Le Luxembourg contre le virus

26 mars 2020 10:50; Act: 26.03.2020 14:26 Print

«Seuls des cas graves intégrés à l'essai européen»

LUXEMBOURG - Le Luxembourg confirme qu'il participe à l'essai Discovery, notamment sur la chloroquine. On ne sait pas encore combien de patients du pays sont concernés.

storybild

L'étude clinique actuellement en cours de démarrage concernera 3 200 patients dans plusieurs pays. (photo: Alain Rischard/editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

La ministre de la Santé, Paulette Lenert, a pris la parole ce jeudi, en fin de matinée, entourée d'un panel d'experts, pour balayer un certain nombre de sujets importants autour du coronavirus. La ministre a confirmé la participation du Luxembourg à l'essai européen Discovery, initié par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) en France. Une étude est en cours de démarrage.

En revanche, «on ne sait pas encore combien de patients au Luxembourg» prendront part à l'essai clinique, a expliqué Romain Nati, directeur du Centre hospitalier de Luxembourg. L'étude porte sur les différents traitements qui pourraient démontrer une certaine efficacité face au coronavirus. Les patients concernés seront des «cas graves, des patients lourds et hospitalisés. Ce sont eux qui feront la différence», a précisé l'expert. Chaque patient concerné devra donner son accord au préalable.

«Nous voulons fournir la meilleure solution thérapeutique»

L'étude internationale sera réalisée par blocs de cent personnes à qui on administrera, pour chaque bloc, un traitement différent, afin d'analyser celui qui obtiendra les meilleurs résultats. «Nous voulons fournir la meilleure solution thérapeutique», souligne Romain Nati.

Pour rappel, les molécules testées sont le remesivir, un antiviral conçu initialement pour le virus Ebola, le lopinavir en combinaison avec le ritonavir, la combinaison lopinavir/ritonavir associée à l'interféron bêta et finalement l'hydroxychloroquine. Elles doivent toujours allier deux compétences: efficacité et tolérance.

Retrouvez la conférence de presse de la ministre de la Santé Paulette Lenert avec un panel d'experts, et une traduction simultanée en français:

(L'essentiel/ sl )

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • zen le 26.03.2020 14:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourtant , le professeur marseillais est clair: son traitement doit être utilisé avant que le cas du patient ne devienne grave...

  • Pourquoi on attend sur le Plaquenil ? le 26.03.2020 12:03 Report dénoncer ce commentaire

    Résultats étude dans 2 mois !!! Il vont tester 4 médocs, dont le Plaquenil (chloroquine) qui est CONNU DEPUIS 70 ans et a montré ses effets positifs sur le Covid-19, et 2 nouveaux médicaments issus de labos soutenus par l'Inserm, et 1 un placebo. L'étude porte sur 3200 malades, dont 800 recevront un placebo et donc risquent d'y passer. Pourquoi on ne se concentre pas plus sur le Plaquenil (chloroquine) au lieu d'attendre les études ? Le résultat des analyses de sang pour le test au Plaquenil n'est pas encore là ? Que se passe-t-il pour trainer autant les pieds sur le Plaquenil ?

  • Brando le 26.03.2020 13:51 Report dénoncer ce commentaire

    Aucun sens de cibler les patients grave. Un individu qui a besoin d'être en réanimation , sont problème n est plus temps le virus mais son système respiratoire qui ne fonctionne plus.De plus le traitement du Pr raoult ne marche pas dans ce cas.Cette étude ne vise qu'a discréditer le protocol raoult.Il serai judicieux de ce concentrer sur les patient de plus de 65 ans et si positif immédiatement sous le protocol raoult .Cette population doit être testé au moindre symptome.Qd au moins de 65ans pour eux ce ne sera qu une gripette.

Les derniers commentaires

  • charl le 27.03.2020 05:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nos gouvernement font tout de travers le professeur a dit que c’est au debut de la maladie C’est incroyable ils font tout pour que cela ne marche pas

    • @charl le 27.03.2020 11:33 Report dénoncer ce commentaire

      Ce professeur n'est qu'une voix parmis beaucoup d'autres voix. J'ai l'impression que certains le traitent comme le nouveau guru.. !?

  • La tulipe noire le 27.03.2020 01:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il vont l’utiliser que dans les cas graves alors qu’il doit être administré dès le début de la maladie. Donc le plaquénil ne sera pas sélectionné. Heureusement que le pr.Raoult peut continuer à le prescrire.

  • pralin le 26.03.2020 17:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le problème c’est la guerre des laboratoires, celui du Professeur n’est pas cher , donc ils pensent plutôt au pognon .

  • Titus le 26.03.2020 15:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @EF Ouais en attendant j'ai le disjoncteur du four qui a lâché, heureusement que ce n'était pas celui de la plaque sinon je ne pouvais plus faire à manger. Donc suis bien content de pouvoir aller en acheter un, au cactus ou ailleurs.

  • zen le 26.03.2020 14:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourtant , le professeur marseillais est clair: son traitement doit être utilisé avant que le cas du patient ne devienne grave...