Coronavirus/États-Unis

30 mars 2020 07:04; Act: 30.03.2020 10:21 Print

Donald Trump annonce que le pire est à venir

Pour le président américain, le pic de décès lié au coronavirus est attendu d'ici deux semaines aux États-Unis.

storybild

Donald Trump en compagnie du Dr Anthony Fauci, dimanche, à la Maison-Blanche. (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Donald Trump a estimé dimanche que la mortalité liée au coronavirus aux États-Unis atteindrait son pic «probablement» dans deux semaines, tout en prolongeant jusqu'au 30 avril des recommandations de distanciation sociale.

Lors d'une conférence de presse depuis les jardins de la Maison-Blanche, Donald Trump a mêlé des propos optimistes sur une «reprise» début juin et mises en garde contre toute précipitation. «Nous prolongerons nos recommandations jusqu'au 30 avril pour ralentir la propagation», a-t-il affirmé. Le milliardaire républicain révise ainsi sa position exprimée en début de semaine dernière: il avait alors affirmé qu'il souhaitait faire redémarrer l'économie des États-Unis pour Pâques, soit le 12 avril.

Les États fédérés, notamment les plus touchés par la pandémie, ont pris parallèlement des mesures de restrictions, comme la fermeture des écoles, des lieux publics comme les restaurants. Certains gouverneurs ont aussi demandé à leurs administrés de rester chez eux autant que possible.

Selon les estimations du Dr Anthony Fauci, conseiller du président américain sur la pandémie, le COVID-19 pourrait faire «entre 100 000 et 200 000» morts au sein de la première puissance mondiale. Selon l'université Johns Hopkins, dont le comptage fait référence, plus de 139 000 cas positifs au Covid-19 ont été officiellement déclarés jusqu'ici aux États-Unis, un record à travers le monde. Le nombre total de décès s'élevait dimanche soir à 2 436.

Devenu aux yeux de millions d'Américains une figure rassurante au fil de ses interventions quasi quotidiennes au sein de la «task force» de la Maison-Blanche, le Dr Fauci a tenu à exposer les modèles de projections. «Ils donnent le pire et le meilleur des scénarios. Et généralement la réalité se situe quelque part au milieu», a-t-il expliqué. «Je n'ai jamais vu, parmi les maladies sur lesquelles j'ai eu à travailler, un modèle dont le pire des cas se réalisait. Ils sont toujours surestimés».

Des «points chauds» à travers tout le pays

Une autre conseillère de Donald Trump sur le coronavirus, la Dr Deborah Birx, a prévenu que l'ensemble du pays devait se préparer au pire. «Aucun État, aucune métropole ne sera épargné», a-t-elle martelé sur la chaîne NBC. «Chaque métropole devrait envisager la possibilité d'une crise équivalente à celle de New York, et faire dès maintenant tout ce qu'elle peut pour l'en empêcher», a-t-elle insisté.

L'État de New York, que Donald Trump avait envisagé samedi de placer en quarantaine avant d'y renoncer finalement, compte à lui seul près de la moitié des cas officiellement déclarés aux États-Unis. Son gouverneur Andrew Cuomo a communiqué dimanche un nouveau bilan de près de 60 000 cas et 965 décès.

Mais d'autres «points chauds» apparaissent à travers le pays, parmi lesquels le New Jersey voisin, la Floride, la Louisiane ou les villes de Détroit et Chicago, dans le nord du pays. Un bébé de moins de un an est notamment décédé dans l'État de l'Illinois, ont annoncé samedi les autorités locales.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ClearView le 30.03.2020 08:18 Report dénoncer ce commentaire

    S'il y aura tellement de morts aux USA, c'est à cause de Trump. Il a pendant longtemps nié le problème et bloqué les décisions qui s'imposaient. Mais les électeurs s'en souviendront-ils d'ici les élections de novembre?

  • benvoyons le 30.03.2020 09:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bonjour cravate rouge sûrement le même président stupide qui il y a peu se vantait de dire que tout ça ce virus ce confinement c est stupide nous les usa et pourtant triste réalité ton peuple est toucher gravement aussi...alors ta grande gueule et tes discours a 2 balles garde toi les ...franchement faut espérer qu aux prochaines élections tu paies toutes tes conneries ...courage a tous

  • Le Belge, une fois le 30.03.2020 09:22 Report dénoncer ce commentaire

    On parie que ça va encore être de notre faute?

Les derniers commentaires

  • georgette le 30.03.2020 16:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il a une bonne équipe derrière lui et il motive ses troupes. Il faut être positif dans la vie et c’est ce qu’il fait.

  • Roboberta Menchu d'URSS/Russie le 30.03.2020 13:03 Report dénoncer ce commentaire

    L'agent Trump est vraiment très décevant, on va ne le plus faire élire, désolée !!!

  • Boris le 30.03.2020 12:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais non ne t’inquiète pas Donald .... ce n’est qu’une petite grippe !!!!

  • Thunderbird le 30.03.2020 12:28 Report dénoncer ce commentaire

    Il semble fanfaronner beaucoup moins depuis quelques temps !...

  • Infecté le 30.03.2020 12:12 Report dénoncer ce commentaire

    Et Boris il est où? On en entend plus parler; il est en réanimation?