À Pékin

02 avril 2020 20:03; Act: 02.04.2020 20:05 Print

De la bile d'ours utilisée contre le coronavirus

La Chine semble croire dur comme fer aux vertus de la pharmacopée traditionnelle pour soigner les patients victimes du Covid-19.

storybild

La sécrétion est prélevée en insérant un cathéter dans la vésicule biliaire de l'ours.

Sur ce sujet
Une faute?

En Chine, la médecine traditionnelle a encore de beaux jours devant elle. Le régime de Xi Jinping vient ainsi de donner son feu vert à un médicament contenant de la bile d'ours pour soigner les patients atteints du Covid-19.

Censée aider à réguler le cholestérol ou à dissoudre les calculs biliaires ou rénaux, cette substance est désormais incluse dans l'arsenal recommandé par Pékin pour lutter contre le coro­navirus. Au grand dam des défenseurs de la faune, qui dénoncent de longue date le sort cruel réservé en Chine à des milliers de plantigrades enfermés dans des cages étroites en vue de leur retirer un peu de bile.

Commerce juteux

Pour l'association Animals Asia Foundation (AAF), recourir à la bile d'ours contre l'épidémie est à la fois «tragique et contradictoire». La Chine vient en effet d'interdire le commerce des animaux sauvages à des fins alimentaires, en réaction à l'apparition du virus. Ce dernier a été détecté fin 2019 dans un marché de Wuhan, où des espèces sauvages étaient commercialisées.

La production de bile d'ours est légale en Chine mais son exportation est interdite par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). Mais quelque 20 000 plantigrades n'en sont pas moins réduits en Chine à verser leur bile au profit d'un marché pharmaceutique, évalué à plus de 1 milliard de dollars par an, selon Kirsty Warren, porte-parole de la Société mondiale de protection des animaux.

(L'essentiel/ats/pga)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • papy le 02.04.2020 21:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce pays est un vrai désastre sanitaire . La communauté internationale devrait les obliger à se réformer sous peine de sanctions économiques .

  • Unbelievable le 03.04.2020 08:08 Report dénoncer ce commentaire

    Quand est-ce l’être humain arrêtera de torturer des animaux et de leurs infliger telles atrocités? Je veux garder l’espoir mais c’est très dur.....

  • CQFD le 02.04.2020 20:19 Report dénoncer ce commentaire

    Ils devraient essayer la bile de chauve souris...

Les derniers commentaires

  • Unbelievable le 03.04.2020 08:08 Report dénoncer ce commentaire

    Quand est-ce l’être humain arrêtera de torturer des animaux et de leurs infliger telles atrocités? Je veux garder l’espoir mais c’est très dur.....

  • vrai travailleur le 02.04.2020 22:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et pourquoi pas de la Chloraquine tant qu’on y est? Franchement ils sont oufs

  • papy le 02.04.2020 21:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce pays est un vrai désastre sanitaire . La communauté internationale devrait les obliger à se réformer sous peine de sanctions économiques .

  • Christophe le 02.04.2020 21:12 Report dénoncer ce commentaire

    ça fait des lustres que les médecins chinois dignes de ce nom n'utilisent plus de produits mettant des espèces en danger. Les formules ont été adaptées avec d'autres produits. La seule chose qui fait perdurer cette utilisation, ce sont les touristes en manque d'exotisme et les trafiquants des marchés noirs.

    • Le censuré le 02.04.2020 21:53 Report dénoncer ce commentaire

      Bravo, ne pas critiquer la RPC, s'aplatir devant eux, devant leurs mensonges et leurs propagandes, car sinon, gare ...

  • pfff le 02.04.2020 20:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ils sont complètement à la masse !!