Coronavirus

28 juin 2020 22:31; Act: 28.06.2020 22:32 Print

«Ici, il y a l'Italie qui a souffert, qui a pleuré»

Dimanche soir, les Italiens ont rendu hommage aux personnes mortes du nouveau coronavirus dans la province martyre de Bergame, dans le Nord du pays.

Sur ce sujet
Une faute?

Le président italien Sergio Mattarella a rendu hommage dimanche soir aux personnes mortes du nouveau coronavirus dans la province martyre de Bergame, dans le Nord de l'Italie, évoquant des «cicatrices indélébiles» pour le pays. «Ici, à Bergame, ce soir, il y a l'Italie qui a souffert, qui a été blessée, qui a pleuré. Et qui, tout en voulant reprendre le rythme de la vie, sait qu'elle ne peut oublier ce qui s'est passé», a souligné Sergio Mattarella.

Le nouveau coronavirus a fait plus de 6 000 morts dans la province de Bergame. Les images de dizaines de cercueils rassemblés dans l'église du cimetière de la ville et le macabre cortège des camions militaires les transportant avaient fait le tour du monde en mars, témoignant du drame vécu par cette province.

Durant la crise sanitaire, en raison des mesures de confinement, les défunts n'avaient pas eu droit à des funérailles. Pour rendre hommage aux victimes, une cérémonie était organisée dimanche soir au cimetière monumental de la ville, en présence du chef de l'Etat et des 324 maires des communes touchées, qui arboraient tous un masque et l'écharpe tricolore.

Les proches des victimes n'ont pu être invités, trop nombreux pour garantir la distanciation physique, mais des membres du choeur ont aussi été touchés par le drame. Une minute de silence a été observée. Puis le président Mattarella a déposé une couronne de fleurs au pied du monument funéraire, tandis qu'une jeune bénévole lisait une poésie.

«Des images impossible à oublier»

«L'épidémie a changé nos vies, laissant des cicatrices indélébiles qui ont changé nos priorités», affirmé M. Matarella. «Des vies arrachées, souvent sans une dernière étreinte, sans un dernier au revoir (...) tous nous conservons des images impossibles à oublier». «Se souvenir signifie réfléchir sérieusement (...) sur ce qui n'a pas fonctionné, les carences du système», mais aussi se rappeler du positif, de «l'extraordinaire disponibilité et humanité» du personnel médical ou des forces de l'ordre, a-t-il souligné.

Le Requiem du compositeur bergamasque Gaetano Donizetti a été ensuite interprété par le choeur et orchestre du festival d'opéra Donizetti de Bergame. Des proches de victimes ont déposé une cinquantaine de plaintes le 10 juin auprès du Parquet de Bergame pour demander justice et dénoncer des dysfonctionnements.

«L'unique assassin était ce maudit virus»

«J'espère que le gouverneur (de la région Lombardie, à laquelle appartient à la province, Attilio Fontana) saisira cette occasion pour écouter la douleur de Bergame, et que, devant le cimetière monumental, qui a été le symbole d'une hécatombe, il demandera pardon publiquement aux citoyens», avait souhaité Luca Fusco, le porte-parole du comité «Nous dénoncerons – Vérité et justice pour les victimes du Covid-19». Attilio Fontana a répliqué que «l'unique assassin était ce maudit virus», en ajoutant que «la paix ne se trouvera pas en attisant des vengeances inutiles».

L'épidémie a fait plus de 34 000 morts en Italie, premier pays en Europe à avoir été touché et où elle semble désormais en grande partie maîtrisée.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • red taz on le 29.06.2020 11:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ça fait du bien à Venise et c'est habitants qu'ils y a des mois en avait assez de c'est touriste de masse et c'est ville flottante de packbot.

  • Wall Street le 29.06.2020 06:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre Italie qui a ete tellement infectée du Covid-19 et qui va souffrir du manque de touristes, Venise est quasiment desert et cela va continuer car la crainte de contamination existe et en Espagne aussi.

  • grane le 29.06.2020 14:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toi tu est vraiment un cocou

Les derniers commentaires

  • Claudia le 30.06.2020 13:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    quand on a pas etais sur place tu peu pas imaginer donc garde ton message pour toi stp cest pas méchant mais on souris mais pas de la même façons

  • bonsens le 29.06.2020 18:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’Italie c’est terrible mais pas désespéré, souriez et vous serez heureux

  • grane le 29.06.2020 14:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toi tu est vraiment un cocou

  • cetta le 29.06.2020 13:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je veut répondre au Monsieur ou Madame,qui a écrit que c'est l'Italie, qui a introduit,le virus en Europe: " Lisez et renseignez vous,mieux,car le patient "zero" qui a transportez le virus,la première fois,en Italie, c'était un allemand...e l'Allemagne était au courant...et ils ont laissez passer la chose"en cachette" Bonne journée.

  • cocou le 29.06.2020 11:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @rudy encore heureux, ce pays a introduit le virus en Europe, qu'il se demmerde, toujours à pleurer