En Nouvelle-Zélande

18 mai 2020 07:49; Act: 18.05.2020 14:34 Print

La Première ministre recalée d'un bar déjà plein

La Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, s'est vu refuser l'entrée d'un café en raison des règles de distanciation sociale qu'elle a elle-même édictées.

storybild

Elle et son fiancé Clarke Gayford, avec un groupe d'amis, se sont présentés dans un café de la capitale Wellington, samedi, mais ont été priés de faire demi-tour, car l'établissement avait déjà atteint le nombre limite de clients. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

En Nouvelle-Zélande, personne n'est exempté des mesures strictes de prévention contre la propagation du coronavirus, pas même la Première ministre, Jacinda Arden. Elle et son fiancé Clarke Gayford, avec un groupe d'amis, se sont présentés dans un café de la capitale Wellington, samedi, mais ont été priés de faire demi-tour car l'établissement avait déjà atteint le nombre limite de clients.

«Je dois en assumer la responsabilité, je ne me suis organisé et n'ai réservé nulle part», a tweeté M. Gayford en réponse à un autre consommateur qui avait remarqué que ces clients VIP avaient été refusés. La Nouvelle-Zélande a commencé à lever les mesures de restrictions contre la propagation du coronavirus, les cafés ayant été autorisés à rouvrir jeudi, mais ils doivent maintenir une distance entre les tables, et les clients doivent rester assis.

Une table s'est libérée

Un client qui avait remarqué que Mme Ardern s'était vu refuser l'entrée du restaurant a déclaré à Stuff media qu'un employé du café avait «dû dire, gêné, qu'il était plein et qu'il n'y avait pas de tables, et ils sont partis». Heureusement pour Mme Ardern et ses accompagnateurs, des clients du restaurant sont partis peu après, et le personnel du café leur a couru après, dans la rue, pour inviter la Première ministre à revenir.

«C'était très gentil de leur part de nous courir après dans la rue quand une place s'est libérée. Un service A+», a tweeté M. Gayford.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sérieusement ?? le 18.05.2020 11:02 Report dénoncer ce commentaire

    Il partait vraiment ou il s'est senti obligé pour la ministre ?

  • Just a little le 18.05.2020 12:35 Report dénoncer ce commentaire

    Et gardait l'enfant pendant ce temps là?

  • Rui le 18.05.2020 12:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Même s'il se sentait "obligé " quel est le problème d'avoir cédé sa table à la premier ministre ????

Les derniers commentaires

  • Rui le 18.05.2020 12:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Même s'il se sentait "obligé " quel est le problème d'avoir cédé sa table à la premier ministre ????

  • Just a little le 18.05.2020 12:35 Report dénoncer ce commentaire

    Et gardait l'enfant pendant ce temps là?

  • Sérieusement ?? le 18.05.2020 11:02 Report dénoncer ce commentaire

    Il partait vraiment ou il s'est senti obligé pour la ministre ?