Covid en Grande-Région

17 octobre 2020 08:28; Act: 17.10.2020 08:39 Print

Les soignants de Moselle fuient au Luxembourg

METZ/LUXEMBOURG - Le département voisin du Grand-Duché s'alarme d'une hémorragie des soignants qui partent vers le Grand-Duché pour de meilleures conditions de travail.

storybild

La France ne parvient pas à offrir des conditions correctes à ses soignants. (photo: AFP/Christophe Archambault)

Sur ce sujet
Une faute?

Épuisement, conditions de travail décourageantes et départs au Luxembourg où les salaires sont multipliés par deux ou trois: plus que les autres départements frontaliers, la Moselle est victime d'une hémorragie de ses soignants alors que se profile la deuxième vague du Covid-19. À ce jour, il n'y a pas encore péril. Les hospitalisations sont en hausse dans le département classé depuis jeudi en zone rouge. Mais il n'y avait vendredi que douze patients Covid-19 en réanimation, loin des 200 de la première vague.

Dès à présent toutefois, le monde médical s'inquiète des effets de l'exode des soignants. Un nouvel établissement hospitalier à Esch-sur-Alzette, commune luxembourgeoise frontalière de la Moselle, «nécessite de gros besoins de personnels» et offre des rémunérations «du simple au double voire au triple», note Marie-Odile Saillard, directrice du CHR de Metz/Thionville (2 033 lits, 6 500 salariés, 700 médecins).

«Malaise profond»

«Le Luxembourg débauche de manière très sauvage», notamment les infirmières, renchérit Régis Moreau, directeur d’Uneos (Hôpitaux privés de Metz, 1 085 lits, 2 000 salariés, 150 médecins). «Un infirmier à peine formé à la chimiothérapie vient de partir au Luxembourg avec un contrat de trois mois pour des prélèvements Covid, à 5 000 euros mensuels. Une autre est partie pour 6 000 euros», rapporte Clarisse Mattel, secrétaire générale CGT santé du CHR.

La syndicaliste dénonce «le malaise profond des soignants» et «le manque d'attractivité de la profession» en France, pointant les rémunérations insuffisantes. Et ce n'est pas l'anticipation de quelques mois de l'augmentation générale de 90 euros des salaires du personnel des hôpitaux (hors médecins) qui va changer la donne, souligne-t-elle.

«Situation alarmante»

Les départs d'une vingtaine d'infirmiers au Luxembourg qui s'ajoutent à ceux qui ont changé d'orientation a déjà contraint Uneos à fermer des lits. Idem pour le CHR où, de source proche du dossier, on dénombre une «quinzaine de médecins-réanimateurs et autant d'anesthésistes et d'infirmières» partis sous d'autres cieux. Aux seules urgences du CHR, le patron du service et président des Smur de France, François Braun, note les départs de quatre praticiens: deux vers le Luxembourg, un en Belgique et un en Suisse. Il redoute d'autres départs «perlés» et note que la saignée est du même ordre parmi les infirmières.

Selon le Dr Braun, la situation est «alarmante» alors même que la région est encore relativement épargnée par le Covid, avec dès à présent «une saturation» des services due au «rattrapage des soins non effectués» au printemps et à «la suractivité traditionnelle automnale».

Dans la perspective d'une nouvelle flambée de l'épidémie de Covid, l'Agence régionale de santé (ARS) du Grand Est a recensé «102 lits disponibles en réanimation» pour le département. «Il n'y a aucune réserve», a prévenu le préfet Laurent Touvet, appelant les Mosellans au respect des gestes barrières car cette fois-ci, souligne-t-il, il n'y aura «ni renforts de l'extérieur ni transferts».

«Coquille vide»

Quant au personnel médical nouvellement formé, il peine à combler les départs. Un tiers des 350 infirmiers qui sortent annuellement des trois écoles mosellanes partent d'emblée au Luxembourg ou ailleurs à l'étranger. «Je ne reçois aucun CV», se désole le directeur d'Uneos, à la recherche de «soixante infirmières en CDI».

Ici comme au CHR, on s'accorde sur la nécessité d'une «convention entre la France et le Luxembourg». «La France forme, et même bien. Or, il n'y aucune contrepartie», insiste Mme Saillard, même si on voit parfois «des soignants revenir» car les conditions de travail et la protection sociale ne sont pas toujours idylliques à l'étranger.

Quant au Ségur de la santé, il est critiqué par Mme Seillard, la CGT ou encore les médecins urgentistes. «Une coquille vide», regrette le Dr Braun, assurant que certains confrères en sont presque arrivés à regretter la première phase du Covid, pendant laquelle «tout était fluide». «Il y a de nouveau de la maltraitance», s'indigne-t-il. Pour lui, il faudrait, une organisation performante c'était à dire un lieu où «chacun fait son job». «L'infirmière ne doit plus faire le travail de l'aide-soignante, le docteur celui du brancardier... C'est un peu ça le problème de l'hôpital public», résume-t-il.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • logique et réaliste le 17.10.2020 08:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cest humain de vouloir etre mieux payer pour son travail. quil paye plus en france et peut etre que les choses changeront... mais bon il cherche peut etre une autre excuse pour se voiler la face

  • borko le 17.10.2020 10:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si j'avais eu un salaire qui me permettais de vivre correctement, je serais rester en France. Mais 1082 euros par mois pour un bac +2 je dit non. Et encore il y en a c'est moins. Le Luxembourg fait vivre la Moselle, c'est peut-être ça la contrepartie.

  • NoComent le 17.10.2020 10:44 Report dénoncer ce commentaire

    La faute à qui ? Pas au Luxembourg mais bel et bien à la France. C'est donc à la France de rendre son marché du travail plus attractif et c'est valable dans tous les domaines. Un travail pénible payé 2000€ le sera tout autant à 5000 mais au moins vous n'aurez pas l'impression d'avoir bossé pour des cacahuètes. Nous, gens de l'Est, avons de la chance d'avoir le Luxembourg à côté car pour Paris nous n'existons plus depuis longtemps

Les derniers commentaires

  • Pillage de talents le 19.10.2020 13:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce qu'il faut retenir c'est : le Luxembourg débauche au maximum en France, Belgique et Allemagne...pour se constituer un corps médical expérimenté et volontaire, pas comme leurs soignants locaux...toujours à bougonner derrière le masque !

  • Luxo le 19.10.2020 13:35 Report dénoncer ce commentaire

    Avant de dénigrer la France. Demandez vous comment le Luxembourg opère pour remplir ses caisses. Evasion fiscal , dumping fiscal, concurrence déloyale envers les autres pays. Imaginez les finances de la France, si la moitié de l’Europe faisait le plein en France et si 100 millions d'européens payant l'impôt sur le revenu en France. Ou si ce pays encaissait la totalité de la TVA sur le commerce en ligne Europèen.

  • Albert le 19.10.2020 09:03 Report dénoncer ce commentaire

    Vous prenez un congé sans solde dans l'établissement hospitalier et puis si vous avez de la chance vous aurez une période d'essai de 6 mois, après beaucoup retournerons d'où ils viennent sans contrat. Bonne chance !

  • mélilo57 le 19.10.2020 08:00 Report dénoncer ce commentaire

    la faute à qui ? en france j'avais il y a 15 ans 1080 euros par mois en banque (CMutuel) et je ne faisais pas 35h, j'en faisais 50, heures sup non payées. Arrivée au luxembourg j'ai plus que doublé mon salaire et j'ai fait 40heures. Avant je finissais le mois avec 2 gouttes d'essence dans la voiture presque pas de quoi aller travailler... Honteux il aurait fallut que je dorme dans ma voiture !

  • line le 19.10.2020 01:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les Luxembourgeois critiques mais combien de luxembourgeois feront le métier de soignants sans les frontaliers il ne reste pas grand monde dans les hôpitaux pour s’occuper d’eux