Crise du coronavirus

17 juillet 2020 08:29; Act: 17.07.2020 14:51 Print

Les dégâts du virus sur l'emploi en Europe

Le coronavirus a fait vaciller des pans entiers de l'économie européenne, dont la relance est au cœur d'un sommet sous des dirigeants des 27, ce vendredi, à Bruxelles.

storybild

Le secteur de l'automobile a notamment été touché par la crise. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La pandémie de coronavirus a fait vaciller des pans entiers de l'économie européenne, dont la relance est au cœur d'un sommet sous haute tension des dirigeants des 27, vendredi, à Bruxelles. Les suppressions d'emplois et faillites annoncées parmi les grands groupes ne sont que la partie émergée de la crise. La pandémie met également en difficulté une multitude d'entreprises plus petites et détruit en silence de nombreux emplois précaires.

Turbulences dans l'aérien

Plusieurs compagnies ont été emportées par la crise, comme la britannique Flybe ou les branches autrichienne et française de Level. D'autres tiennent au prix de coupes drastiques dans leurs effectifs. C'est le cas de l'allemande Lufthansa (22 000), les britanniques British Airways (12 000), EasyJet (4 500) et Virgin Atlantic (3 150), Air France (7 500), la scandinave SAS (5 000), les irlandaises Ryanair (3 250) et Aer Lingus (900), Icelandair (2 000), Brussels Airlines (1 000) et la hongroise Wizz Air (1 000).

Côté constructeurs, Airbus compte supprimer 15 000 emplois, tandis que les fabricants de moteurs britannique Rolls-Royce et allemand MTU vont sabrer respectivement 9 000 et plus de 1 000 postes. Dans les services aéroportuaires, le groupe Swissport va supprimer plus de 4 000 emplois au Royaume-Uni. Pour limiter la casse, l'Allemagne a volé au secours de Lufthansa et de Condor, la France et les Pays-Bas ont fait de même avec Air France-KLM. L'Italie et le Portugal ont opté pour une nationalisation d'Alitalia et de la TAP. Le secteur du tourisme est aussi en grandes difficultés: le premier voyagiste mondial TUI va sabrer ainsi 8 000 emplois.

L'automobile touchée

L'annonce de 15 000 suppressions de postes chez Renault est le principal révélateur de la crise que traverse le secteur en Europe. Il ne s'agit pas d'un cas isolé. L'allemand BMW va supprimer 6 000 emplois. Nissan va fermer une usine employant 3 000 personnes à Barcelone, Volvo Cars rayera 1 300 postes de cadres en Suède. Au Royaume-Uni, plus de 6 000 suppressions de postes ont déjà été annoncées, notamment chez Jaguar Land Rover, Aston Martin, Bentley et McLaren. Le constructeur de poids lourds suédois Volvo Group (distinct du constructeur auto) va supprimer 4 100 emplois de cadres et employés de bureau dans le monde.

Faillites dans la distribution

La pandémie a été fatale à de nombreuses enseignes, asphyxiées par la fermeture de leurs magasins pendant le confinement. En Allemagne, les grands magasins Karstadt Kaufhof vont supprimer 6 000 emplois. Au Royaume-Uni, le groupe Intu, propriétaire d'énormes centres commerciaux, a déposé le bilan, tout comme les grands magasins de la chaîne Debenams et le spécialiste de la location-vente de produits pour la maison BrightHouse. Autres sinistrés, les grands magasins John Lewis vont éliminer 1 300 emplois et le groupe de bricolage et matériaux Travis Perkins 2 500 postes.

En France, de nombreuses marques d'habillement (André, Naf Naf, Camaïeu, Orchestra-Prémaman...) ont été placées en redressement judiciaire, tout comme l'enseigne d'ameublement Alinéa. Dans la restauration, la chaîne allemande Vapiano a fait faillite, tandis que l'enseigne britannique The Restaurant Group ferme 125 restaurants (3 000 emplois) des chaînes Frankie & Benny's, Garfunkel's et Coast-to-Coast, après avoir déjà placé en faillite ses restaurants Chiquito, Food and Fuel et Carluccio's. Jusqu'à 5 000 emplois sont aussi menacés chez SSP, le spécialiste britannique de la restauration rapide.

D'autres secteurs fragilisés

L'énergie, confrontée à une baisse de la demande, a souffert, notamment au Royaume-Uni, où le géant pétrolier BP a supprimé 10 000 postes, les fournisseurs britanniques Centrica et Ovo respectivement 5 000 et 2 600 postes. Le groupe suisse de logistique Kuehne+Nagel envisage de supprimer un emploi sur quatre, soit plus de 15 000 postes tandis que la poste britannique, la Royal Mail, va en rayer 2 000. Les pharmacies Boots prévoient de supprimer 4 000 emplois au Royaume-Uni. Dans l'humanitaire, l'ONG Oxfam fermera 18 bureaux et supprimera près de 1 500 emplois.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • edi le 17.07.2020 09:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La pandémie est une excuse comme une autre

  • madiou le 17.07.2020 09:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Message pour les écolos et pour tous les anti-investisseurs, vos vœux sont exaucés. Maintenant, trouvez une idée pérenne de faire vivre tous ces chômeurs. Et surtout trouvez de bons dirigeants que vous payerez avec un petit salaire et sans bonus. Cette épidémie montre bien les conséquences et les limites de votre monde idéal.

  • rené sance le 19.07.2020 07:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le virus a fait sont boulot, on va pouvoir racheter ces enseignes à bon compte

Les derniers commentaires

  • rené sance le 19.07.2020 07:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le virus a fait sont boulot, on va pouvoir racheter ces enseignes à bon compte

  • madiou le 18.07.2020 08:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @BimBim, les actionnaires ne dirigent pas une entreprise et même si c’est le cas, c’est une grosse erreur car ils n’ont souvent pas les compétences. Les responsables sont les dirigeants d’entreprises. Ce capitalisme est beaucoup plus fragile dans un pays développé, surtout la France, là où les coûts internes d’une entreprise sont démesurés: charges sociales, impôts, grèves (eh oui!), règles de mise en conformités et politiques. Ce capitalisme n’est pas un mal et a une certaine forme d’humanisme et sociale. Effectivement, à bien y réfléchir, il est préférable d’avoir un état qui finance des entreprises perdantes et qui occupent des chômeurs plutôt que de financer des chômeurs à rester à rien faire chez eux. Dans les deux cas, l’état paye et autant choisir la solution où l’état a une chance de récupérer une partie de son investissement.

  • Remy le 18.07.2020 07:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le chômage va faire plus de décès que le covid 19 à travers le monde.

  • BimBim le 17.07.2020 23:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    2/3 mois de difficultés et tout coule ? La honte d’un capitalisme exacerbé, ok pour faire du profit, mais là on devrait mettre les actionnaires devant leurs responsabilités. Ça va coûter plus cher aux états qu’aux bénéficiaires effectifs de ces entreprises bancales. Pfff.

  • le canard enchaîné le 17.07.2020 21:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tous a l adem