De janvier à mai 2021

09 septembre 2021 08:54; Act: 09.09.2021 14:01 Print

Le Covid, première cause des arrêts de travail

En France, le Covid-19 a été la première cause des arrêts de travail des salariés de janvier à mai, en raison des arrêts dérogatoires liés au coronavirus.

storybild

Le Covid-19, 1ère cause des arrêts de travail de janvier à mai, selon une étude.

Sur ce sujet
Une faute?

Globalement, le nombre de salariés ayant eu au moins un arrêt de travail a augmenté de trois points (+30%) sur la période étudiée, «passant de 10% des salariés en janvier à 13% en mai», précise Malakoff Humanis dans un communiqué. Au total, 46% des arrêts de travail étaient dus au Covid-19 de janvier à mai, dont 12% de cas d'infection diagnostiqués et 34% d'arrêts dérogatoires (personnes vulnérables, garde d'enfants) provoqués par l'épidémie. «Le pic a été atteint en avril 2021», avec 52% des arrêts de travail liés au Covid (dont 15% de cas diagnostiqués), d'après l'étude.

Après le coronavirus, les «principaux motifs d'arrêt maladie" ont été les accidents ou traumatismes (21%), devant les troubles psychologiques (dépression, anxiété, stress) et épuisement professionnel ou burn-out, qui représentent ensemble 19% des arrêts, détaille Malakoff Humanis. Les maladies graves ont entraîné 12% des arrêts, tout comme les troubles musculosquelettiques. La part d'arrêts de travail chez les managers (17%) est plus importante que chez les non-managers (11%), note le groupe de protection sociale.

«Une dégradation de la santé mentale»

Le renoncement aux arrêts maladie diminue" sur la période étudiée: 8% des salariés ont continué à travailler bien que leur médecin leur ait prescrit un arrêt de travail", alors qu'"ils étaient 19% en septembre 2020, souligne Malakoff Humanis, qui mesure depuis mars 2020 l'impact de la crise sanitaire sur la santé des salariés. De janvier à mai, en dehors du coronavirus, 16% des arrêts étaient longs (supérieurs à un mois), à comparer aux 12% d'arrêts longs enregistrés en 2020 et aux 9% de 2019.

Selon une deuxième enquête, la crise sanitaire a entraîné «une dégradation de la santé mentale» des salariés, qui souffrent d'«une fragilisation générale de (leur) état psychologique». Quatre salariés sur dix (41%) estiment que la crise sanitaire a eu un impact négatif sur leur santé mentale et près d'un salarié sur dix (9%) estime être «en mauvaise santé mentale». Si 82% des salariés sont satisfaits de leur travail, 35% sont «stressés» et 24% disent être «à bout de force», tandis que 30% craignent de perdre leur emploi, relève Malakoff Humanis. Ces études ont été réalisées auprès d'échantillons représentatifs de salariés, hors fonction publique (quelque 2 000 personnes interrogées chaque mois de février à juin, soit 10.028 au total, pour la première; 1 510 du 28 avril au 10 mai pour la seconde).

(L'essentiel / AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • pffff le 09.09.2021 09:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est vrai que ça à vraiment rendu malade certains mais mon dieu y en a plus qui ont profité de l’occasion qu’ont leurs donnaient pour ne plus rien faire

  • Les Achats masqués le 09.09.2021 19:55 Report dénoncer ce commentaire

    Chez nous, les arrêts de travail à cause de la moquette poussiéreuse ont augmenté : on a un économiste au bureau qui a été touché de plein fouet

  • Correctif Santé Publique France le 09.09.2021 14:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le nombre de décès du covid en France revu à la baisse. 11 000 décès ont été comptabilisés 2 fois, comme décès dans un Ehpad d'une part, et comme décès à l'hôpital d'autre part. Le nombre total de décès du covid diminue de 11 000. Source Santé Publique France.

Les derniers commentaires

  • elle le 10.09.2021 07:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ou ceux notamment dans l’éducation nationale, qui sont covides, jusque fin juin, partent en vacances et sont de nouveau covides en septembre… après chacun fait ce qu’il veut mais ceux qui sont absents pour une cause réelle se prennent des réflexions

  • wesh jack le 09.09.2021 22:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Arrêtez de dire les gens profitent ! On était tous dans le même cas y’a 15 mois tous confinés et payés ?!!!

  • Flolo le 09.09.2021 21:19 Report dénoncer ce commentaire

    Les autorité on donner carte blanche ,les gens on en profites pour certain je dit bien pour certain

  • Abalus le 09.09.2021 20:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Rabat Joie, non c'est un gouffre

  • Les Achats masqués le 09.09.2021 19:55 Report dénoncer ce commentaire

    Chez nous, les arrêts de travail à cause de la moquette poussiéreuse ont augmenté : on a un économiste au bureau qui a été touché de plein fouet