Coronavirus en France

27 mars 2020 09:40; Act: 27.03.2020 10:09 Print

«Elle avait juste une toux», raconte la mère de Julie

À 16 ans, Julie A. est morte du coronavirus à Paris, devenant la plus jeune victime française de la pandémie, pourtant réputée toucher surtout les personnes âgées.

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est invivable», dit simplement Sabine, la mère de la jeune fille. En parlant à toute vitesse, elle évoque «le choc de perdre un enfant», «le sens de la vie», l'obligation de «continuer». «On devait avoir une vie classique», dit-elle finalement, jointe jeudi au téléphone par l'AFP, à son domicile en banlieue parisienne.

«Elle avait juste une toux», répète Sabine. Une petite toux d'apparence bénigne apparue il y a une semaine, qu'elle avait tenté de soigner avec du sirop, des plantes, des inhalations. Samedi, Julie commence à ressentir des essoufflements. «Pas énorme, elle avait du mal à reprendre son souffle», se souvient sa mère. Puis viennent les quintes de toux, qui la poussent lundi à conduire sa fille, sans problème de santé particulier, chez le médecin.

«À 16 ans, c'est encore la pédiatrie, on est jeune»

Là, le généraliste constate une déficience respiratoire «acceptable». Il décide d'appeler le SAMU, finalement ce sont les pompiers qui arrivent. Combinaisons intégrales, masques, gants, «c'est la 4e dimension», dit la mère. Ils emmènent la jeune fille, équipée d'un masque en papier sous son masque à oxygène, vers l'hôpital le plus proche, à Longjumeau, dans l'Essonne. Sabine rentre chez elle. Lorsqu'elle appelle l'hôpital un peu plus tard, on lui parle d'un scanner, d'opacités pulmonaires, «rien de grave».

Un test au Covid-19 est en cours. Mais dans la nuit, Julie, en insuffisance respiratoire, est transférée à l'hôpital Necker pour enfants, à Paris. Deux autres tests au Covid-19 sont menés. Julie est admise en réanimation mardi. Elle est installée dans une petite chambre aux murs bleus, avec des oursons. «À 16 ans, c'est encore la pédiatrie, on est jeune», dit Sabine. Quand elle vient rendre visite à sa fille dans l'après-midi, celle-ci est anxieuse, parle mais fatigue vite: «J'ai mal à mon cœur», dit-elle.

«On se dit qu'ils se sont trompé»

Mais les résultats aux deux derniers tests au Covid-19 apportent de bonnes nouvelles: négatifs. «On ouvre la porte de la chambre, les infirmières ne mettent plus de blouse, le médecin lève le pouce pour me dire c'est bon», raconte Sabine. Julie semble avoir évité le pire. Il est tard, Sabine rentre chez elle, promet qu'elle reviendra le lendemain. Tard dans la soirée, un appel: le résultat du premier test fait à l'hôpital de Longjumeau vient d'arriver, Julie est positive au Covid-19 et son état se dégrade, elle doit être intubée.

«On n'y croit pas. On se dit qu'ils se sont trompé. Et pourquoi ces résultats arrivent aussi tard?», se demande encore Sabine. «Depuis le début, on nous dit que le virus ne touche pas les jeunes. On l'a cru, comme tout le monde», dit la sœur aînée de Julie, Manon. Vers 0h30, un autre coup de fil: «Venez, vite!». «Là, j'ai paniqué. Il y a des mots qui vous font comprendre», explique Sabine.

Seulement dix personnes au cimetière

Selon le directeur général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, qui a annoncé la mort de la jeune fille jeudi soir, Julie a été victime d'une forme sévère du virus «extrêmement rare» chez les jeunes. Quand elle arrive à l'hôpital avec sa fille aînée vers 1h du matin mercredi, Julie est morte. Elle lui touche la main, «sa peau était encore tiède», se souvient-elle. Sa sœur lui caresse le front. Et puis tout de suite, on leur explique qu'elles ne la reverront plus, le protocole en temps d'épidémie est strict.

«Tout ce qu'on vous annonce, en une heure...» dit Sabine. Impossible aussi de récupérer les affaires de la jeune fille, tout doit être brûlé. Elles arrivent quand même à garder une chaîne de baptême, un bracelet. Le corps de Julie est dans la chambre mortuaire de l'hôpital Necker. Il n'en sortira pas avant l'enterrement prévu dans quelques jours. Par mesure de précaution, il n'y aura pas de cérémonie, seulement dix personnes seront présentes au cimetière.

«On a dû choisir parmi nos proches qui sera présent», raconte Manon. «Le jour de son décès, on devait déjà choisir un cercueil pour elle». Ce cercueil devra rester fermé et Julie «ne sera ni maquillée, ni habillée, on n'a pas le droit», explique sa sœur. Selon le dernier bilan, 1 696 décès dus au Covid-19 ont été enregistrés à l'hôpital en France depuis le début de l'épidémie. Depuis jeudi soir, les bandeaux de télévision rappellent en boucle qu'une adolescente de 16 ans est morte du coronavirus. «C'est horrible parce que moi, je sais que c'est la mienne», dit Sabine.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Grand Maître le 27.03.2020 10:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis secoué par cet article. Courage!

  • Boulmi le 27.03.2020 09:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est horrible comme douleur

  • sabine D le 27.03.2020 09:57 Report dénoncer ce commentaire

    Condoleances

Les derniers commentaires

  • zako le 29.03.2020 04:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est terrible. Je ne peux pas m'empêcher de me demander pourquoi. Pourquoi un forme grave chez l'adolescente ? A-t-elle pris de l'ibuprofène ? Se sont-il trompé à l'hôpital ? La colère et la tristesse m'envahissent lorsque je lis l'article.

  • Mow Bus Driver le 28.03.2020 17:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Repose en paix petite Julie... Sincère Condoléances à sa Famille et Proches soyez fort J’ai perdu ma mère à l’âge de 17 ans , J’ai moi-même un fils qui vient de fêter ses 12 ans (je me remettrai pas si je le perdrai aussi ) j’imagine la Tristesse y’a pas de mots quand on perd un proche ... Je penses comprendre les ? Multiples dans les commentaires précédent peut-être un bug avec les emoticons vu le sens des phrases dites avec compassion

  • Impossible le 28.03.2020 15:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il faut aller travailler pour faire marcher l'économie de l'État

  • Jean II le 28.03.2020 15:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Révolté : Présentez vous pour les prochaines présidentielles .

  • vdh le 28.03.2020 13:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    courage a la famille personne ne devrait par la????