À Paris

23 novembre 2020 06:57; Act: 23.11.2020 09:10 Print

Fête clandestine: le mirage d'un monde sans Covid

Quelque 300 personnes se sont réunies à Paris, samedi soir, pour une soirée baptisée «I want to break free», malgré le confinement.

Sur ce sujet
Une faute?

Au milieu d’un quartier du sud-est de Paris, un portail laissé entrouvert. Derrière, dans les entrailles d’une ancienne voie ferrée, une fête immense, illégale et risquée offre à 300 jeunes le mirage d’un monde sans pandémie de Covid-19. Le temps d’une nuit.

L’adresse a été communiquée par mail au dernier moment et les consignes sont strictes: arriver en toute discrétion, seul ou par très petits groupes, entre 20h et 21h, avec son billet réservé. Les 300 sésames pour cette soirée baptisée «I want to break free» se sont vendus 15 euros via une plate-forme sur Internet. Les places sont parties en quelques heures.

«Fermez la porte», murmure un cerbère tapi dans le noir. Il faut ensuite avancer longtemps en longeant les rails, à la seule lumière de son téléphone portable, pour déboucher sur une vision spectaculaire. Une cathédrale de béton, haute de 20 mètres, recouverte de guirlandes lumineuses, de néons, de dessins psychédéliques projetés au plafond et vibrant au son de puissantes enceintes. Il y a aussi un coin bar, un dancefloor, une scène pour les DJ.

«Entrer en résistance»

Tandis que la musique techno diffracte l’air dense du tunnel, des centaines de personnes en transe piétinent le sol poussiéreux ou discutent, boivent ou flirtent dans les coins. «On a décidé d’entrer en résistance et de lancer cet appel à se cacher ensemble pour faire la fête, car les jeunes n’ont plus aucun espace pour exister ensemble. Ils vivent dans un manque terrible. On essaye de continuer à leur apporter cela, malgré les risques», explique à l’AFP, l’organisateur de 27 ans, Alexandre (prénom modifié).

«On a ce savoir-faire maintenant. On peut, en moins de deux heures, s’installer n’importe où et monter une soirée très discrète comme celle-là», raconte ce fondateur du jeune collectif spécialisé dans les soirées clandestines et l'«urbex» (exploration des friches industrielles et autres lieux abandonnés).

Son collectif fonctionne via un groupe Facebook fermé, qui marche par cooptation. Loin des milieux des «free parties», adeptes des squats et des idéologies libertaires ou des milieux festifs LGBT, cette communauté, la seule à maintenir des fêtes de cette ampleur en plein confinement, rassemble un public parisien hétéroclite.

Ce samedi soir, il y a aussi bien des quadragénaires d’apparence rangée que des étudiants, des «modeux», des militants de gauche ou des milieux LGBT et quelques jeunes de banlieue.

«Tout oublier»

Assis avec sa petite amie américaine sur les rails qui vibrent sous la puissance des enceintes, Ivan, 23 ans, développeur, regarde la piste se remplir peu à peu de fêtards, majoritairement sans masque de protection.

«À titre personnel, je suis en CDI. C’est mon premier boulot et je travaille beaucoup. J’ai vraiment besoin de décompresser. Avec le confinement, il y a un déséquilibre dans ma vie. Je ne suis pas sorti de mon appartement depuis un mois. Cette fête, c’est une question de santé mentale pour moi», dit-il. «Là, je ressens de l’euphorie pure. C’est le seul moment qui permet de tout oublier, d’arrêter de vivre au fil des chiffres des morts et des entrées en réanimation».

L’état d’urgence sanitaire interdisant tout rassemblement public, d’autant plus à des fins commerciales, les organisateurs encourent 15 000 euros d’amende et un an de prison, pour «mise en danger de la vie d’autrui».

Le week-end précédent, une fête payante ayant réuni 300 personnes dans une maison avec piscine à Joinville-le-Pont, près de Paris, a dégénéré, se soldant par deux mises en examen. Cette fois-ci, la police n’est pas intervenue et la fête s’est poursuivie en toute impunité jusqu’à l’aube. «Généralement, la police intervient contre les fêtes clandestines, lorsqu’elle est requise par les voisins, notamment pour du tapage. Il n’y a pas eu d’intervention à cette adresse», a déclaré dimanche matin, à l’AFP, une source policière.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Romina le 23.11.2020 11:49 Report dénoncer ce commentaire

    Eh oui, il y a des gens qui se croient tellement intelligents ..........

  • Fabroo le 23.11.2020 07:44 Report dénoncer ce commentaire

    On se serait pas en période Covid, je dirais sympa...

  • Grinch le 23.11.2020 07:56 Report dénoncer ce commentaire

    Et après la fête ils vont au boulot, école et tuent leurs proches par coup de virus. Bravo les jeunes

Les derniers commentaires

  • la verité si je ment le 23.11.2020 19:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont pris exemple sur les futur flics qui ont fait la fête à l’école de police y’a quelques mois

  • Fin d'une époque le 23.11.2020 19:24 Report dénoncer ce commentaire

    Le monde d'avant n'est pas prévu dans leurs plans. Si si, vous allez voir..

  • packtiech le 23.11.2020 17:24 Report dénoncer ce commentaire

    je trouve plus scandaleux que le gouvernement enferme les citoyens chez eux!!!

  • liberté le 23.11.2020 12:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    top ...génial comme idée j'espère qu'ils ne se feront pas choper

  • Romina le 23.11.2020 11:49 Report dénoncer ce commentaire

    Eh oui, il y a des gens qui se croient tellement intelligents ..........

    • Vincent le 23.11.2020 13:40 Report dénoncer ce commentaire

      oui les Petits Vieux pour qui nous restons chez nous ils se croient malins à 500 au Cactus le samedi matin, Avec le masque Sous le nez...

    • @Vincent le 23.11.2020 17:25 Report dénoncer ce commentaire

      exactement !!