Coronavirus au Luxembourg

22 novembre 2020 07:52; Act: 23.11.2020 13:35 Print

Les stations de tests Covid en sous-​​régime?

LUXEMBOURG – Pour se faire dépister dans des labos du Luxembourg, les patients se retrouvent souvent dans des files d'attente. «L'essentiel» a enquêté sur les causes.

storybild

Dans les stations de tests à grande échelle «drive through», les files d'attente sont très rares. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Tous les tests Covid-19 ne se valent pas. Des personnes qui se sont fait tester sur ordonnance, ces dernières semaines, l'ont constaté. Car les tests sur ordonnance se font dans les laboratoires. Or, ces derniers sont souvent surchargés, bien que leur nombre ait augmenté. Et dans les files d'attente de ces laboratoires, la question est sur de nombreuses lèvres: «Pourquoi ne peut-on pas se faire tester dans l'une des nombreuses stations "drive-in", apparemment moins fréquentées?».

«Les deux types de stations sont équipées différemment», explique une porte-parole du ministère de la Santé interrogée par L'essentiel. Tandis que dans les laboratoires, des médecins effectuent des tests sur des cas suspects, c'est-à-dire des personnes présentant des symptômes spécifiques et potentiellement atteintes de la maladie, les tests à grande échelle n'ont qu'un but scientifique.

«Des cas qui passeraient inaperçus»

«L'objectif est de tester, sur l'ensemble de la population, des personnes ne présentant aucun symptôme de Covid-19 pour détecter des cas qui, sans cela, passeraient inaperçus», explique-t-elle. Pour que les résultats des tests à grande échelle puissent servir d'indicateur scientifique, ils doivent, selon le ministère de la Santé, être clairement séparés des cas référés par les professionnels de la santé.

Par ailleurs, les apparences sont trompeuses. Contrairement à ce que beaucoup pensent, les stations de tests «drive» sont très fréquentées, selon le ministère. «Mais contrairement aux laboratoires, les personnes s'y rendent uniquement sur rendez-vous. C'est pourquoi il n'y pas de files d'attente», souligne la porte-parole.

(Miriam Meinecke/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.