Covid

02 décembre 2021 19:05; Act: 02.12.2021 19:43 Print

Omicron pourrait-​​il siffler la fin de la crise?

Si ce variant est très transmissible mais ne remplit pas les hôpitaux, il peut laisser espérer une immunité de groupe et une atténuation du Covid en virus saisonnier bénin.

storybild

Le variant Omicron suscite beaucoup de craintes mais très peu de certitudes. (photo: AFP/Justin Tallis)

Sur ce sujet
Une faute?

Omicron: le nom du nouveau variant qui inquiète le monde fait penser à celui d'un méchant de science-fiction, mais il est trop tôt pour dire quel impact il aura sur la pandémie de Covid. Le point sur ce qu'on en sait et, surtout, sur ce qu'on ignore encore.

Omicron, plus dangereux que Delta ou pas?

C'est une question importante à laquelle on ne peut pas encore répondre. Dimanche, une médecin sud-africaine a dit n'avoir observé que des «symptômes légers» chez la trentaine de patients qu'elle a traités. Mais la communauté scientifique a immédiatement mis en garde contre toute conclusion hâtive, en soulignant qu'il s'agissait de patients jeunes, donc moins à risque de formes graves.

Pour l'instant, tous les cas documentés en Europe sont «soit sans symptômes, soit légers», a indiqué l'ECDC. Mais cela ne veut pas dire qu'Omicron ne va pas provoquer de cas graves. Reste que cela ouvre la porte à une conjecture optimiste. «Si le Omicron est très transmissible, mais pas méchant (ne remplit pas les hôpitaux), il donnerait une immunité de groupe et participerait à atténuer le SARS-CoV-2 en virus saisonnier bénin, ce qui sifflerait la fin de la crise», a relevé sur Twitter le virologue français Bruno Canard.

Mais il a précisé qu'un tel scénario serait un «coup de chance». Nombre de spécialistes soulignent en effet que cette hypothèse n'est pas la plus probable et mettent en garde contre un excès d'optimisme.

D'où vient-il?

On l'ignore. Selon l'épidémiologiste sud-africain Salim Abdool Karim, il a été signalé pour la première fois au Botswana avant d'être détecté en Afrique du Sud, qui en a fait l'annonce le 25 novembre. Mardi, les autorités néerlandaises ont déclaré qu'Omicron était présent aux Pays-Bas le 19 novembre, sur la base d'un test réalisé à cette date.

Mais il est faux d'en déduire qu'Omicron a circulé en Europe avant l'Afrique australe: selon l'OMS, «il a été signalé pour la première fois le 24 novembre en Afrique du Sud, et le premier cas confirmé en laboratoire a été identifié à partir d'un échantillon prélevé le 9 novembre». «Il tourne probablement en Afrique du Sud (...) depuis plus longtemps qu'on ne le pensait, depuis début octobre», a avancé mercredi le président du Conseil scientifique qui guide le gouvernement français, Jean-François Delfraissy.

Pourquoi inquiète-t-il?

Dès le lendemain de l'annonce de l'Afrique du Sud, le nouveau variant a été classé «préoccupant» par l'OMS, qui lui a donné le nom d'une lettre grecque, comme aux précédents. Les inquiétudes sont pour l'instant théoriques: elles viennent d'une part des caractéristiques génétiques d'Omicron, et de l'autre de ce qu'on observe en Afrique du Sud.

Du point de vue génétique, il possède un nombre de mutations inédit, dont une trentaine dans la protéine spike, la clé d'entrée du virus dans l'organisme. En se fondant sur l'expérience des précédents variants, on sait que certaines de ces mutations peuvent être associées à une plus grande transmissibilité et à une baisse d'efficacité des vaccins.

D'autre part, le nombre de cas et la part attribuée à ce variant augmentent très rapidement dans la province sud-africaine de Gauteng (qui comprend Johannesburg), où il a d'abord été décrit. Il faudra «plusieurs semaines» pour mieux comprendre Omicron et savoir s'il est plus transmissible, plus dangereux et plus résistant aux vaccins, a souligné l'OMS. De nombreuses équipes y travaillent à travers le monde.

Va-t-il détrôner Delta?

C'est LA question centrale, à laquelle on ne peut pas encore répondre. Delta est aujourd'hui quasi hégémonique dans le monde grâce à ses caractéristiques qui lui ont permis de remplacer Alpha. Dans cette grande compétition entre variants, ceux qui sont apparus ces derniers mois (Mu ou Lambda) n'ont pas réussi à lui ravir la première place. La situation dans la province de Gauteng laisse craindre qu'Omicron en soit capable. Mais ça n'est pas sûr, d'autant que Delta est peu présent en Afrique du Sud.

Si les tendances observées dans ce pays se confirment ailleurs, Omicron pourrait devenir majoritaire en Europe «dans les tout prochains mois», a estimé jeudi le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). Mais ces prévisions mathématiques se basent sur des données très préliminaires, qui peuvent évoluer.

«On ne sait pas encore si la prolifération des cas vient d'une plus grande transmissibilité, comme Delta, ou de l'échappement immunitaire» (la capacité à réinfecter des personnes déjà infectées par le passé ou vaccinées, NDLR), a souligné l'expert américain Eric Topol dans le journal britannique The Guardian, tout en penchant plutôt pour la seconde hypothèse. À ce stade, Omicron a été détecté dans une vingtaine de pays sur tous les continents.

Quel impact sur les vaccins?

Là encore, il est trop tôt pour dire si ce variant réduira l'efficacité des vaccins, même si on peut le craindre. «Il faut vérifier si les anticorps produits par nos vaccins actuels fonctionnent toujours, à quel niveau ils fonctionnent et si cela empêche toujours les cas graves», a expliqué Vincent Enouf. Pour cela, les chercheurs s'appuient sur des tests en laboratoire en attendant des données en vie réelle.

Mais même si l'efficacité des vaccins est réduite face à Omicron, cela ne veut pas dire qu'ils ne seront plus efficaces du tout. Car les anticorps ne sont qu'un des volets de la réponse immunitaire, qui passe aussi par des cellules appelées lymphocytes T. Plus difficile à mesurer, cette «immunité cellulaire» n'en joue pas moins un rôle très important, notamment contre les formes graves de la maladie. «On pense que la réponse cellulaire sera en partie efficace contre Omicron», a indiqué le Pr Delfraissy.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pourquoi le 02.12.2021 19:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De toute façon quand on voit que les personnes avec une sérologie positif au strascov2 est pas pris en compte dans le covidcheck, ça veut seulement dire qu'il faut absolument faire une piqûre et ils tiennent pas compte de l'immunité. Comment l'humain à survécu des milliers d'années.

  • MKA le 02.12.2021 19:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Esperamo….mais bon faut pas trop rêver vue ce que les labos empochent ce n’est pas prêt de finir.

  • Le Réaliste le 02.12.2021 19:40 Report dénoncer ce commentaire

    Ce variant inquiète surtout les gouvernements car si celui ne remplit pas les hôpitaux et donne une immunité naturelle, cela n'arrangera pas tous ces gouvernements qui vont devoir lever les restrictions et du coup ne plus jouir de leur petit pouvoir de dictateurs!!!!!!

Les derniers commentaires

  • David le 03.12.2021 13:30 Report dénoncer ce commentaire

    Enfin un article POSITIF! On va croiser les doigts ! espérons que 2022 sera LA bonne année...

  • LuxThill le 03.12.2021 11:44 Report dénoncer ce commentaire

    On ne nous dit pas tout! Le lanceur d’alerte Dr. Andreas Noack, chimiste autrichien renommé, expert sur le carbone, est mort quelques heures seulement après avoir dénoncé les effets de l’adjuvant hydroxyde de graphène, une nanotechnologie qui serait présente dans l’injection, expliquant que c’est ce qui tue réellement les gens en s’immisçant dans l’ensemble des organes et provoquant des lésions au niveau cellulaire, « comme des nano-lames de rasoir ». Il faut croire que les intérêts sont faramineux.

  • Louis P le 03.12.2021 10:30 Report dénoncer ce commentaire

    Je pense que ce virus ne sait plus trop quoi faire. Vu que le vaccin(qui aurait du être obligatoire) le gêne beaucoup. Donc oui, comme par le passé il finira par être contrôlé. Merci à tous les chercheurs

    • @Louis P le 03.12.2021 13:22 Report dénoncer ce commentaire

      Quand on utilise un pseudo comme Louis P(asteur) on arrive à faire la différence entre un vaccin (qui empêche contamination & transmission, comme celui de la rougeole par exemple) et ce "vaccin" qui n'empêche ni l'une ni l'autre, juste la case urgences... Alors pour ce qui est de l'obligation, cela n'engage que votre avis "éclairé" !

  • Ramon Pizzer le 03.12.2021 10:25 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut regarder Idriss Aberkane sur une plateforme de vidéos bien connue ...si après ça vous n'avez toujours pas compris et bien tant pis .....

  • obelix le 03.12.2021 09:57 Report dénoncer ce commentaire

    les politiciens ont intérêts a arrêter leurs conneries, ca commence a chauffer,,,