En France

25 mars 2020 09:49; Act: 25.03.2020 10:26 Print

Il héberge une infirmière, la copro' la jette dehors

Une infirmière venue prêter main forte à un hôpital parisien a dû plier bagage. Ses nouveaux voisins avaient peur qu'elle ramène le coronavirus.

storybild

Il y a ceux qui applaudissent les infirmières. Et puis il y a les autres... (photo: AFP/Anne Chaon)

Sur ce sujet
Une faute?

En France et au Luxembourg, et ailleurs, certains ouvrent leur fenêtre pour applaudir le personnel médical actuellement au front face au virus. Des encouragements bien mérités! Et puis il y a les autres, ceux qui préfèrent jeter les infirmières dehors par peur du virus, comme à Paris, raconte France Inter.

L'hôpital Tenon, à Paris, avait lancé un appel à la solidarité, il y a quelques jours. En entendant ça, Olivier, qui vit dans le XXe arrondissement, tout près de l'établissement, se dit qu'il peut aider. «J'habite un petit immeuble de huit copropriétés et dans lequel deux appartements sont vides», explique-t-il à nos confrères de la radio française. Rapidement, il contacte l'hôpital Tenon et les propriétaires des appartements inoccupés.

Tout le monde tombe vite d'accord. «L'hôpital nous a très vite proposé de recevoir une infirmière qui arrivait le lendemain de Vancouver», au Canada, pour aider le personnel médical français. Olivier, tout heureux de pouvoir aider, décide d'informer la copropriété. Une «mauvaise idée», il s'en rend vite compte.

«J'ai réalisé qu'on la jetait dehors»

Deux couples plutôt âgés s'opposent farouchement à l'arrivée de l'infirmière. «On m'a rétorqué que j'aurais dû demander leur accord, que je n'étais pas le seul dans cet immeuble et que ce comportement était égoïste», raconte Olivier, sonné. Un dernier appel met fin aux discussions. On lui dit que «nous ne souhaitons pas prendre de risque pour notre famille et le reste des habitants».

Sous la pression, Olivier doit donc demander à l'infirmière de repartir. Elle venait tout juste de défaire ses valises et s'apprêtait à partir au front contre le virus. Heureusement, un autre voisin trouve vite une solution pour l'héberger. Mais quand elle a rendu les clés, Olivier a «réalisé qu'on la mettait dehors, que c'était une honte. Ces personnes ont des peurs irrationnelles, ont vu un lien direct entre elle, l'hôpital, le virus et notre immeuble. Ça va laisser des traces. On aurait mieux fait de ne pas les informer». D'ailleurs, il assure qu'il va à nouveau proposer les appartements libres, sans prévenir les autres, cette fois.

(jw/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • constatation personnelle le 25.03.2020 12:00 Report dénoncer ce commentaire

    ce n'est plus une pandémie, c'est devenu une paranoïa générale.

  • Mini Pouce le 25.03.2020 10:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'égoïsme des gents et leurs stupidité! Si pour une raison ou une autre il atterrissent à l'hospital ils seront bien content d'avoir une infirmière qui s'occupent d'eux!

  • Talk le 25.03.2020 10:50 Report dénoncer ce commentaire

    Une seule solution : le name and shame. Donner aux public le nom et l'adresse des personnes concernées afin que chacun puisse exprimer directement son opinion face à cette attitude (dans le respect de la loi évidemment -> sans menace, sans insulte). Juste leur écrire "je trouve que attitude est honteuse et stupide, j'espère que vous n'aurez pas besoin d'être un jour soigné par le corps médical car à ce moment vous serez content de pouvoir compter sur eux !" peut-être que cela leur permettrait de prendre conscience de la nécessité d'aider le mieux possible le corps médical !!!

Les derniers commentaires

  • evident le 25.03.2020 17:58 Report dénoncer ce commentaire

    c'est toujours pareil, c'est au moment les plus grave que la vraie nature humaine revient au galop. On nait avec une co..erie naturellement phénoménale, l'intelligence est un apprentissage.

  • David le 25.03.2020 15:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qu’on retire au propriétaire tout ce qu’il a il devrait avoir honte une personne qui risque sa vie pour en sauver d’autres qu’il crève ce gros batard. DAVID Beghin

    • Icaro le 25.03.2020 21:55 Report dénoncer ce commentaire

      Le propriétaire a donne son accord pour loger l’infirmière, lisez l'article svp

  • N'inversons pas les roles le 25.03.2020 14:55 Report dénoncer ce commentaire

    Le vrai scandale c'est que la France qui se prétend très à la pointe, n'organise pas de logement pour le personnel soignant, venant de loin, dans un endroit régulièrement désinfecté. Cela est irresponsable et revient à prendre le risque de contaminer des gens sains dans le cas où le personnel soignant serait contaminé. Dans cette résidence qui se charge de désinfecter l'ascenseur, les rampes d'escalier, le sol, les poignées de porte, ... Le brave gars qui a eu cette idée pour faire du buzz et ceux qui ici trouvent cela inacceptable ? C'est à l'Etat français d'organiser des logements sécurisés.

    • Joseph le 25.03.2020 16:33 Report dénoncer ce commentaire

      Le français assisté...comme d'habitude.

    • Pensez-y le 25.03.2020 19:29 Report dénoncer ce commentaire

      L'Etat français peut prendre l'exemple de la Chine qui a réquisitionné des hôtels pour héberger des milliers de médecins et infirmières venus en renfort à Wuhan. De toute façon il y a plein d'hôtels vides à Paris en ce moment.

  • bref le 25.03.2020 14:50 Report dénoncer ce commentaire

    apres ce sont ces mêmes cons qui vont pleurer car pas assez d'infirmier dans leur régions. Des collabos en 40 ces gens là.

  • @noway le 25.03.2020 14:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Lorsque vous aurez un membre de votre famille à l'hôpital vous serez content et trouverez ça normal que des infirmiers(ères) risque leurs vies pour eux svp un peu de solidarités