En Nouvelle-Zélande

02 juillet 2020 07:47; Act: 02.07.2020 08:10 Print

Critiqué pour sa virée à la plage, le ministre s'en va

En avril, le ministre néo-zélandais de la Santé avait bravé le confinement pour aller à la plage en famille. Conforté à son poste, il a finalement démissionné jeudi.

storybild

Il avait reconnu avoir violé les règles du confinement pour se rendre en famille à la plage, une escapade «idiote» qu'il avait regrettée. (photo: Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

Il était sorti de confinement pour aller à la plage en famille, et avait critiqué un des fonctionnaires les plus appréciés du pays: le ministre néo-zélandais de la Santé David Clark, profondément impopulaire, a finalement démissionné jeudi. L'avenir de M. Clark au sein du gouvernement de l'archipel avait déjà été sérieusement obscurci en avril, quand il avait reconnu avoir violé les règles du confinement pour se rendre en famille à la plage, une escapade «idiote» qu'il avait regrettée.

Alors que le pays était pleinement engagé dans la lutte contre le coronavirus, la Première ministre Jacinda Ardern avait décidé de le confirmer à la coordination des efforts nationaux contre le Covid-19, en expliquant que l'heure n'était pas à la déstabilisation du secteur de la santé. À deux mois des législatives, la dirigeante travailliste semblait désormais convaincue que le maintien de M. Clark au sein du gouvernement n'était plus opportun. «Il est essentiel que les responsables de la santé aient la confiance des Néo-Zélandais», a déclaré Mme Ardern.

«Comme David me l'a dit, les besoins de l'équipe passent avant ceux de l'individu.» Depuis la révélation de sa virée à la plage à une vingtaine de kilomètres de son domicile, M. Clark avait été maintenu à l'écart des caméras.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Laurent le 02.07.2020 16:56 Report dénoncer ce commentaire

    En France ils restent en poste pour bien pire que ça. Il y en a même qui sortent de prison pour raison de santé et aller danser dans la rue...

  • Faites ce que je dis pas ce que je fais le 02.07.2020 10:04 Report dénoncer ce commentaire

    C est ça le soucis, les politiques ne croient plus en ce qu ils imposent. Encore vu hier, on essai de noyer le poisson. Mais cela semble convenir à la population.

  • Senert Luce le 02.07.2020 14:58 Report dénoncer ce commentaire

    Moi, je préfère Bettel. Il est plus beau.

Les derniers commentaires

  • Laurent le 02.07.2020 16:56 Report dénoncer ce commentaire

    En France ils restent en poste pour bien pire que ça. Il y en a même qui sortent de prison pour raison de santé et aller danser dans la rue...

    • Ça se soigne le 03.07.2020 00:24 Report dénoncer ce commentaire

      Même si c est vrai. C est une obsession de toujours tout comparer à la France et de ramener chaque situation à la France. Alors que ce genre de situation, il y en a partout. Vous avez un sérieux problème....

  • Senert Luce le 02.07.2020 14:58 Report dénoncer ce commentaire

    Moi, je préfère Bettel. Il est plus beau.

  • Expat le 02.07.2020 13:15 Report dénoncer ce commentaire

    faites ce que je dis mais pas ce que je fais

  • Faites ce que je dis pas ce que je fais le 02.07.2020 10:04 Report dénoncer ce commentaire

    C est ça le soucis, les politiques ne croient plus en ce qu ils imposent. Encore vu hier, on essai de noyer le poisson. Mais cela semble convenir à la population.