Virus en France

29 mars 2020 09:10; Act: 30.03.2020 15:03 Print

«Je suis très peu chez moi, nous sommes fatigués»

Praticien dans un hôpital de la région parisienne, un anesthésiste-réanimateur livre tous les jours, sous couvert d'anonymat, le résumé de sa journée.

storybild

Un anesthésiste-réanimateur français livre tous les jours, sous couvert d'anonymat, le résumé de sa journée. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Paris, 29 mars 2020. 1h36: «La journée n'est pas finie. La vague continue de monter. Les lits de l'unité non Covid sont en train d'être transformés en nouvelle unité Covid. Il se pourrait qu'en début de semaine prochaine, il n'y ait plus réellement d'unité non Covid et seulement quelques lits en fonction des patients déjà présents et pas transportables ailleurs. Le manque de places en réanimation commence à modifier complètement nos pratiques et notre vision de la médecine moderne».

«Les patients qui étaient considérés la veille comme jeunes et sans antécédents sont maintenant pour certains trop âgés et avec trop de comorbidités. On est obligés de prendre des décisions de limitation thérapeutique peut-être plus rapidement qu'avant chez certains malades. Encore une fois, nous n'avons pas le choix. La mortalité des patients admis en réanimation semble très très élevée... Même avec les patients qui sont dans le service, on se demande parfois ce que l'on est en train de faire».

«Je suis très peu chez moi»

«On parle parfois d'une mortalité de 70% en réanimation, largement plus élevée qu'en temps normal. On est au jour le jour, avec les modifications d'organisation, l'afflux de malades. Nous sommes fatigués, préoccupés par toutes ces questions autour de l'accès à la réanimation qui incluent le fait de refuser des patients qui étaient en bonne santé il y a encore peu de temps. Préoccupés par toutes ces familles que nous appelons quotidiennement et qui ont du mal à comprendre, parce que c'est difficile de s'imaginer la réanimation sans jamais y avoir mis les pieds».

«Je suis très peu chez moi. Mais je pense faire partie des chanceux. Le quotidien et les repères sont extrêmement perturbés ces derniers jours pour l'ensemble des Français. Nous avons une sorte de chance de conserver un rythme professionnel, même si l'environnement est modifié, nous gardons ce repère-là dans une période où tout est décousu».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • elle le 29.03.2020 12:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais c’est quoi ces commentaires????! Il ne pleure pas ni ne se plaint il explique ce qui se passe!!’ Mais vraiment dans quel monde vit on!!!! Quel égoïsme !!! Tjrs obligé de faire des commentaires

  • la trois le 29.03.2020 10:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on fait ce métier par passion et conviction. on ne compte pas nos heures

  • patience le 29.03.2020 10:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils sont fatigués et pourtant il existe la main d œuvre mais ils se cachent par la peur.... même si on a une spécialité, on connaît les bases du métier n est ce pas. Les anciens médecins sont sur le pont. Vous êtes spécialiste dans n importe quel domaine de médecine alors sortez de chez vous et allez aider svp.

Les derniers commentaires

  • lynn le 30.03.2020 08:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    RESPECTEZ LES CONSIGNES!!!!! CEUX QUI TRAVAILLENT POUR VOUS SOIGNER, NOURRIR....VEULENT RESTER EN VIE !!!!!!!!!!!! ET REVOIR LEURS FAMILLES!!!!! CONFINÉS CONFINÉS CONFINÉS!!!!!! TENEZ VOS ENFANTS À LA MAISON!!!!!!

  • Désemparée le 30.03.2020 00:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dites leur merci ceux sont des héros à mes yeux ils font de leur mieux et donne de leur vie... Pour sauver des vies un énorme bravo à eux et les mots sont peux

  • Unicorn le 29.03.2020 14:39 Report dénoncer ce commentaire

    Il semble que le virus devient fatal à un nombre croissant de gens non-âgées, en dessous de 60. La relation de cause à effet n'étant pas la vulnérabilité, mais la limitation thérapeutique. Plus il y aura de cas, et plus on fera descendre le seuil d'age pour ceux qui seront mis sous assistance respiratoire simple, et qui seront ceux qui bénéficieront encore de l'oxygénation du sang par membrane extracorporelle (tiens on n'en parle pas dans les médias), dont il n'y a qu'une dizaine d'appareils dans les hôpitaux.

  • jesuisfandevous le 29.03.2020 13:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore une fois le journalisme local de campagne dans toute sa splendeur ! « Virus en France » ... il suffisait de titrer « virus dans le monde ou ici à Luxembourg tiens encore mieux » ah oui ici on vient de monter un scanner de campagne wouahhhh on est trop fort

    • @jesuis le 29.03.2020 23:20 Report dénoncer ce commentaire

      J'ai pas trop compris la finalité de votre commentaire !?

  • gigi le 29.03.2020 13:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah les médecins les premier mis à laisser les problèmes à leurs infirmières ... et là ils deviennent des héros malgré eux la vie est mal faite

    • Arrêtezlescritiquespourunefois le 30.03.2020 07:30 Report dénoncer ce commentaire

      Pourriez-vous m'expliquer le rapport entre votre commentaire et cet article?! Il faut arrêter de se plaindre et de critiquer, en ce moment, l'union (mentale) fait vraiment la force. Et soit dit en passant, vous semblez oublier qu'il y aussi des infirmiers....ce ne sont peut-être pas des héros?!