Coronavirus et chloroquine

24 mars 2020 14:11; Act: 24.03.2020 14:39 Print

Le «chercheur génial» qui crispe l'Élysée

Le professeur Raoult affirme que la chloroquine est un remède efficace contre le Covid-19 et qu'il faut la prescrire immédiatement. Le gouvernement français temporise.

Sur ce sujet
Une faute?

Le nom du professeur Didier Raoult a le don d'embarrasser les membres du gouvernement français. Ce professeur affirme haut et fort que la chloroquine constitue un remède efficace au Covid-19 et qu'il faut la prescrire dès maintenant, à grande échelle. Le médecin a mené un essai clinique sur 24 patients souffrant du coronavirus, en leur administrant ce traitement antipaludique. Six jours plus tard, seuls 25% d'entre eux étaient encore porteurs du virus, explique BFM TV. Le hic, c'est que la chloroquine fait toujours l'objet de tests cliniques et certains spécialistes s'époumonent en avertissant des dangers de l'automédication.

Qu'à cela ne tienne. Bravant les interdictions, le professeur Raoult a ouvert les portes de son Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée au public, lundi, à Marseille. Plus de 300 personnes se sont pressées pour obtenir ce que le gouvernement français ne leur donne pas: la possibilité de passer des tests de dépistage - pour l'heure réservés aux soignants et personnes fragiles - et se procurer la fameuse chloroquine. Un pied de nez au sommet de l'État: «C'est comme les faux prophètes…», peste un «familier de l'exécutif», interrogé par Le Parisien.

«Raoult, c'est le Jésus Christ du XXIe siècle»

Spécialiste des maladies infectieuses, ce professeur aux faux airs de Panoramix ou de Dumbledore fait monter la pression médiatique. Et le gouvernement n'aime pas ça. «Il est devenu la pasionaria de certains membres de l'opposition qui sont prêts à se rallier à n'importe quelle solution. C'est: «Je vois la lumière et fuck la rigueur scientifique!». Ceux qui appellent à la prudence apparaissent comme voulant l'empêcher de trouver la solution», tempête un conseiller d'Emmanuel Macron. Un autre abonde: «C'est dingue. Raoult, aux yeux des gens, c'est le Jésus Christ du XXIe siècle».

Agacés de le voir un peu partout dans les médias, certains macronistes lui ont trouvé un surnom peu reluisant: «Le fou furieux». Dans les coulisses de l'Élysée, le professeur Raoult peut toutefois compter sur quelques rares supporters: «S'il avait les cheveux courts, des petites lunettes cerclées et une cravate, il n'aurait pas fait l'objet de cet ostracisme. Ils auraient dû tester son traitement plus tôt, au lieu de se pincer le nez comme des snobs de Parisiens!», s'agace un «habitué de l'Élysée».

«Un chercheur absolument génial»

Il faut dire que le professeur Raoult n'est pas n'importe qui: cet infectiologue de renom est membre attitré du Conseil scientifique créé sur le Covid-19 pour éclairer Emmanuel Macron, qui le prend très au sérieux. Le scientifique échange d'ailleurs régulièrement avec Olivier Véran, le ministre de la Santé. «C'est un scientifique controversé, qui nous expliquait il y a quelques semaines que l'on était fous de s'exciter sur le coronavirus, mais il est aussi reconnu comme un chercheur absolument génial», confie un ministre.

Le verdict des essais cliniques doit être connu dans deux à trois semaines, et le gouvernement français reste très vigilant: «Imaginez si on a 2 000 à 3 000 morts parce que ce médicament n'est pas supporté? Il y a un protocole clinique à respecter», martèle un proche de Macron. Un avis que le professeur Raoult ne semble pas partager: «Moi, comme n'importe quel docteur, à partir du moment où l'on a montré qu'un traitement était efficace, je trouve immoral de ne pas l'administrer. C'est aussi simple que ça», expliquait-il dans une interview accordée dimanche au Parisien.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • TontonB le 24.03.2020 14:34 Report dénoncer ce commentaire

    En tout cas si cela marche, prix Nobel. Tout de suite.

  • Chloroquine le 24.03.2020 14:25 Report dénoncer ce commentaire

    "Karine Lacombe, infectiologue". Il faut savoir que cette gentille medecin fait des conférences payantes pour un grand nombre de Big Pharma. L'info est sur le net. Bref vous m'avez compris.

  • Alain Rak le 24.03.2020 14:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Attendons 3 semaines les résultats sur 3000 personnes. A ce jour il n'y a que 24 tests.

Les derniers commentaires

  • brando le 25.03.2020 17:15 Report dénoncer ce commentaire

    Les derniere stats italiennes viennent de tomber.Les malades qui décèdent ont plus de 60 ans.C est sur ce coeur de cible que tout les efforts doivent ce concentrer.Chaque medecin dois etre en mesure de tester ces personnes au moindre symptômes et ne pas attendre qu ils soient en detresse respirato.En cas de test positif alors direct sous chloroquine.Les moins de 60 ans on les laisse.Pour eux se sera une grippe banale. Puis avec le temps une immunité de groupe va se faire et le virus va crever tout seul.Le confinement ne fera que maintenir en longueur l épidémie.On aura une 2ieme vague c sur

  • Pascal le 25.03.2020 07:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est la jalousie que les fais parler ainsi?

  • gabriel le 25.03.2020 07:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ok, prenons tout ceux ici qui demandent une commercialisation immediate, et donnons le traitement à leurs proches infectés uniquement. qui est toujours partant? ou alors on laisse le temps au chercheurs de mener de vrais etudes sur les side effects,...?

  • Pascal le 25.03.2020 07:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore une fois l’argent , Ils on tous peur du professeur Raoult, Parce que s’il a raison ,les autres qui sont contre ne gagneront pas assez du lobbing !E puis Michel Cymes qu’il se calme un peu c’est vaniteux il se prend pour star alors que le Professeur Raoult est une star il l’a déjà prouvé plusieurs fois !

  • Al20 le 25.03.2020 03:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De toute façon si ce médicament est bien pris, il n'y a pas de risque majeur alors pourquoi ne pas le donner d'office ! Et arrêtons de polimiquer.