Coronavirus

07 avril 2020 07:18; Act: 07.04.2020 11:26 Print

ArcelorMittal livre du matériel aux soignants

LUXEMBOURG/ESPAGNE - En plus d'un prototype de ventilateur, ArcelorMittal développe aussi des écrans de protection pour le visage dans ses labos en Espagne.

Sur ce sujet
Une faute?

À la demande des autorités sanitaires espagnoles, l'équipe de recherche et développement d'ArcelorMittal, basée à Avilés, en Espagne, a réalisé «en deux jours» deux modèles d'écran de protection pour le visage, imprimable en 3D. Le premier se fixe à la tête et l'entreprise, qui utilise ses solutions d'impression destinées normalement à la production d'acier, a d'ores et déjà pu en distribuer 350 aux personnels soignants des hôpitaux de la région des Asturies (nord-ouest de l'Espagne). 300 autres ont été livrés aux employés d'usines. «Nous espérons en produire 4 000 la semaine prochaine, chacun coûtant moins de 5 euros», précise ArcelorMittal, dans un communiqué.

Le second modèle de masque facial se fixe à un casque et doit être principalement utilisé dans les usines du groupe: «ArcelorMittal travaille actuellement avec un certain nombre de partenaires externes pour permettre la production à grande échelle». Rappelons que la société industrielle, dont le siège social est à Luxembourg, travaille aussi sur un projet de ventilateur imprimé en 3D pour accompagner les soins de malades graves du coronavirus. Les ventilateurs ont été réalisés en quelques jours seulement et «font actuellement l'objet d'essais et de tests de sécurité».

(nc/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Chauffeur le 07.04.2020 11:43 Report dénoncer ce commentaire

    Mon employeur m'a forcé à récupérer des poutrelles à Differdange. Maintenant que je suis chargé,.....ben je suis sur un parking depuis 2 semaines car le client à fermé s'est activités. A quoi bon

  • Alerte le 07.04.2020 11:38 Report dénoncer ce commentaire

    Chaque jour, on constate des passages à l'infirmerie deBelval. Diagnostic -> COVID+, "veuillez rentrer voir votre famille"

  • Differdange le 07.04.2020 11:41 Report dénoncer ce commentaire

    Avant j'avais peur qu'il arrive quelque chose à mon Mari au travail, maintenant j'ai peur quand je le vois rentrer de l’aciérie.

Les derniers commentaires

  • fanny le 07.04.2020 12:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Femme d ouvrier à belvaux Arrêtez s il vous plait plein de choses on été mis en place Dites juste que vous voulez qu il reste à la maison avec vous ! Mais l argent ne rentrera plus et vous ralerez encore!

    • Alicia le 07.04.2020 13:16 Report dénoncer ce commentaire

      Vous parlez de ce salaire ? Heu...je gagne bien plus en travaillant aux post. Moi je l’oblige à reprendre une douche quand il rentre.

  • StyleFlex le 07.04.2020 11:45 Report dénoncer ce commentaire

    Ils mettent les gens aux chômages partielles mais obliges à continuer le travail sur le dos de l'état.

  • cocou le 07.04.2020 11:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    qu'il s'occupe déjà de ces propres employés qu'il envoient au travail dans des conditions précaires et d'hygiène douteuses

  • Chauffeur le 07.04.2020 11:43 Report dénoncer ce commentaire

    Mon employeur m'a forcé à récupérer des poutrelles à Differdange. Maintenant que je suis chargé,.....ben je suis sur un parking depuis 2 semaines car le client à fermé s'est activités. A quoi bon

  • Differdange le 07.04.2020 11:41 Report dénoncer ce commentaire

    Avant j'avais peur qu'il arrive quelque chose à mon Mari au travail, maintenant j'ai peur quand je le vois rentrer de l’aciérie.