Confinement au Luxembourg

02 avril 2020 15:17; Act: 02.04.2020 17:25 Print

«C'est un sketch depuis 15 jours dans les magasins»

LUXEMBOURG - L'employé d'une grande surface du pays pousse un coup de gueule en constatant, chaque jour, le manque de respect des règles par les clients.

storybild

La ministre de la Santé a elle aussi rappelé que sortir faire des courses de première nécessité n'était pas un loisir. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Apparemment, certains ne veulent pas comprendre», avait lâché la semaine passée le Premier ministre, Xavier Bettel, faisant référence à de nombreux comportements de résidents qui ne respectaient pas le confinement. Force est de constater que ça ne s'arrange pas, en dépit des amendes en vigueur et des contrôles de police. Et les grandes surfaces du pays ne sont pas épargnées. «C'est un sketch depuis 15 jours», lâche un employé du secteur à L'essentiel.

Sous couvert d'anonymat, il dénonce l'attitude irresponsable et «le laxisme» de certains clients en dépit du risque sanitaire. «Des gens continuent à venir à deux ou trois, en famille, remplissent des caddies... il y a des recommandations mais elles ne sont pas respectées. J'hallucine, ils ne comprennent pas le danger!», s'agace l'homme qui se fait le porte-parole de nombreux collègues.

Ce n'est pas faute de le répéter

Selon lui, il faudrait que le gouvernement durcisse la règle et vite. «Une ou deux sorties au plus par semaine dans un hyper. Une personne par famille hormis un parent avec un enfant ou d'autres cas très particuliers, détaille-t-il. Sans ça, ils augmentent le risque de contamination et prennent la place d'un autre client». Son enseigne applique les mesures, met notamment du gel hydroalcoolique à disposition, gère le flux de clients à l'entrée, mais ce n'est rien sans la discipline des gens.

Pourtant, la ministre de la Santé aussi avait rappelé vendredi que sortir faire des courses de première nécessité n'était pas un loisir. «Faire ses courses n'est pas une occupation, c'est quelque chose qu'on doit faire tout seul, si c'est possible», avait expliqué Paulette Lenert. «Il faut vraiment que les gens prennent ce principe de rester à la maison à cœur et se posent systématiquement la question "est-ce que c'est vraiment nécessaire de faire des courses?"» Visiblement, le message a du mal à passer.

(L'essentiel/Nicolas Chauty)