Dr Sex

11 septembre 2019 16:00; Act: 11.09.2019 17:13 Print

«Je n'arrive pas à le quitter!»

Mia trouve le comportement de son compagnon vraiment déplacé. Dans l'absolu, elle aimerait le quitter, mais ce n'est pas si simple. Que faire?

storybild

Le partenaire de Mia est odieux et narcissique. Pour autant, elle n'arrive pas à le quitter. (photo: Istock/Anzeletti)

Sur ce sujet
Une faute?

Question de Mia (34 ans) à Dr Sex: Cela fait un an que j'ai un petit ami. Il a besoin d'énormément de reconnaissance, surtout en ce qui concerne son physique. Malheureusement, la mienne ne lui suffit pas et il a aussi besoin de celle d'autres femmes. Il est partout sur les réseaux sociaux et poste quotidiennement des photos de lui, souvent à moitié nu.

Il écrit également à ces femmes, même en ma présence. Je trouve que c'est un total manque de respect. Quand j'aborde le sujet avec lui, il se fâche et transforme complètement ce que j'ai dit. Il lui arrive même de me traiter de menteuse et de m'accuser de choses que je n'ai jamais faites, contrairement à lui!

De manière générale, il est souvent odieux avec moi. Dans l'absolu, j'aimerais bien m'en séparer, car cette relation ne me rend absolument pas heureuse. Pourtant, je n'arrive pas à mettre un terme à notre relation et à lâcher prise! Ses brimades sont insupportables, mais je reste, parce que je n'arrive pas à partir. Qu'est-ce qui cloche chez moi?

Réponse de Dr Sex

Chère Mia,

Avant de me pencher sur ta question, je voudrais brièvement dire quelque chose sur ton partenaire, car tes problèmes ne sont pas totalement indissociables des siens. Je suppose qu'il souffre d'un trouble de la personnalité narcissique, ce qui se manifeste par un sentiment de soi exagéré, une attitude égocentrique prononcée et un manque notoire d'empathie envers les autres.

Les individus atteints d'un tel trouble éprouvent constamment le besoin d'obtenir un maximum d'attention et d'estime de leur entourage. Ils ne supportent pas de ne pas être le centre d'attention. Tous leurs efforts visent à atteindre et à maintenir cette position. Pour modifier ce comportement, il faut généralement entreprendre une longue psychothérapie.

Mais venons-en désormais à toi et au blocage que tu décris.

La capacité à établir des relations, à les entretenir et à agir de manière efficace sur le plan individuel, c'est-à-dire se faire entendre, voir et respecter par les autres, est quelque chose qui s'apprend dès la petite enfance. L'objectif de ce processus de développement est de faire l'expérience de relations construites ensemble, sur lesquelles tous les acteurs peuvent exercer leur influence, mais desquelles personne ne décide seul.

À cela s'ajoute également un sentiment de sécurité dans sa propre existence, sans constamment avoir à craindre d'être abandonné. En fin de compte, cette sécurité intérieure est également la base pour qu'une personne ait confiance en elle, puisse prendre des décisions pour elle-même et mener sa propre vie. C'est de là que résulte également la capacité à mettre un terme à une relation qui est mauvaise, voire toxique.

À mon avis, les personnes qui se sont occupées de toi au cours de cette phase de développement de ton enfance ne t'ont pas envoyé les bons signaux. Cela a dû créer, dans l'esprit de la petite fille que tu étais, une certaine confusion en ce qui concerne tes premières relations, ce qui t'a, par la suite, empêché d'acquérir totalement ou partiellement les apprentissages individuels.

Pour pouvoir surmonter et accepter que tu n'es pas à la merci de tout le monde, en l'occurrence de ton petit ami, mais que tu es parfaitement capable de t'assumer seule en tant que femme, je te conseille de faire appel à un spécialiste et d'entamer une psychothérapie. Bon courage!

(L'essentiel/wer)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Victime le 13.09.2019 15:12 Report dénoncer ce commentaire

    Monsieur Wermuth a raison, la description correspond aux personnes atteintes de la pathologie qu'il dénomme "trouble de la personnalité narcissique". Ce sont des personnalités hautement toxiques et un malaise chronique s'installe rien qu’à leur présence. Manipulations, mensonges, insultes, dévalorisations, culpabilisations et mécanismes de déni effrayants ne sont que quelques-unes de leurs caractéristiques. Il est très difficile de se débarrasser d’eux, quand leur masque tombe leurs menaces cachées deviennent carrément du chantage ouvert. Beaucoup de gens ont du mal à comprendre ce que vous vivez. Ils paraissent comme des gens parfaits à l’extérieur, mais à la maison c’est l’enfer. Bon courage, sauvez-vous au plus vite chère Madame !

  • Unicorn le 13.09.2019 10:22 Report dénoncer ce commentaire

    Question d'habitudes avec lesquelles on ne veut pas rompre. Pas toujours facile de retourner à la solitude chez soi, on entend les murs parler, et pas toujours facile de trouver un type bien, ils sont souvent pris et fidèles, et d'autres n'abordent pas un type de femme, notamment celui qui tombe pour des narcissiques, en plus leurs critères de sélection (grand, musclé, afro-américain, habits, voiture, job etc..) réduisent souvent les futurs candidats à moins de 1% de ce qui reste sur le marché. On sait ce qu'on a, on ne sait pas ce que l'avenir apportera.

  • kiki le 12.09.2019 13:34 Report dénoncer ce commentaire

    En voila une autre qui reste avec son compagnon par crainte du regarde de la société en disant à 34 ans "je suis célibataire" . Pars la tête haute, assume ton célibat, profites en, rencontre quelqu'un de bien

Les derniers commentaires

  • Riders2301 le 15.09.2019 17:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est toujours plus facile de croire la version d une femme que celle d un homme qui dit que c’est pas l inverse

  • oups le 13.09.2019 23:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cassandra parle pour toi et non de toutes les femmes

  • Victime le 13.09.2019 15:12 Report dénoncer ce commentaire

    Monsieur Wermuth a raison, la description correspond aux personnes atteintes de la pathologie qu'il dénomme "trouble de la personnalité narcissique". Ce sont des personnalités hautement toxiques et un malaise chronique s'installe rien qu’à leur présence. Manipulations, mensonges, insultes, dévalorisations, culpabilisations et mécanismes de déni effrayants ne sont que quelques-unes de leurs caractéristiques. Il est très difficile de se débarrasser d’eux, quand leur masque tombe leurs menaces cachées deviennent carrément du chantage ouvert. Beaucoup de gens ont du mal à comprendre ce que vous vivez. Ils paraissent comme des gens parfaits à l’extérieur, mais à la maison c’est l’enfer. Bon courage, sauvez-vous au plus vite chère Madame !

  • Liberté le 13.09.2019 11:48 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne suis pas pour le féminisme mais il serait temps que les femmes s'émancipent de ce principe passif d'attendre qu'un mec bien les trouve. La mentalité nordique est beaucoup plus saine, si un mec plait a une fille, elle fera le 1er pas sans avoir peur d'être mal vue par la société.

  • Unicorn le 13.09.2019 10:22 Report dénoncer ce commentaire

    Question d'habitudes avec lesquelles on ne veut pas rompre. Pas toujours facile de retourner à la solitude chez soi, on entend les murs parler, et pas toujours facile de trouver un type bien, ils sont souvent pris et fidèles, et d'autres n'abordent pas un type de femme, notamment celui qui tombe pour des narcissiques, en plus leurs critères de sélection (grand, musclé, afro-américain, habits, voiture, job etc..) réduisent souvent les futurs candidats à moins de 1% de ce qui reste sur le marché. On sait ce qu'on a, on ne sait pas ce que l'avenir apportera.