Alccol, tabac, drogue

26 mars 2020 08:59; Act: 26.03.2020 11:00 Print

Serons-​​nous tous addicts après le confinement?

En situation de confinement, il est tentant de prendre des substances pour faire face au stress. D'autres modes de décompensation sont recommandés.

storybild

«Ne cherchez pas à canaliser vos émotions en fumant, en buvant de l’alcool ou en consommant d'autres produits stupéfiants», conseille l'OMS.

Sur ce sujet
Une faute?

«Encore un apéro-visio! Je vais finir alcoolique...». «Au boulot je peux pas descendre fumer à la moindre contrariété, en télétravail je te dis pas!». Les témoignages du genre se multiplient sur les réseaux sociaux, rigolards ou angoissés. Alors, tous «accros» à la fin du confinement? Pas forcément, mais attention, répondent des spécialistes. «Les liens entre les situations de stress traumatique et la consommation sont tout à fait établis. On répond avec les moyens du bord habituels, calmants, alcool, drogues récréatives», explique Philippe Batel, psychiatre et addictologue, chef du pôle addiction de Charente.

«En situation de confinement, la plupart des stratégies d'adaptation au stress, comme le sport ou les sorties, n'existent plus. Mais il y a de plus en plus de stress. Et la stratégie d'adaptation qui existe toujours, c'est l'utilisation de substances», abonde Elsa Taschini, psychologue spécialisée et cofondatrice de l'association Addict'Elles. Le phénomène est donc attendu, même chez les gens ne souffrant pas d'addictions lourdes, et l'OMS l'aborde dans ses recommandations pour«faire face au stress» pendant l'épidémie: «Ne cherchez pas à canaliser vos émotions en fumant, en buvant de l’alcool ou en consommant d'autres produits stupéfiants».

Gérer le «craving» (l'envie)

Reste que les débits de tabac - gros pourvoyeurs de taxes pour l'Etat - ont été autorisés à rester ouverts, tout comme, après une certaine hésitation, les cavistes, au grand dam de certains alcoologues. Pour les fumeurs, dépendants à la nicotine, le problème est particulier. «Quand on est enfermé, ce n'est pas le moment de se priver», relève le professeur Bertrand Dautzenberg, secrétaire général de l'Alliance contre le tabac. «Le mieux c'est de remplacer, mettre des patchs ou utiliser des substituts, ou une cigarette électronique. Mais on peut aussi essayer de se dire: c'est un moment compliqué mais qu'est-ce que je peux faire de bien? Arrêter de fumer...».

«Il faut réussir à gérer cette question du "craving" (l'envie)», souligne aussi Nathalie Latour, déléguée générale de la Fédération addiction. «Se demander, est-ce que je peux faire autrement?», et pas seulement pour le tabac. «On voit la multiplication des e-apéros, un besoin de convivialité, de décompression qui s'associe à la consommation d'alcool», poursuit cette spécialiste. Il faut donc «éviter de tomber dans le systématisme: convivialité égale alcool, stress égale alcool». Alors chacun peut se dire, «et si finalement on utilisait cette période pour trouver d'autres modes de décompensation?» Car sinon «on a des normes d'usage qui risquent d'augmenter».

Blague?

Et plus le confinement durera, plus les effets négatifs risquent de se faire sentir, avertit Philippe Batel. «La consommation répond à un "délai d'attente": on se dit ça va m'apaiser, me permettre de mettre les choses à distance. Mais au fur et à mesure, il y a de moins en moins d'effet d'apaisement et le bénéfice attendu bascule de l'autre côté». Vers le caractère dépressif et anxiogène de la (sur)consommation d'alcool.

Pour Elsa Taschini il y a comme un inconscient collectif de ces dangers, que traduit la multiplication des vidéos humoristiques sur les excès en confinement. «Si on en fait autant de blagues, c'est qu'en fait on sait que ce n'est pas vraiment une blague». Elle aussi recommande de «faire un bilan» et de s'interroger sur la place qu'occupent pour chacun d'entre nous ces «modérateurs de stress pas comme les autres» par rapport à d'autres activités aux vertus apaisantes possibles en confinement: films, lecture ou animaux de compagnie, sans oublier la sexualité. Autres utilisateurs de «substances» concernés, les millions de Français adeptes de drogues «récréatives».

Ils font face à une situation un peu différente, car «on se demande comment ils vont s'approvisionner», souligne le docteur Bernard Basset, président de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie. Et Nathalie Latour estime qu'on «pourrait voir des gens rebasculer sur d'autres substances». Pas certain pourtant que l'offre fasse défaut. «Je fume peut-être un peu plus de clopes», explique Thomas (le prénom a été changé), 24 ans, étudiant parisien. «Mais si au début du confinement il n'y avait presque plus de dealers qui se déplaçaient, ils se sont réorganisés. Il faut commander la veille, en plus grosse quantité, mais ils ont repris les tournées».

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • gogo le 26.03.2020 14:47 Report dénoncer ce commentaire

    Avec ce confinement je suis accros aux sites X. Je commence à avoir les premiers symptôme de cette dépendance, c'est a dire mal au poignet.

  • jpicon le 26.03.2020 19:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi je picole pas plus, sauf à midi ou je me suis permis un petit Picon et un petit rosé pour fêter mon 1er barbecue de l année. . sinon le soirs c est 2 verres: 2 Picons et 2 rouges! santé

  • Le Belge, une fois le 26.03.2020 11:51 Report dénoncer ce commentaire

    Les ravages causé par cette saleté de virus chinois sont encore difficiles à évaluer mais ils seront considérables. Si la RPC de Pékin avait agi de manière adulte et responsable en fermer ses frontières aux départs de Chinois vers l'UE et ailleurs, on en serait pas là !!!

Les derniers commentaires

  • Tika le 28.03.2020 08:26 Report dénoncer ce commentaire

    Moi, je suis accros à rien, car sans travail sans assurance, avec des dettes et vivant seule, il n'y a rien pour devenir accros juste continuer et attendre que les journées se passent.

  • jpicon le 26.03.2020 19:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi je picole pas plus, sauf à midi ou je me suis permis un petit Picon et un petit rosé pour fêter mon 1er barbecue de l année. . sinon le soirs c est 2 verres: 2 Picons et 2 rouges! santé

  • gogo le 26.03.2020 14:47 Report dénoncer ce commentaire

    Avec ce confinement je suis accros aux sites X. Je commence à avoir les premiers symptôme de cette dépendance, c'est a dire mal au poignet.

  • Valens le 26.03.2020 13:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sûrement, nous serons addicts du slow food qui va avec un bon vin ou une bonne bière.

  • HYG le 26.03.2020 13:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pensez aux personnes qui sont en réa