Au Luxembourg

12 janvier 2021 06:56; Act: 12.01.2021 09:10 Print

«Certains ne réalisent que s'ils perdent un proche»

LUXEMBOURG - En première ligne face au Covid au CHL, Kevin Nazzaro, infirmier de 29 ans, raconte. Lui, le deuxième vacciné au pays.

storybild

Vacciné fin décembre, Kevin Nazzaro raconte son quotidien d'infirmier confronté chaque jour au Covid. (photo: L'essentiel)

Sur ce sujet
Une faute?

Tout le monde se souvient de son sweat «Héros du quotidien». «Juste un clin d’œil», se défend-il, alors que certains lui ont reproché sur le web «de ne faire que son boulot». Sa réponse: «C’est vrai, mais les gens peuvent nous aider». Le 28 décembre, Kevin Nazzaro, frontalier français de Herserange, était le deuxième vacciné contre le coronavirus au Luxembourg. Un rayon de lumière pour un travailleur de l’ombre. Car depuis, son quotidien d'infirmier au service des maladies infectieuses du CHL, a repris son cours.

Des journées à aider des malades du Covid, y compris ces «personnes en fin de vie dont les proches ne pouvaient pas être présents». «Notre service peut être angoissant, on est tous en tenue de protection, les contacts sont limités. Les gens se sentent seuls, tout ça doit faire peur. On essaie de les rassurer», lance l’infirmier de 29 ans qui a quitté en septembre un réseau de soins à domicile pour le CHL. «Je ne voulais plus me dire que je serais plus utile ailleurs».

«Je me plonge dans le jeu»

Kevin raconte des patients qui restent parfois «très longtemps en soins intensifs. Jusqu’à deux mois. C’est effrayant quand on sent qu’on manque d’air». Depuis octobre, le jeune homme de 29 ans a perdu du poids. Beaucoup. «Entre 7 et 8 kg. On est dans les blouses, on ne peut pas grignoter, boire dans le service, on repousse les pauses. Mais bon perdre un peu de poids ne fait pas de mal», positive-t-il. «Cloisonné», le service s’est soudé dans l’adversité. Une vraie intimité est née. «Un peu comme dans une bulle. Cela développe des liens plus profonds».

Mais il faut aussi savoir se protéger. «Dès que je mets un pied hors du service j’oublie tout ce qui s’est passé. Je mets une barrière. Je l’ai toujours fait. Parfois on réfléchit mais on essaie de se protéger car on peut beaucoup en souffrir. Je suis un peu geek, un gamer. Donc je me plonge dans le jeu. Ça m’aide». Car il s’est beaucoup isolé, éloigné, même de sa famille. «Je ne veux pas être responsable de l’infection de quelqu’un. Je fais attention». Il fuit aussi les commentaires sur les réseaux sociaux.

«Il faut que tout le monde se vaccine»

«Au début je lisais. Je répondais "venez prendre notre place". Mais j’ai arrêté. C’est un dialogue de sourds. Je ne leur souhaite pas, mais certains ne réalisent pas tant qu’ils n’ont pas perdu un proche du Covid. Le pire c’est les gens qui pensent que tout est inventé, que c’est une manipulation d’État pour nous contrôler. Quel intérêt aurait un État à mettre en danger tous ses soignants? Si c’est le cas l’hôpital tombe».

Le vaccin n’a pas encore vraiment changé sa vie. «Je me sens comme avant. J’ai eu une courbature, un jour, à cause de l’intramusculaire. Normal. Je me sentirai protégé un mois après la seconde injection quand tous les anticorps seront développés. Je ne tomberai pas malade mais pourrai encore être porteur. Il faut que tout le monde se vaccine».

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • zut flûte le 12.01.2021 08:31 Report dénoncer ce commentaire

    "Je ne tomberai pas malade mais pourrai encore être porteur." = parole de professionnel, héros du quotidien. Conclusion, même vaccinés, on n'est pas près de laisser tomber le masque, les gestes barrières, les confinements, les couvre-feux, etc. etc.

  • Yves le 12.01.2021 09:03 Report dénoncer ce commentaire

    Essentiel: "Certains ne réalisent que s'ils perdent un proche". Yes, exactement, c'est l'égoïsme du 21ième siècle.

  • Ouiiii le 12.01.2021 09:04 Report dénoncer ce commentaire

    Je ferai partie de ceux qui se feront vacciné !

Les derniers commentaires

  • dulux le 13.01.2021 00:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je crois que vous ne comprenez rien, simplifiez trop. enfin voilà, on vous laisse vous et votre proche perdu en manque d'air.

  • nickname le 12.01.2021 20:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui comme avec chaque maladie. 99,9% meurent d’autres maladies que le covid

  • Chiquito le 12.01.2021 16:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mon père a 78 ans et est entre la vie et la mort, aucune comorbidité. Ma mère avec un cancer du poumon est sur la voie de la guérison. Chaque personne est différente. ce qu'il faut retenir c'est que nous tous sommes une bombe virale potentielle ! le seule moyen de limiter la casse, c'est le portail du port, la distance et le lavage des mains. Toute ma famille et belle-famille l'a eu malgré des tests négatifs !

  • Luxo le 12.01.2021 16:30 Report dénoncer ce commentaire

    A ces héros qui ne font qu'un job bien payé. Dans d'autres pays (la Suisse,) on leurs offre la nationalité au luxembourg on leurs supprime les allocations pour leurs enfants.

  • Grande avancée le 12.01.2021 16:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Fin de la phase 3 de l'etude sur le vaccin Pfizer 2023. Source Vidal. Je vais donc attendre la fin de l'étude avant de me faire vacciner. J'espère que des réponses sur les eventuels recombinants et les anticorps facilitants seront resolues d'ici là.