Coronavirus

19 mars 2020 17:11; Act: 19.03.2020 18:09 Print

Le Luxembourg «suit de près» le remède «miracle»

LUXEMBOURG - Malgré le scepticisme initial de certains médecins, le ministère de la Santé s'intéresse désormais à la chloroquine, qui pourrait soigner le coronavirus.

storybild

Les laboratoires pharmaceutiques travaillent sur des traitements pour soigner le coronavirus.

Sur ce sujet
Une faute?

Alors que de nombreux laboratoires pharmaceutiques planchent actuellement sur un vaccin, il n'existe à l'heure actuelle aucun remède reconnu comme efficace contre le coronavirus. Et si la chloroquine était amenée à devenir ce fameux traitement «miracle» attendu par le monde entier?

C'est en tout cas la conviction du Dr. Didier Raoult, directeur de l’IHU méditerranée infection à Marseille et membre du conseil scientifique. Lundi, le médecin français a présenté des résultats considérés comme «très prometteurs» par le ministère de la Santé français, qui a validé de nouveaux essais cliniques.

Concrètement, les trois quarts des 24 patients qui ont reçu de l'hydrochloroquine étaient guéris au bout de six jours. Combinée à un autre antibiotique utilisé pour soigner les pneumonies, l'azithromycine, le traitement serait encore plus efficace, particulièrement sur les cas graves. Des résultats spectaculaires qui ont suscité l'enthousiasme de médecins au Luxembourg. «J'y crois dur comme fer, la légitimité du Dr. Raoult et l'efficacité de son traitement est incontestable», confie un médecin généraliste établi au Grand-Duché.

«Au Luxembourg, nous avons tendance à suivre»

Ce dernier regrettait pourtant un certain scepticisme dans le pays lorsque l'étude du médecin marseillais n'avait pas encore été largement relayée. «J'en ai parlé au CHL, ils ne voulaient rien savoir. Au Luxembourg, nous avons tendance à suivre. Si les pays voisins se lancent, alors nous leur emboîterons le pas».

Un ressenti qui semble se confirmer maintenant que l'OMS a inclus la substance dans son programme d'essais cliniques, et que les États-Unis l'ont officiellement approuvé jeudi. Interrogée par L'essentiel sur le traitement à la chloroquine lors du point presse de jeudi, la ministre de la Santé, Paulette Lenert, a indiqué «suivre de près cette piste, sans perdre de temps», tout en se gardant de «donner un avis médical».

Une certaine prudence reste de mise. Déjà car les tests du Dr. Raoult ont été effectués sur un nombre très restreint de personnes, même si une étude chinoise de plus grande ampleur avait indiqué des résultats similaires. Aussi, car la chloroquine, qui est utilisée dans les traitements contre le paludisme, peut avoir des effets indésirables, notamment en cas de surdosage.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Viki le 19.03.2020 19:53 Report dénoncer ce commentaire

    Pour le moment l'etat a bloque la vente du Plaquenil (medicament en question) aux pharmacies. Jai fait un tour des pharmacies (par telephone) aujourdhui car je dois prendre ce medicament tout les jours pour eviter de maladies grave et ceci depuis des annees. Impossible dacheter. Jai du stock pour 1 mois et apres??? Je ne suis pas la seule a devoir prendre Plaquenil. Les pharmaciens ne savent pas quand le medicament va etre a nouveau disponible. Est-ce que letat pourrait penser a tous les malades et pas seulement aux gens attaint de COVID? Merci

  • Petit Poucet le 19.03.2020 18:18 Report dénoncer ce commentaire

    Mais arrêtez un peu de faire croire à tout le monde que le gouvernement luxembourgeois a les cartes en mains et qu'il gère cette crise comme tous ses voisins, depuis le début de cette crise, le Luxembourg ne fait que suivre ce que les autres font, on ne décide de rien ici, on copie. Les grands pays avancent et nous, et bien, on essaye de paraître.

  • bidibule le 19.03.2020 19:24 Report dénoncer ce commentaire

    Je pense que ça vaut le coup d’essayer, si on peut guérir les gens en 6 jours, on pourra gagner beaucoup de temps

Les derniers commentaires

  • sarapapillon le 26.03.2020 01:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais il faut l’associer à du zinc pour avoir l’hydroxichloriquine

  • christian Jacquemin le 21.03.2020 10:27 Report dénoncer ce commentaire

    J'avais déjà en Décembre ou Janvier entendu le virologue Marc Van Ranst indiquer et faire référence à ce médicament qui date des années 30 et qui de plus n'est plus soumis a un brevet donc qui peut facilement être prescrit en générique …..les effets secondaires c'est a forte dose et longue durée… donc !! si j'étais Ministre de la santé …

  • Manini le 21.03.2020 01:47 Report dénoncer ce commentaire

    Un remède à base de plante efficace pour résoudre le problème CORRONA, reste juste l'essai,

  • Mohamed Sail le 20.03.2020 16:46 Report dénoncer ce commentaire

    La chine a déjà testé ce traitement, ils disent efficace à 90% des cas, Aujourd'hui la France le prouve à 75 % des cas, USA le prouve aussi. C est un pas géant, nous avons une piste très prometteuse.

  • My Lux le 20.03.2020 13:09 Report dénoncer ce commentaire

    Apparement, c'était bien la Chine qui a utilisé en premier la chloroquine pour contre la maladie COVID-19 («Pragmatisme» des Chinois : Les rares publications scientifiques concernant l’effet de ces molécules sur le SARS-CoV-2 sont, pour l’instant, issues du premier pays touché chronologiquement par le virus: la Chine. Louant le pragmatisme des Chinois, Didier Raoult a lancé un essai clinique, qui a reçu l’approbation d’un comité de protection des personnes (CPP) et de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). )