Coronavirus en Chine

27 mars 2020 07:43; Act: 27.03.2020 11:51 Print

Ces masques antivirus qui rapportent de l'or

De nombreux industriels chinois se sont lancés dans la lucrative production de masques pour satisfaire une demande exponentielle venant de tous les continents.

storybild

Le prix de la toile destinée à la production de masques serait passé de 10 000 à 480 000 yuans la tonne (de 1 300 à 62 000 euros). (photo: AFP/str)

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est comme fabriquer de l'argent»: avec la pandémie de Covid-19 qui frappe tous les continents, de nombreux industriels chinois se sont lancés dans la lucrative production de masques pour satisfaire une demande exponentielle. Au plus fort de la crise en Chine, début février, Guan Xunze a construit une usine en... 11 jours pour produire des masques N95, qui peuvent protéger son porteur d'une contamination. Avec l'épidémie jugulée sur le sol chinois et l'explosion des cas à l'étranger, le patron de 34 ans vise désormais de nouveaux marchés comme l'Italie, pays le plus endeuillé du monde par le coronavirus.

Les industriels comme lui sont légion: durant les deux premiers mois de 2020, la Chine a enregistré... 8 950 nouveaux producteurs de masques sur son territoire, selon le site d'information sur les entreprises Tianyancha. Après le bouclage fin janvier de la province centrale du Hubei, épicentre de l'épidémie, le nombre de nouveaux cas a progressivement diminué dans le pays. Mais le Covid-19 a depuis infecté plus de 400 000 personnes dans le monde. Une pandémie mondiale qui a conduit à une hausse de la demande en équipements de protection. «Une machine à faire des masques, c'est devenu une planche à billets», métaphorise Shi Xinghui, directeur des ventes d'une entreprise basée à Dongguan (sud). Sa marge bénéficiaire a été démultipliée, grimpant à quelques centimes d'euros par unité, contre moins d'un centime auparavant. «On produit 60 000 à 70 000 masques par jour. C'est comme fabriquer de l'argent», résume-t-il.

24h/24

Qi Guangtu a lui investi plus de 50 millions de yuans (6,5 millions d'euros) dans son usine située elle aussi à Dongguan. Elle tourne 24 heures sur 24. «Le retour sur investissement n'est pas un problème», assure M. Qi: il a reçu 200 commandes d'une valeur totale de 100 millions de yuans (13 millions d'euros). «Les machines sont amorties en 15 jours», se félicite-t-il. You Lixin, lui, n'avait jamais mis les pieds dans une usine de masques. Mais flairant le filon, il a décidé de se lancer dans le secteur. Dix jours après, il vendait ses premières machines-outils. «Je dormais seulement deux ou trois heures par jour», afin de faire démarrer l'entreprise, explique-t-il.

Des clients impatients passaient même la nuit dans son usine, raconte-t-il, afin d'être certains de pouvoir récupérer au plus vite les machines commandées. Patrons d'ateliers textiles, ils s'étaient brusquement reconvertis dans les masques. «Ils ont reçu des commandes qu'ils ne pouvaient pas honorer dans un premier temps faute de capacités de production», explique M. You. L'actuelle pénurie mondiale de masques a également fait s'envoler les prix des matières premières. Selon Guan Xunze, le prix de la toile destinée à la production de masques est passé de 10 000 à 480 000 yuans la tonne (de 1 300 à 62 000 euros).

Excédents

Producteur de masques, Liao Biao a dû batailler pour se faire livrer les pièces détachées de sa machine-outil, compte tenu des blocages routiers au plus fort de l'épidémie. Une fois la machine assemblée, il a encore dû la faire expertiser, pour un prix 10 fois supérieur à la normale. Mais malgré des coûts en hausse, le secteur reste largement bénéficiaire. Selon les chiffres officiels, la Chine produit quotidiennement 116 millions de masques. Beaucoup sont destinés à l'export. Guan Xunze dit avoir acheminé un million d'unités en Italie. Shi Xinghui assure avoir reçu plus de 200 commandes de Corée du Sud et d'Europe. «Le premier pic de commandes, c'était mi-février. Là, avec la propagation de la pandémie, c'est la deuxième vague», explique M. Shi.

Liao Biao cherche également à exporter vers l'Europe et le Canada. «La demande de masques s'est réduite en Chine. Désormais, nous avons des excédents pour soutenir les autres pays», souligne-t-il. «Nous sommes prêts à aider». Mais le secteur ne va-t-il pas être victime de surproduction après l'épidémie? Guan Xunze n'y croit pas. «La plupart des gens vont prendre l'habitude de porter un masque», veut-il croire.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Cancoillotte le 27.03.2020 08:34 Report dénoncer ce commentaire

    Il est urgent après cette crise de cesser les délocalisation vers l'Asie et de conserver un savoir faire et une main d’œuvre européenne pour tout les secteurs de productions liés à la santé et la première nécessité. Soit par interdiction, soit par nationalisation.

  • PaD le 27.03.2020 09:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis tellement rassuré de recevoir un masque produit dans une usine en Chine montée en quelques jours et dont l’objectif est là rentabilité devant la qualité ... la démonstration par l’absurde de ce que nous devons faire et nous battre pour : la re-industrialisation de l’Europe

  • Alberan le 27.03.2020 09:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ne serait-il pas temps de revoir notre modèle industriel et économique où tout à été concentré en Asie pour des coûts faibles...? finalement nous avons le retour bâton: nous voulions tout à bas prix, nous avons délocalisé et maintenant on pleure.

Les derniers commentaires

  • Spontz le 28.03.2020 16:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Entre rester confiné et sortir avec un masque chinois, je choisis la 2ème solution, vraiment sans aucune hésitation.

  • Hugo Lux le 27.03.2020 16:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Chez Lëtzhelp ,nous continuons toujours tous nos soins ......la douleur ,la souffrance n'attend pas....

  • Hugo Lux le 27.03.2020 16:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis infirmier Anesthésiste,nous n'avons plus de masque alors que nous assurons toujours les soins a domicile ...... j'espère que le gouvernement va nous en fournir rapidement....

  • Beni le 27.03.2020 15:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Coronavirus venu de Chine ,guerre contre le coronavirus en Europe, et on enrichit les Chinois avec les achats obligatoires des masques . Pandémie dût au hasard ou volontaire ....Il y a de quoi se poser des questions.... L'après Coronavirus verra t il les européens continuer les délocalisations ?

    • fredo12 le 28.03.2020 12:33 Report dénoncer ce commentaire

      le malheur des uns fait le bonheur des autres

  • BusinessPourLesNuls le 27.03.2020 13:49 Report dénoncer ce commentaire

    Etape 1 : créer la demande, Etape 2 : vendre le produit