Covid au Luxembourg

13 septembre 2021 11:00; Act: 13.09.2021 11:42 Print

«Le masque gênait pour se sentir à l'aise à l'école»

LUXEMBOURG - Le ministre de l'Éducation nationale, Claude Meisch, explique la levée du port du masque et les enjeux de la rentrée.

storybild

Claude Meisch explique la levée du port du masque et les enjeux de la rentrée. (photo: Editpress/Fabrizio Pizzolante)

Sur ce sujet
Une faute?

L'essentiel: Pourquoi la fin du masque en classe, avec un public peut-être plus à risque car moins vacciné?

Claude Meisch: Plus à risque d'infection peut-être, mais sûrement pas de problèmes de santé en cas d’infection. Dans ce cas les jeunes et les enfants ne risquent pas grand-chose. C'est pourquoi je crois qu’il faut leur redonner de la liberté. Parmi ces mesures de liberté, nous avons jugé primordial d’enlever l’obligation générale du masque.

Pourquoi?

Parce que le masque bloque quand même la communication. Il gênait beaucoup d’un point de vue pédagogique, pour enseigner et apprendre. Aussi pour se sentir à l’aise à l’école. La situation sanitaire actuelle permet d’abolir l'obligation générale mais en cas de présence du virus dans la classe, elle reviendra.

L’autotest reste central dans le dispositif même s’il a parfois été contesté. Est-ce un outil de confiance?

Oui, car il est très flexible. On peut l’utiliser en classe, dans les écoles, en cas de doute par rapport à un élève qui ne se sent pas bien ou lorsque l'on a un symptôme. C’est un instrument qui correspond bien aux nécessités des écoles. Il se prête bien pour garantir une certaine sécurité, à côté des vaccinations qui nous permettent certaines ouvertures pour cette rentrée scolaire.

La Summerschool séduit. Va-t-elle se pérenniser?

Pour moi, c’est une des découvertes de cette crise. Pour l’un ou l’autre élève, les vacances de plus de deux mois sont parfois très longues et cela permet de rattraper une matière ou de se préparer pour la rentrée. On veut la pérenniser et la développer en combinant rattrapage avec d’autres activités de loisir.

Quels autres enseignements sur l’école a apportés cette crise?

C’est une confirmation, l’école est très forte. Quand on s’unit entre parents, enfants, professeurs, politiques... on peut aller très loin. Cela a demandé un engagement énorme de tous les acteurs, surtout des enseignants. Et on a finalement réussi à ne pas céder. En offrant vraiment une formation, en présentiel ou en digital. En disant: nos enfants ont droit à une éducation malgré la pandémie.

Pourquoi pas de CovidCheck au lycée?

Cela vise plutôt des activités ponctuelles et de loisir. L’école c’est quotidien et ce n’est pas une activité volontaire. On ne peut pas aménager une barrière de contrôle devant toutes les écoles et faire repartir les élèves s’ils ne sont pas testés. L’école, surtout publique, doit être ouverte à tous les acteurs. L’Éducation nationale peut aider à gérer la crise sanitaire, mais on a une autre mission principale: éduquer.

D’ici la rentrée 2022, y aura-t-il des enfants de 6 ans vaccinés?

Je ne le sais pas. Il y a des demandes d’autorisation pour des vaccins pour moins de douze ans. On espère qu’il y en aura, mais on sait que la participation sera très probablement moins élevée que pour les adultes ou les jeunes.

Craignez-vous les conséquences psychologiques sur cette génération Covid?

Les élèves, les enfants, sont très forts. Mais un enfant de dix ans qui vit depuis un an et demi cette situation de pandémie, avec toutes ces restrictions... cela peut laisser une trace dans sa vie et sur sa santé mentale. Je crois qu’il y a des jeunes qui étaient plus fragiles et qui maintenant rencontrent des problèmes plus sévères, mais il y a aussi des jeunes forts et résilients.

Avez-vous fait des erreurs dans cette crise?

Bien évidemment. Combattre une pandémie, c’est savoir décider très très vite. Et on prendrait peut être, avec le recul et l’expérience, l'une ou l'autre décision d’une autre manière. Il y a tant d’exemples. On a réadapté les mesures sanitaires presqu’à chaque rentrée scolaire, car on les a évaluées.

(Recueilli par Nicolas Martin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le censuré le 13.09.2021 11:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merci pour cette décision. En France ils n ont encore rien compris. De voir chaque matin min enfant de 7 ans avec cette muselière autour de la bouche me tue! Et pendant ce temps là nos politiciens Français se rencontrent sans masque! Toute ces confinements sont une mascarade. les chiffres le prouvent, avec ou sans confinement et masques le nombre de malade reste le même.

  • La vérité sortira le 13.09.2021 13:16 Report dénoncer ce commentaire

    Un jour, ce cirque sera expliqué : qui a menti, pourquoi ils ont menti, et dans quel but ils ont autant détruit la société. Peu importe le temps qu'il faudra, cette arnaque sera élucidée et des procès s'ouvriront.

  • Un journaliste doit être neutre le 13.09.2021 11:07 Report dénoncer ce commentaire

    "Plus à risque car moins vacciné", c'est de la propagande cette question.

Les derniers commentaires

  • Simple Citoyen le 14.09.2021 09:06 Report dénoncer ce commentaire

    Pour ceux que cela intéresse, écoutez des interviews de la psychologue Marie-Estelle Dupont qui s’exprime sur le port du masque par les enfants, ainsi que sur les conséquences pour les petits en crèche de ne voir que des visages adultes masqués.

  • veritis le 14.09.2021 07:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Hollande, plus de masque nulle part. on vit de façon normale et donc, tranquille !

    • packtiech le 14.09.2021 12:18 Report dénoncer ce commentaire

      oui mais tous les peureux ici, c'est impossible!

    • @packtiech le 14.09.2021 12:23 Report dénoncer ce commentaire

      Vu que le masque sert à protéger les autres, ceux qui le portent ne sont pas des peureux. Mais bon ca dépasse tes capacités visiblement.

  • Spuntnik le 13.09.2021 23:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ???????????????? Plus de 3.000 classes fermées: la faute au variant Delta ou au protocole? https://fr.sputniknews.com/societe/202109131046130163-plus-de-3000-classes-fermees-la-faute-au-variant-delta-ou-au-protocole/

    • @Spuntnik le 14.09.2021 12:19 Report dénoncer ce commentaire

      pffff et combien de malades sévères, ridicule?

  • Limpertsboy le 13.09.2021 23:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    « Sûrement pas de problème en cas d’infection ». On verra dans quelques mois avec le variant delta qui se propagera vite chez des enfants non masqués… je fais une capture d’écran et un rappel dans mon agenda. Irresponsable de ne pas faire le maximum pour la santé des enfants. On ne connaît pas les conséquences à long terme du virus, et les Covid longs chez les enfants ca existe aussi.

    • @Limpertsboy le 14.09.2021 12:22 Report dénoncer ce commentaire

      ridicule! Les enfants ont un risque de 0 % pour mourir en raison de ce vaccin et le risque de devenir sévèrement malade tend aussi vers 0 %! J'aimerais voir vos preuves!

  • Eli le 13.09.2021 21:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Remarquez comme le soit-dit ‘’journaliste’’ essaye de virer la discussion et comme il critique presque les mesures prises par le ministère! ‘’est-ce que vous avez déjà commis des erreurs?,, :):):) c’est du foutage de gueule!