Coronavirus

01 août 2021 08:17; Act: 01.08.2021 14:22 Print

Bientôt une gélule pour le vaccin Covid-​​19?

S’inspirant de ce qu’elle a déjà fait pour les diabétiques, une société israélienne lance son premier essai clinique pour un vaccin contre le Covid par voie orale.

storybild

Pour lutter contre le Covid-19, le patron d’Oravax, Nadav Kidron, s’inspire de l’insuline par voie orale, testée sur des centaines de patients aux États-Unis et qui se trouve actuellement en «phase III», la plus avancée. (photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

Imaginez un vaccin contre le Covid sous forme de pilule: pas besoin de piqûre ou de personnel médical, et une livraison potentielle à domicile. C’est ce que tente de faire la société pharmaceutique israélienne Oramed, qui doit lancer son premier essai clinique «début août», via sa filiale Oravax, dit son patron, Nadav Kidron.

Avec seulement 15% de la population mondiale entièrement vaccinée, la lutte contre la pandémie est loin d’être terminée. Les vaccins pris par voie orale sont particulièrement intéressants pour les pays en développement, parce qu’ils allègent la logistique des campagnes de vaccination, selon Nadav Kidron.

La piqûre fait encore peur

Mais ils pourraient aussi donner une impulsion à l’immunisation dans les pays riches, où la crainte des piqûres est un facteur, passant souvent inaperçu, de l’hésitation à se faire vacciner. Selon un récent sondage, près de 19 millions d’Américains qui ne veulent pas se faire vacciner accepteraient de le faire avec un comprimé si l’option existait.

«Pour que le vaccin marche vraiment bien, il faut que le plus de gens possible le prennent», relance Nadav Kidron. Parmi les autres avantages: moins de déchets plastiques et potentiellement moins d’effets secondaires.

L’exemple de la poliomyélite

Malgré les points positifs théoriques, peu de vaccins oraux ont connu le succès, car les ingrédients actifs ont tendance à ne pas survivre à leur passage dans le tube digestif. Parmi les vaccins qui font exception à cette règle figurent ceux pour des maladies elles-mêmes transmises par la bouche ou le système digestif: il y a ainsi un vaccin oral efficace contre la polio.

Oramed, fondée en 2006, pense avoir surmonté les obstacles techniques en élaborant une gélule capable de survivre à l’environnement hautement acide du système digestif. Bien avant la pandémie, elle a développé cette technologie pour l’administration de «l’insuline orale», explique Nadav Kidron, en référence au médicament vital pour les diabétiques qui, jusqu’ici, n’est administré que par injection.

Une couche qui se dégrade lentement

Selon la compagnie, sa technique, développée avec le prix Nobel de chimie Avram Hershko, qui fait partie de son comité consultatif scientifique, protège l’insuline orale avec une gélule dont l’enrobage se dégrade lentement. La gélule libère aussi des molécules qui empêchent les enzymes d’attaquer l’insuline dans l’intestin grêle.

Cette insuline par voie orale a été testée sur des centaines de patients dans des essais cliniques aux États-Unis, et se trouve actuellement en «phase III», la plus avancée. La compagnie utilise le même mécanisme pour son vaccin oral contre le Covid, développé par sa filiale Oravax.

Viser plusieurs parties du virus

Pour provoquer une réponse immunitaire, les scientifiques de la compagnie ont mis au point des particules synthétiques semblables au coronavirus. Ces dernières imitent les structures clés du pathogène: la protéine Spike, la protéine d’enveloppe et la protéine membranaire.

La plupart des vaccins autorisés actuellement, comme Pfizer ou AstraZeneca, sont basés sur la protéine Spike seule, les rendant moins efficaces au fil du temps, car la protéine Spike du virus mute. En visant plusieurs parties du virus, le vaccin d’Oravax pourrait être résistant aux variants, selon Nadav Kidron.

Pays en développement en premier

La compagnie a demandé l’autorisation de lancer des essais dans plusieurs pays, comme en Afrique du Sud, et espère commencer son premier en Israël d’ici quelques semaines, si le ministère de la Santé le lui permet.

Nadav Kidron dit prévoir un rôle pour le vaccin d’abord dans les pays en développement, qui n’ont pas encore acheté assez des vaccins actuels. S’il marche, il représenterait aussi de l’espoir pour les futurs vaccins administrés oralement, ajoute-t-il. «Imaginez! Le vaccin contre la grippe vient à vous par la poste, vous le prenez et c’est fini…»

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Yes le 01.08.2021 12:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est pas la pîqure en soi qui fait peur-mais le cocktail à l’intérieur????

  • L' eau. le 01.08.2021 09:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ne faites pas vacciner les enfants avec ce vaccin ,il est contre l évolution et la nature.Le corps humain est l usine chimique la plus perfectionné qui existe.L enfant fait partie de l évolution saboter son corps est contre nature. Grâce à nous sa chimie va fabriquer ce qu il faut. Sinon ça sera toujours la machine qui va décider. Si tous les enfants se font vacciner un très grand malheur pour leurs avenir. Ne jamais défier le créateur la création.

  • hamed le 01.08.2021 18:46 Report dénoncer ce commentaire

    ils pensent tjrs que si on veut pas du vaccin c'est a cause de la piqure..phases de tests, et sans recul sur effets secondaire. C'est pas difficile a comprendre pourtant. C'est pas une gellules qui fera changer d'avis..

Les derniers commentaires

  • @MonCorps... le 02.08.2021 14:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les fabricants de vaccin sont eux-mêmes incapables de quantifier la dose de produit actif, c'est à dire le nombre de brins d'ARNm non tronqués présents par dose. C'est écrit noir sur blanc dans l'AMM temporaire. Cette histoire d'interdire à un laboratoire d'analyser le vaccin est très étrange, voire suspecte. J'ai tout entendu à propos des vaccins: injection d'un placebo (c'est arrivé en France), présence d'oxyde de graphène, bref, comment dissiper les doutes si on ne peut faire analyser les vaccins ? Principe de précaution dans mon cas, pas d'injection de produit inconnu contre un virus très faiblement létal. J'ai confiance dans mon système immunitaire, mais pas dans les businessmen de Big Pharma. C'est mon droit et mon choix.

  • Thierry le 02.08.2021 12:23 Report dénoncer ce commentaire

    Jamais lu autant de stupidités. Le vaccin contre la grippe qui est un vrai vaccin dans la techno utilisé est parfois efficace à 30% - dans ce cas ce ce n'est plus un vaccin d'après l'OMS. Pour le Corona, il n'y a pas de vaccin actuellement, juste de la propagande et du marketing, sur un produit dangereux.

  • MonCorpsMappartient le 02.08.2021 12:04 Report dénoncer ce commentaire

    très intéressant cette alternative, à condition qu'on puisse acheter cette pilulle soi-même en pharmacie. On pourra alors broyer le contenu de la pillule et la mélanger avec un peu de farine et ainsi faire analyser le contenu de la pillule dans un laboratoire de notre choix pour voir ce qu'elle contient. Actuellement les laboratoires d'analyses tels Labo Reunis ont été interdits d'effectuer des analyses sur les vaccins, ce qui ne met pas en confiance. S'il n'y a pas de cochonneries dedans je suis disposé à me vacciner moi-même avec une telle pillule.

  • Simon le 02.08.2021 11:28 Report dénoncer ce commentaire

    Ce qui semble une avancée pour la science est en fait un peu plus inquiétant que ça. En gros, les israéliens développent de leur côté un type de vaccin que certains gouvernements pourraient décider en secret de dissoudre dans l'eau potable pour se débarrasser des maladies, et sans demander l'avis des populations... Je n'ai pas peur de la piqûre, je me suis fait vacciner, mais ça, j'avoue que ça me terrifie!

  • Ngolo le 02.08.2021 10:24 Report dénoncer ce commentaire

    L'image facile classique des petits "moraleux" : les gens qui refusent ce vaccin (CE vaccin, pas tous) auraient peur de la piqûre, faites-moi rire. Que ce soit sous forme de gélule, de cachet, de patch ou de suppositoire je n'en voudrais point plus, gardez votre chimie pour vous, je ne vous empêche pas de vous en gaver à la nausée, j'attends les résultats des tests randomisés en double aveugle et encore je préférerais qu'ils soient faits par des labos "clean" de toute influence ou de tout financement des pharmas mais ça, aujourd’hui, c'est un vœux pieu tant l'argent des pharmas pollue tout.

    • Norby le 02.08.2021 11:18 Report dénoncer ce commentaire

      Effectivement, ce n'est pas à cause de la piqure, mais à cause de la mésinformation, vous le prouvez bien.