Coronavirus/Chine

02 avril 2020 11:23; Act: 02.04.2020 12:31 Print

Des ours sacrifiés pour créer un médicament

Selon Pékin, la bile d'ours pourrait être efficace si elle est administrée à des patients gravement atteints par le coronavirus. Derrière le «traitement», la controverse.

storybild

Des milliers d'ours sont immobilisés dans d'étroites cages où leur abdomen est perforé par un cathéter relié à leur vésicule afin d'en prélever la bile. (photo: Illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

La Chine a donné son feu vert à un médicament à base de bile d'ours afin de traiter des patients victimes du Covid-19, relançant la controverse sur le traitement des plantigrades élevés à cette fin. Des associations écologistes dénoncent de longue date le sort fait en Chine à des milliers d'ours, immobilisés dans d'étroites cages où leur abdomen est perforé par un cathéter relié à leur vésicule afin d'en prélever la bile. Cette dernière est revendue pour les qualités thérapeutiques qu'on lui prête dans la médecine traditionnelle. Elle est notamment censée aider à réguler le cholestérol ou à dissoudre les calculs biliaires et rénaux.

Mais la substance, dont l'efficacité est controversée, est désormais incluse dans des recommandations médicales ajoutées par Pékin à l'arsenal de lutte contre le nouveau coronavirus. Le ministère chinois de la Santé a recommandé le mois dernier une injection du nom de «Tan Re Qing» composée de bile d'ours, mais aussi de poudre de corne de chèvre et d'extraits de plantes, pour les patients gravement atteints. Le régime du président Xi Jinping, qui aime à faire vibrer la fibre nationaliste, vante depuis des années les vertus de la pharmacopée traditionnelle face à la médecine occidentale, et cette fois tout particulièrement dans le cadre du combat contre le Covid-19.

20 000 ours concernés

Le Tan Re Qing est indiqué dans le traitement des maladies respiratoires, notamment la pneumonie, selon son fabricant, le laboratoire Kaibao de Shanghai. Mais pour l'association Animals Asia Foundation (AAF), recourir à la bile d'ours contre l'épidémie est à la fois «tragique et contradictoire», puisque la Chine vient d'interdire le commerce des animaux sauvages à des fins alimentaires, en réaction à l'apparition du virus. Ce dernier a été détecté fin 2019 dans un marché de Wuhan (centre), où des espèces sauvages étaient commercialisées.

Brian Daly, porte-parole de l'AAF, redoute que la recommandation officielle de Pékin n'ajoute à la menace qui pèse sur l'ours noir d'Asie, une espèce en danger. «Promouvoir le recours à la bile d'ours risque de se traduire par une augmentation des volumes prélevés, non seulement aux dépens des ours en captivité mais aussi de ceux qui sont en liberté», explique-t-il à l'AFP. La production de bile d'ours est légale en Chine mais son exportation est interdite par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES).

Mais quelque 20 000 plantigrades n'en sont pas moins réduits en Chine à verser leur bile au profit d'un marché pharmaceutique évalué à plus d'un milliard de dollars par an, selon Kirsty Warren, porte-parole de la Société mondiale de protection des animaux.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Aline le 02.04.2020 12:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je ne comprends pas comment cela est autorisé... Je suis choquée de ce que ce pays fait subir aux animaux sauvages et domestiques!

  • lili le 02.04.2020 13:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils ne peuvent pas faire des expériences sur leur propre corps, et s’auto bouffer! Ça devient vraiment grave! Ils font n’importe quoi, sème un virus dans le monde entier, tuent énormément de personnes... mais ils continuent... et sont heureux d’annoncer qu ils sont en train de s’enrichir en créant des usines de fabrication de masques!! Quelle sera la prochaine étape?

  • HRCo le 02.04.2020 15:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils mangent des chauve souris et de pangolins, des chats et des chiens, contaminé le monde entier pour ça, et on tu encore des ours pour des pseudos traitements? Non mais je rêve... c’est vraiment difficile d’accepter cette pensée et cette façon d’être

Les derniers commentaires

  • Welcome le 02.04.2020 22:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je comprends pas la logique même si ils trouvent le remède, ils vont éliminer tous les ours jusqu’au dernier par la suite et puis? C’est triste

  • Tilia le 02.04.2020 20:38 Report dénoncer ce commentaire

    Bienvenue au moyen-âge

  • J-P L le 02.04.2020 19:16 Report dénoncer ce commentaire

    Remède aussi (peu) crédible que les statistiques des dictateurs pékinois et que leurs dénégations quant à l'origine géographique de la pandémie.

  • Pascalina le 02.04.2020 18:47 Report dénoncer ce commentaire

    Rien ne sert de lecons en Chine !! Sras/Grippe aviaire/Vache Folle/Peste porcine/Coronavirus tout vient de chez eux... ils ne comprennent donc rien !! Toutes ces maladies sont revelatrices du non-respect qu'ils ont des animaux et des conditions d'hygienes inexistantes...mais ils s'obstinent dans la connerie

  • luis le 02.04.2020 18:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    angelo toute a fait de accord avec vous