En Thaïlande

31 mars 2020 08:38; Act: 31.03.2020 10:18 Print

«Les éléphants à touristes» au chômage forcé

Des éléphants mal nourris, enchaînés dans des camps désertés: le coronavirus a fait fuir les touristes de Thaïlande et 2 000 pachydermes se retrouvent immobilisés.

storybild

La Thaïlande compte quelque 3 800 pachydermes domestiqués. (photo: AFP/Handout)

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis qu'il n'y a plus de visiteurs, Ekasit, 43 ans, est entravé plus de 18 heures par jour dans un camp à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Chiang Mai (nord). Faute de revenus, son propriétaire n'a plus de quoi lui donner assez à manger.

Seule sortie pour l'animal: quémander des bananes au temple voisin et arpenter la route à la recherche d'herbes hautes, rares au cœur de la saison sèche particulièrement sévère cette année. «Ce n'est pas suffisant. Il n'a que la moitié de sa ration quotidienne. Sa santé est en danger», explique son gardien, le mahout Kosin.

Un constat similaire dans de nombreuses structures où les éléphants, à force d'être moins bien nourris et enchaînés, «se battent parfois entre eux et se blessent», relève Saengduean Chailert de l'Elephant Nature Park, un refuge pour 84 pachydermes à la pointe du bien-être animal. Avant la pandémie, les conditions de vie de ces animaux étaient déjà souvent stressantes: beaucoup de parcs en Thaïlande qui vendent éthique et respect dissimulent en réalité un juteux business où le dressage reste brutal.

Jusqu'à 5 000 visiteurs par jour

Mais la situation est encore plus alarmante depuis fin janvier. Le coronavirus a contraint les visiteurs chinois (plus de 25% des touristes du royaume) à rester chez eux. Puis, les camps ont été désertés à mesure que la maladie progressait dans le monde, poussant de nombreux pays à verrouiller leurs frontières. Mi-mars, les autorités ont ordonné la fermeture temporaire de tous les parcs à éléphants pour tenter d'enrayer la propagation du Covid-2019, qui a à ce jour infecté plus de 1 500 personnes en Thaïlande.

Mae Taeng, l'un des plus grands du pays, peut tenir sur ses réserves. Il accueillait jusqu'à 5 000 visiteurs par jour avant la crise et percevait des retombées financières importantes, à grand renfort de promenades à dos d'éléphants et de spectacles controversés mettant en scène des pachydermes en train de danser ou de peindre. Mais des dizaines de petites structures ne peuvent déjà plus s'acquitter des frais.

«75% d'entre eux seraient amenés à terme à disparaître»

La plupart louent leurs éléphants, entre 700 et 1 200 dollars par mois. À cela s'ajoute une cinquantaine de dollars pour nourrir chaque jour le pachyderme et payer son mahout. «Beaucoup ne pourront sans doute pas rouvrir après la crise», souligne Saengduean Chailert.

La Thaïlande compte 3 800 pachydermes domestiqués. Les remettre en liberté est impossible car ils entreraient en conflit avec les quelque 3 000 spécimens encore à l'état sauvage dans le pays ou pourraient être victimes d'accidents ou de maladies. «75% d'entre eux seraient amenés à terme à disparaître», estime Apichit Duangdee.

Il exhorte le gouvernement à débloquer une aide d'urgence de 30 dollars par jour par animal et à autoriser les mahouts à conduire les animaux en forêt, afin de trouver davantage de nourriture, ce qui est interdit pour le moment. De nombreuses structures ont aussi lancé un appel à des donateurs privés pour «sauver les éléphants qui risquent de mourir de faim».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • lin le 31.03.2020 14:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qu’ils enchainent les mahouts et laissent partir les éléphants ..... si aucun touriste paierait pour une balade en éléphant, le calvaire des ces pauvres bêtes serait terminé depuis longtemps

  • Spear of Nature le 01.04.2020 00:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Voyons encore un exemple que la vie quotidienne de l'homme est nocif non seulement pour lui, mais pour la nature également. N'oublions pas que nous faisons partie d'elle et non à part

  • POLICE INCOMPETENTE le 01.04.2020 10:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Libérez les !!!!

Les derniers commentaires

  • bonne nouvelle le 01.04.2020 12:22 Report dénoncer ce commentaire

    enfin une tres bonne chose! un peu de liberté et de soufflé pour eux que de porter les gros tourists bien gras et meme les autres qui ne comprenne pas ou qui ne veulent pas comprendre le mal qu ils font

  • POLICE INCOMPETENTE le 01.04.2020 10:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Libérez les !!!!

  • Spear of Nature le 01.04.2020 00:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Voyons encore un exemple que la vie quotidienne de l'homme est nocif non seulement pour lui, mais pour la nature également. N'oublions pas que nous faisons partie d'elle et non à part

  • lin le 31.03.2020 14:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qu’ils enchainent les mahouts et laissent partir les éléphants ..... si aucun touriste paierait pour une balade en éléphant, le calvaire des ces pauvres bêtes serait terminé depuis longtemps

    • Boubou le 01.04.2020 10:18 Report dénoncer ce commentaire

      Absolument. S'il n'y a plus de demande, l'offre s'arrête d'elle même.

  • popol le 31.03.2020 14:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est très bien pour eux enfin ils respirent les pauves en temps normal ils sont mal traités au moins ils sont enfin tranquille

    • aurely le 31.03.2020 17:36 Report dénoncer ce commentaire

      Certes, mais là ils sont enchaînés et mal nourri. Ce n'est guère mieux :-(