Grande-Bretagne

25 mai 2020 07:40; Act: 25.05.2020 10:39 Print

Boris Johnson garde son conseiller fautif

Malgré une volée de critiques, le Premier ministre britannique a décidé dimanche de maintenir Dominic Cummings, accusé d'avoir violé le confinement, à son poste.

storybild

Dominic Cummings garde son boulot auprès du Premier ministre, malgré la volée de critiques jusque dans le camp conservateur. (photo: AFP/Isabel Infantes)

Sur ce sujet
Une faute?

Malgré la déferlante d'indignation et d'appels, y compris dans les rangs de sa majorité conservatrice, pour exiger le départ du conseiller controversé, le chef du gouvernement a estimé que celui-ci avait agi de «façon responsable, légale, et avec honnêteté». M. Cummings, 48 ans, cerveau de la campagne du référendum de 2016 qui a abouti au Brexit, est au cœur d'une tempête politique depuis que deux journaux ont révélé vendredi soir qu'il s'était rendu fin mars avec sa femme et leur fils chez ses parents à Durham (400 km au nord-est de Londres), alors qu'il craignait d'être atteint du Covid-19.

«Ce qu'ils ont fait est parfaitement compréhensible», a déclaré le Premier ministre lors d'une conférence de presse. Selon Downing Street, Dominic Cummings avait besoin d'aide pour la garde de son fils, alors que sa femme était malade, et la famille a séjourné dans un bâtiment séparé de la propriété. La polémique a redoublé quand les éditions dominicales du Guardian et du Mirror, à l'origine des premières révélations, ont affirmé que Dominic Cummings avait également été vu à Durham le 19 avril, cinq jours après son retour à Londres, pour se remettre au travail après sa guérison. Mais Boris Johnson a estimé que nombre des affirmations relayées dans la presse étaient «manifestement fausses».

«Sur quelle planète sont-ils?»

«C'était un test pour le Premier ministre et il a échoué», a réagi le chef de l'opposition travailliste Keir Starmer, dénonçant «une insulte aux sacrifices faits par le peuple britannique». Si les journaux conservateurs Daily Telegraph et Times relaient sobrement en une les déclarations de Boris Johnson, le Daily Mirror conspue «un tricheur et un lâche», quand le Daily Mail s'interroge: «Sur quelle planète sont-ils?» «Pas d'excuses, pas d'explication: le Premier ministre mise tout sur Cummings», titre le Guardian.

Dominic Cummings aurait également été vu le 12 avril, le dimanche de Pâques, à Barnard Castle, à une cinquantaine de kilomètres de Durham, selon le Guardian et le Mirror, annonçant sur leurs sites que le retraité convaincu de l'avoir reconnu a porté plainte auprès de la police, pour de possibles infractions aux lois sur la santé. Au Royaume-Uni, deuxième pays dans le monde le plus durement touché par la pandémie avec 36 793 morts - plus de 41 000 en incluant les cas non confirmés - cette affaire vient s'ajouter aux vives critiques sur sa gestion de la crise du coronavirus.

«Arrogant et grossier»

L'affaire Cummings a également ému dans les rangs du parti conservateur de Boris Johnson, où le puissant conseiller, qui n'est pas membre du parti, compte de nombreux ennemis. Steve Baker, député influent et partisan acharné du Brexit, a estimé que Dominic Cummings devait partir. «Il n'est certainement pas indispensable», a déclaré M. Baker sur la chaîne d'information Sky News.

«Des millions de gens ont mis leurs vies entre parenthèses, ont fait des sacrifices énormes pour obéir aux règles pendant cette période», a souligné une responsable du parti travailliste, Sarah Jones. «Nous avons vu les cœurs brisés de gens qui n'ont pas pu assister aux obsèques de ceux qu'ils aiment», a-t-elle dénoncé sur Sky News.

Dans la foulée de l'intervention de Boris Johnson, un tweet véhément a mystérieusement surgi d'un compte gouvernemental, @UKCivilService: «Arrogant et grossier. Pouvez-vous imaginer d'avoir à travailler avec ces tordeurs de vérité?». Rapidement supprimé, le message va faire l'objet d'une enquête, selon le gouvernement.

Avant cette affaire, le Royaume-Uni a connu deux démissions retentissantes pour non-respect du confinement en vigueur depuis le 23 mars. Un influent conseiller scientifique du gouvernement, le Pr Neil Ferguson, avait démissionné après avoir reçu chez lui une femme, présentée comme sa maîtresse. Début avril, la cheffe des services sanitaires écossais, Catherine Calderwood, a quitté son poste après avoir reconnu s'être rendue à deux reprises dans sa résidence secondaire.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • The Boss le 25.05.2020 10:55 Report dénoncer ce commentaire

    Hé oui, il en va de même dans tous les pays: la justice n'est pas la même pour les édiles que pour les autres. Mais on ne peut pas s'en plaindre puisqu'on vote.

Les derniers commentaires

  • The Boss le 25.05.2020 10:55 Report dénoncer ce commentaire

    Hé oui, il en va de même dans tous les pays: la justice n'est pas la même pour les édiles que pour les autres. Mais on ne peut pas s'en plaindre puisqu'on vote.