Choc au Danemark

07 novembre 2020 08:54; Act: 07.11.2020 09:04 Print

Le virus «mutant» divise les spécialistes

Au Danemark, une version mutée du Covid aurait été transmise à l'homme par des visons. Une annonce «choc» qui fait réagir alors que la situation est déjà anxiogène.

storybild

Aucune étude scientifique ne démontre à ce stade qu'une des nombreuses mutations du SARS-Cov-2 ait pu modifier sa contagiosité ou sa dangerosité.

Sur ce sujet
Une faute?

Certains animaux peuvent attraper le Covid-19 et les visons peuvent même contaminer l'Homme. Mais il n'existe pas de preuve à ce stade que ce saut entre espèces aggrave l'épidémie, selon les scientifiques, prudents mais vigilants après les annonces spectaculaires du Danemark. La Première ministre danoise Mette Frederiksen a annoncé mercredi l'abattage de la totalité des plus de 15 millions de visons du pays, affirmant qu'une version mutée du SARS-Cov-2 qui pourrait menacer l'efficacité d'un futur vaccin avait été transmise par ces animaux à douze personnes.

L'annonce a fait l'effet d'une bombe dans les médias à travers le monde, dans un climat de grande angoisse face à une pandémie de Covid-19 qui a déjà fait plus de 1,2 million de morts en moins d'un an. Mais de nombreux experts se sont montrés circonspects, s'interrogeant sur la réalité des supposés dangers de cette mutation en l'absence de publication scientifique.

«Faire de la science par communiqué de presse»

«Je souhaiterais vraiment que cette tendance à faire de la science par communiqués de presse cesse. Il n'y a aucune raison que les données génomiques ne puissent pas être partagées pour permettre à la communauté scientifique d'évaluer ces affirmations», a dénoncé sur Twitter Angela Rasmussen, virologue à l'université de Columbia (New York). Les virus à ARN, comme le coronavirus apparu en Chine fin 2019, mutent tout le temps, sans nécessairement de conséquences significatives. Aucune étude scientifique ne démontre d'ailleurs à ce stade qu'une des nombreuses mutations du SARS-Cov-2 ait pu modifier sa contagiosité ou sa dangerosité.

La contamination de visons n'est pas non plus une nouveauté. Outre le Danemark, de nombreux élevages ont été touchés depuis le mois de juin aux Pays-Bas, aux Etats-Unis ou en Espagne. Et quelques cas d'infections d'êtres humains par des visons ont également été rapportés. Les annonces danoises vont plus loin, décrivant le passage, du vison à l'Homme, d'une souche différente du virus.

«Faire un vaccin pour une souche est déjà compliqué»

«D'après les informations des autorités danoises, ce virus n'est pas plus pathogène ni plus virulent», indique Gilles Salvat, expert de l'agence sanitaire française Anses. Mais la crainte est qu'il «émerge comme second virus dominant dans la population (...). Faire un vaccin pour une souche est déjà compliqué, si on doit en faire contre deux, quatre ou six souches c'est encore plus compliqué», poursuit le spécialiste, qualifiant ainsi de «précaution» la décision d'abattage des visons.

«Cette mesure est entièrement justifiable d'un point de vue sanitaire pour éliminer une source de transmission du virus conséquente», renchérit le Pr François Balloux, de l'University College de Londres. Mais «évoquer le risque que les visons pourraient générer une seconde pandémie paraît excessif et contre-productif dans le climat anxiogène actuel», indique-t-il, notant que des mutations similaires existent déjà dans la population sans s'être répandues.

Outre les visons, des cas de contaminations par le virus du Covid-19 ont été recensés chez d'autres carnivores: surtout des chats, mais aussi des chiens et même des tigres et des lions d'un zoo de New York. A ce stade, «le risque d'une propagation du Covid-19 des animaux aux Hommes est considéré comme très faible», estiment toutefois les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC).

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Très souvent censuré par L'Essentiel le 07.11.2020 09:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les scientifiques sont divisés depuis le début. En revanche, tout le monde connaît les risques de l'élevage intensif : grippe aviaire, peste porcine, vache folle... Elever des visons de cette manière, juste pour vêtir quelques bobonnes friquées ou ajouter un petit col à une doudoune, c'est juste honteux. Mais tant que ça rapporte...

  • nickname le 07.11.2020 13:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un vrai choc en effet, 15 millions de visons dans des petites cages pour faire des fourrures. Je pensais que ces horreurs ignobles étaient terminées depuis longtemps. L’homme est ignoble...

  • Stop le 07.11.2020 12:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand les gens comprendront qu'il faut arrêter de mettre des animaux sauvages chez eux tout ira mieux. Laisser les animaux dans leurs environnement.

Les derniers commentaires

  • TontonB le 09.11.2020 17:56 Report dénoncer ce commentaire

    C'est la science qui a muté depuis quelques années, et pas un peu. Avant la méthode scientifique était entre autres caractérisée par une minutieuse vérification des faits et reproduction des expériences avant la validation d'une théorie. Mais cela c'était avant.

  • Vison Man le 09.11.2020 12:34 Report dénoncer ce commentaire

    Le vison est-il si important au point de nous faire risquer nos vies ? Croyez-moi jamais les Extra-terrestres ne nous envahiront, nous sommes bien trop bêtes !

    • TontonB le 09.11.2020 17:59 Report dénoncer ce commentaire

      Qui dit que le virus n'est pas une sorte d'insecticide extraterrestre, et qu'ils veulent juste enlever toute la vermine de la planète avant de la récupérer ?

  • René le 09.11.2020 09:34 Report dénoncer ce commentaire

    Peu à peu, le monde que nous avons construit nous échappe.

  • c.m le 08.11.2020 22:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le virus n’existe pas

  • Très souvent censuré par L'Essentiel le 07.11.2020 13:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Matthias: oui, malheureusement. L'Homme, sommet de l'évolution, est le seul animal capable de détruire son environnement et par la même occasion, de s'auto-détruire. S'il disparaissait, la Terre se porterait mieux. Franchement... je suis né en 1969 et depuis que je suis en âge de comprendre, je n'entends parler que de crises. Quel avenir offrons-nous à nos enfants, entre Trump, Baby Kim et ses fusées, et Poutine?