108.322 108.522 -0.18%
VWIntlFin 4,625% pp (EUR) 113.81 113.455 +0.31%
VWIntlFin 5,125% pp (EUR) 113.628 113.505 +0.11%
Venezuela 11,75% 21/10/2026 (USD) 17.457 19.685 -11.32%
VeoliaEnvironn 6,125% 25/11/2033 (EUR) 170.029 169.558 +0.28%
YPF 8,5% 28/07/2025 Reg S (USD) 82.158 82.145 +0.02%
ØRSTED A/S 6,25% 26/06/3013 (EUR) 117.471 117.744 -0.23%