Covid-19

21 février 2021 20:18; Act: 22.02.2021 12:15 Print

L'électronique va traquer l'employé et sa santé

Contrôles de température, détecteurs de la distanciation physique: depuis la pandémie, applications et technologies se multiplient.

storybild

Un capteur a été développé par la société américaine BioIntelliSense pour détecter des changements dans les signes vitaux pouvant être liés au Covid-19. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Contrôles de température, détecteurs de respect de la distanciation physique, «passeports» de santé numériques, enquêtes sur le bien-être et systèmes robotisés de nettoyage ont fait florès depuis la pandémie sur les lieux de travail alors que les entreprises cherchent à faire revenir leurs employés au bureau.

Les géants de la technologie et les start-up proposent une kyrielle de solutions qui incluent la détection visuelle de signes vitaux par ordinateur, celle d’appareils portables qui peuvent donner des indications précoces de l’apparition de Covid-19, sans compter les multiples applications qui surveillent les paramètres de santé.

Salesforce et IBM se sont associés pour lancer «un laissez-passer de santé numérique» permettant aux détenteurs de partager leurs vaccinations et état de santé via leur smartphone.

Un autre système, inventé par Clear, une start-up connue pour le contrôle des aéroports, a créé son propre laissez-passer santé déjà utilisé par la Ligue nationale de hockey américaine et MGM Resorts.

Fitbit, le spécialiste des objets connectés et propriété de Google, dispose d’un programme baptisé «Prêt à travailler» comprenant des enregistrements quotidiens des signes vitaux à l’aide des données de ses appareils.

Microsoft et le géant de l’assurance santé américaine United HealthCare ont déployé une application ProtectWell qui comprend un dépistage quotidien des symptômes, tandis qu’Amazon a déployé un «assistant à distance» dans ses propres entrepôts pour aider les employés à maintenir des distances de sécurité.

Quelles limites?

Avec ces systèmes, les employés sont surveillés dès qu’ils pénètrent dans le hall d’un immeuble, dans un ascenseur, les couloirs et dans tout le lieu de travail.

La surveillance «brouille la frontière entre le lieu de travail et la vie personnelle», souligne Darrell West, vice-président à la Brookings Institution. «Cela érode les protections du secret médical pour de nombreux travailleurs».

Un rapport publié l’an dernier par le groupe de défense des consommateurs Public Citizen a identifié au moins une cinquantaine d’applications et de technologies lancées pendant la pandémie et «commercialisées comme des outils de surveillance du lieu de travail pour lutter contre Covid-19».

Le rapport indique que certains systèmes vont jusqu'à identifier les personnes qui ne passent pas assez de temps devant un évier pour constater un lavage des mains inadéquat.

«L’intrusion dans la vie privée à laquelle sont confrontés les travailleurs est alarmante, d’autant plus que l’efficacité de ces technologies pour atténuer la propagation du Covid-19 n’a pas encore été établie», indique le rapport.

Délicat équilibre

Les employeurs sont confrontés à un équilibre délicat entre assurer la sécurité au travail sans empiéter sur la vie privée, observe Forrest Briscoe, professeur à Penn State University.

S’il existe, selon lui, des raisons légitimes pour exiger une preuve de vaccination, elles sont parfois en conflit avec les réglementations concernant le secret médical qui limitent l’accès d’une entreprise aux données de santé des employés. «Vous ne voulez pas que l’employeur accède à ces informations pour des décisions liées au travail», indique-t-il.

Certes, «l’utilisation de fournisseurs tiers permet de conserver les données séparément», a ajouté l’expert, «mais pour certaines de ces entreprises technologiques, leur modèle commercial implique la collecte de données et leur utilisation à des fins monétisables, ce qui présente un risque pour la vie privée».

Le dernier grand rendez-vous de l’électronique grand public, le Consumer Electronics Show 2021, regorgeait d’innovations par des start-up du monde entier cherchant à limiter la transmission de virus. FaceHeart, basée à Taïwan, a par exemple présenté un logiciel qui peut être installé dans des caméras pour mesurer des signes vitaux et dépister un essoufflement, une fièvre, une déshydratation, une fréquence cardiaque élevée.

Mais il y a des risques à se fier trop à des technologies qui en outre peuvent s’avérer inexactes, souligne Jay Stanley, analyste à la puissante association de défense des droits civiques ACLU.

«Les employeurs ont un intérêt légitime à protéger les lieux de travail et à maintenir les employés en bonne santé dans le contexte de la pandémie», affirme cet expert. «Mais ce qui m’inquiète, c’est que les employeurs utilisent la pandémie pour recueillir et stocker des informations de manière systématique au-delà de ce qui est nécessaire».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le Défenseur des Droits le 22.02.2021 08:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et dire qu'on se faisait insulter de complotiste quand on disait que cette pseudo-pandémie était l'occasion pour les gouvernements et les multinationales de fliquer et tracer les individus. Leur "1984" orwellien ils peuvent se le mettre bien profond. Nous n'avons aucun compte à leur rendre. Notre corps, notre santé et notre vie privée ne les regardent pas. Et quand bien même, qu'offrent-t-ils en contrepartie de ces violations de nos droits ? Juste le droit de bosser comme des esclaves pour des multinationales jusqu'à notre mort. Car pour ces gens-là, pas question de débourser de l'argent pour entretenir des retraités oisifs et malades qui ne font que coûter "un pognon de dingue" sans leur rapporter d'argent. Naturellement, ils se réservent à eux-mêmes un sort bien plus agréable que celui qu'ils envisagent pour nous.

  • David le 21.02.2021 22:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Atteinte à la liberté et au droit de l’homme c’est complètement illégal

  • Violette le 21.02.2021 21:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des robots

Les derniers commentaires

  • MacTv le 23.02.2021 10:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’Essentiel continue inlassablement à vous livrer des bonnes nouvelles!...

  • La duchesse du Kirchberg le 23.02.2021 09:00 Report dénoncer ce commentaire

    Pas du tout étonnée mais choquée, révoltée, outrée. Le "détecteur de respect de distanciation ..." ça va fonctionner comment ? Dès que vous serez à moins de 2 mètres d'une personne, une alarme et une voix robotique vont se déclencher et vous rappeler à l'ordre ? Je sens que c'est aussi une opportunité pour certains employeurs d'avoir le droit de filmer non stop leurs salariés. Effrayant, pathétique ...

  • Alice le 22.02.2021 20:41 Report dénoncer ce commentaire

    Décidemment, je préfère de travailler chez moi à la maison !

  • Esclaves sans logique le 22.02.2021 20:16 Report dénoncer ce commentaire

    Télévision vendue il y a 4 ans, smartphone cassé, jamais racheté, et balades à pied, littérature, etc. Sur mon PC, je ne regarde que ce qui me passionne. Oui, c'est possible. Sans votre complicité, tout cela n'aurait pas lieu.

  • dulux le 22.02.2021 15:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comment apres un an vous n'avez toujours rien compris ?