Dr Sex

21 novembre 2018 12:29; Act: 21.11.2018 12:45 Print

«Une fois partie, il couchait avec d'autres femmes!»

Le petit ami de Rachelle s'est toujours comporté bizarrement. C'est pourquoi elle a rompu avec lui. Mais maintenant, elle craint d'avoir pris la mauvaise décision.

storybild

(photo: iStock/Kali9)

Sur ce sujet
Une faute?

Question de Rachelle (20 ans) à Dr Sex: J'ai un petit ami depuis trois ans. Avant mon départ pour un semestre en Asie, l'année dernière, il a mis un terme à notre relation, mais a repris contact avant mon retour. Étant donné que j'étais toujours amoureuse de lui et que j'envisageais un avenir commun, j'ai accepté. Une fois de retour chez moi, j'ai appris qu'il avait eu des relations sexuelles avec cinq femmes durant cette période. Je l'ai accepté et depuis, nous sommes à nouveau ensemble.

Au début, tout allait bien, même si c'était un peu bizarre. Mais depuis deux mois, il envoie des messages à tellement de filles qu'il finit quelquefois par complètement m'oublier. Je cuisine, nettoie et fais ses lessives, mais il n'a même pas envie de passer du temps avec moi – à part le soir, pour coucher avec moi.

Dernièrement, il m'a dit qu'une collègue avait passé la nuit chez lui. Auparavant, il avait déjà partagé le même lit à trois reprises avec d'autres femmes. Je ne me suis jamais emportée à ce propos, mais lui ai seulement dit que je n'appréciais pas cela. Or, je me suis désormais séparée de lui, étant donné que je me sentais traitée comme de la merde. Pourtant, je l'aime toujours. Ai-je bien fait?

Réponse de Dr Sex

Chère Rachelle,

«Bien» et «mal» sont des extrêmes – des positions diamétralement opposées sur un spectre d'innombrables possibilités. Ils permettent de se simplifier la vie. On apprend déjà aux enfants à s'en servir de référence. «Bien» signifie la plupart du temps «juste», alors que «mal» est synonyme de «faux».

Il n'est donc pas étonnant que la plupart des adultes continuent à adhérer à ces principes moraux conditionnés et essaient, d'une manière presque enfantine et obéissante, d'éviter le pôle à connotation négative, c'est-à-dire de faire quelque chose de «mal». Il est évident que cela conduise, tôt ou tard, à des tensions, car il est rarement possible de déterminer clairement ce qui est «bien» ou «mal» dans une situation donnée.

Plus on avance dans le processus de prise de conscience, moins on est disposé(e) à se laisser canaliser par des garde-fous moraux prédéfinis. Et d'autant plus grand est le besoin de découvrir et de vivre la multitude de nuances possibles. Ta question laisse penser que, toi aussi, tu es sur le point de suivre cette voie.

Passer d'un pôle à l'autre et ne plus déléguer la réflexion à des instances impersonnelles, implique cependant le développement de nouvelles compétences. Il faut alors être capable de vivre avec le fait que tout pourrait être complètement différent. Les décisions que l'on prend sont peut-être moins claires et on avance à plus petits pas et plus prudemment.

Selon le point de vue, il existe une multitude de réponses à ta question. Mais au final, seuls ton cœur et ton intuition pourront te dire si tu as pris la bonne décision. Je suppose que tu as pris les deux en compte à leur juste valeur dans ta prise de décision. Le fait que tu sois toujours amoureuse de ton ex ne signifie pas que tu as fait une erreur. On peut très bien aimer quelqu'un sans devoir partager sa vie. Bon courage!