Coronavirus au Luxembourg

17 novembre 2020 12:22; Act: 17.11.2020 14:17 Print

Pas de nouvelles mesures cette semaine, mais...

LUXEMBOURG - Le Premier ministre et la ministre de la Santé ont fait le point sur la crise du Covid-19 au Luxembourg.

storybild

Xavier Bettel et Paulette Lenert ont indiqué que de nouvelles mesures seront prises si la situation ne s'améliore pas d'ici lundi prochain. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Alors que l'épidémie de coronavirus continue de se situer à un niveau élevé dans le pays - le Grand-Duché a déploré dix décès pour la journée de dimanche, un record depuis le début de la crise sanitaire - Xavier Bettel et Paulette Lenert font le point, ce mardi, à l'issue d'un Conseil de gouvernement extraordinaire.

Le Premier ministre et la ministre de la Santé vont-ils annoncer de nouvelles mesures plus restrictives? Le Luxembourg restera-t-il un des seuls pays d'Europe à échapper à un reconfinement? Autant de questions auxquelles vont répondre les membres de l'exécutif lors de cette conférence de presse, à suivre en direct, avec traduction simultanée vers le français.

C'est parti. «Nous avons fait le point» ce matin indique Xavier Bettel qui dit que «nous suivons la pandémie jour et nuit», dans le gouvernement. Le Premier ministre en profite pour remercier toutes les équipes qui travaillent sur la pandémie depuis des mois, jour après jour. Il évoque «le principe de précaution» dans le cadre de la lutte contre la pandémie.

«C'est plus compliqué que de suivre seulement le nombre de contaminations», dit-il. «Il s'agit aussi de l'avenir des enfants, les emplois, la situation mentale des résidents et les répercussions que peuvent avoir les mesures. C'est notre principe, nous faisons tout pour protéger tout le monde».

Pour la situation, «nous avons une certaine stabilité, avec un plateau très élevé depuis le 21 octobre». En outre, «le taux de positivité bouge entre 5 et 7%» explique le Premier ministre, qui exclut les lundis du calcul. «On peut parler d'une certaine diminution», dit Xavier Bettel. «La semaine passée, nous étions à plus de 800 contaminations par jour, aujourd'hui un peu moins. Nous avons su éviter la tendance à la hausse, c'est l'effet bénéfique des mesures prises il y a trois semaines et de la prise de conscience». Si le Luxembourg est en tête pour les cas par habitant au niveau européen, il est en queue de peloton pour le taux de positivité».

La pyramide des âges inquiète. 16% des cas ont plus de 65 ans. Dans les hôpitaux, 48 personnes sont en soins intensifs, soit un taux d'un peu plus de 50% et les deux tiers en soins normaux. Nous pourrions augmenter la capacité des soins normaux, mais cela aurait des répercussions sur les autres soins.

Des mesures lundi prochain?

Ces dernières semaines, il y a eu une tendance à la hausse des hospitalisations. Le nombre de décès a aussi augmenté, explique le chef du gouvernement, ces trois dernières semaines. «En comparaison avec la première vague, on voit que c'est moins dramatique mais chaque décès individuel est difficile à digérer. La comorbidité joue un rôle important et la moyenne d'âge des personnes qui décèdent est élevée». Par ailleurs, nous avons moins de décès que les voisins français et belge, mais plus que les Allemands, mais les modes de calcul diffèrent d'un pays à l'autre.

«Ce qu'on peut comparer, c'est le nombre d'hospitalisations. Là, on est en dessous des pays voisins».

Le Premier ministre estime que «nous avons pu maîtriser les problèmes. L'attente a été réduite aux laboratoires, le traçage a été renforcé et le retard a été diminué. Nous ne sommes pas au-dessus de la limite dans les hôpitaux, mais il reste peu de marge». Du coup, le Premier ministre estime qu'il faut se préparer à de nouvelles mesures, même si nous ne sommes pas dans une situation où il faut les prendre. Bettel affirme qu'il se donne encore cette semaine pour décider.

Une loi est prête au cas où

«Un projet de loi adopté ce matin par le Conseil de gouvernement sera déposé à la Chambre, mais le vote du texte ne doit pas se faire tout de suite. Nous avons encore cette semaine pour analyser la tendance. Si elle diminue, ces nouvelles restrictions ne seront pas nécessaires. Mais sinon, nous devrons soumettre ces mesures au vote de la Chambre, lundi prochain».

«Le projet de loi prévoit des mesures qui se concentrent sur les secteurs où on se réunit et où on ne porte pas de masques. Là où le masque ne s'impose pas ou n'est pas possible, comme l'Horeca», il faudra prendre des mesures. Mais les patrons de cafés ou restaurants ne doivent pas être montrés comme responsables. Dans les restaurants, il y a des contacts sociaux à table entre les gens. «Pour nous il importe de limiter les contacts sociaux, limiter le nombre de personnes qu'on peut inviter chez soi. Le nombre de personnes qu'on peut inviter chez soi sera réduit de 4 à 2. Je sais que ce n'est pas agréable, mais c'est nécessaire». Pour le sport aussi, il y aura une petite possibilité, mais pas en salle, sauf pour le sport professionnel ou l'école. Le théâtre et les concerts vont aussi être interrompus. Pour la culture, musées et bibliothèques pourraient être exemptés de fermetures. Ces mesures ne s'appliqueront que si la tendance ne s'inverse pas.

«Nous ne laisserons tomber personne»

Le texte prévoit aussi une prolongation du couvre-feu jusqu'au 15 décembre. Dans les écoles, si le projet de loi est voté à la Chambre, le ministre de l'Éducation devrait aussi prendre des mesures qui seraient d'application jusqu'à Noël. Si d'ici la fin de la semaine nous voyons une diminution des chiffres, nous n'aurons pas besoin de ces textes. Sinon la Chambre les votera et les mesures seront d'application jusqu'au 15 décembre.

Des aides sont toutefois prévues. «Pour la restauration, il y aurait toujours le take out». Quoi qu'il en soit, «nous ne laisserons tomber personne» et les pertes seront couvertes à 100% pour les commerces concernés par une éventuelle refermeture. «La responsabilité du gouvernement c'est aussi d'anticiper».

La parole est à la ministre de la Santé. «Nous savons que ce virus se répand vite si nous ne prenons pas de mesures. Ce n'est qu'avec des efforts communs que nous pouvons le combattre», martèle-t-elle. «Nous avons eu énormément de décès par rapport à la première vague, cela nous rappelle que nous devons être attentifs. 15% des plus de 65 ans risquent de se retrouver à l'hôpital avec des complications».

Si la pandémie n'est pas maîtrisée, on risque une «saturation du système sanitaire», avec des répercussions sur tous les patients. «Nous devons rester dans une situation où tous les citoyens peuvent recevoir des soins».

«Les mesures ont porté leurs fruits»

«C'est important d'insister sur la sensibilisation. Nous pouvons beaucoup faire au niveau des tests et du traçage pour interrompre les chaînes de contaminations...» Les mesures doivent «être respectées. Cela n'aide rien si nous donnons des recommandations si elles ne sont pas respectées. Nous devons nous donner les moyens pour que les mesures soient respectées. Nous essayons de trouver des mesures qui aient un effet aussi large que possible, pour enlever des terrains où on peut se rencontrer». Les mesures du gouvernement visent à limiter les terrains où le virus peut se propager. Moins il y a de personnes autour d'une table, moins il y aura de contaminations.

«La ministre souligne que les mesures du 30 octobre ont porté leurs fruits. La situation s'est stabilisée. La situation a empiré dans de nombreux pays. Ici, nous avons réagi rapidement. Mais nous devons continuer les efforts», affirme la ministre, qui remercie tous ceux qui ont participé. «Sans leurs efforts, nous aurions pu perdre le contrôle il y a longtemps». Mais ce risque «reste extrêmement élevé. Plus le nombre de personnes qui circulent en portant le virus augmente, plus ce risque est grand». Néanmoins, «les hôpitaux fonctionnent toujours. C'est ce que nous voulons». Mais «nous n'avons pas beaucoup de marge, si des milliers de personnes sont en quarantaine, le pays ne peut pas fonctionner».

Un nouveau centre de consultation ouvrira en outre à Esch, mercredi prochain, où les personnes avec des symptômes pourront se faire examiner et se faire dépister, sur le modèle du centre au Kirchberg.

Les tests rapides arrivent en fin de semaine

Pour éviter les mesures, il faudrait descendre à moins de 500 cas par jour, d'ici lundi prochain. «Il y a une diminution et en principe cela devrait continuer à diminuer. Je continue à croire en nos forces. Nous avons une très grande solidarité, un très grand engagement sur le terrain».

«Si nous avons la perspective de devoir prendre des mesures supplémentaires, il n'y a pas de mesures sans revers. Attendre, c'est un risque que les chiffres augmentent. Nous allons essayer de trouver les meilleures solutions possibles et prendre la liberté de réagir rapidement. Nous voyons quelque chose qui vient, que nous voulons éviter à moyen terme. L'objectif est de revenir à quelque chose de plus gérable, qui nous donnera une meilleure qualité de vie. Notre ambition, c'est de maintenir les libertés avec une vitesse de croisière qui nous permettra de traverser la crise. Les tests rapides arrivent à la fin de la semaine. Le vaccin se précise, il est important de poursuivre nos efforts».

75% des morts avaient plus de 85 ans

Au tour de la presse de poser des questions. Le Premier ministre et la ministre de la Santé sont interrogés sur l'afflux d'étrangers au Grand-Duché. «On n'a pas lancé de campagne au niveau du ministère du Tourisme. Les frontaliers et non-frontaliers ont aussi à respecter les règles, cela vaut pour tout le monde. Le gouvernement ne fait aucun appel pour dire aux gens de venir chez nous parce que tout est ouvert. Ce serait un bénéfice à très court terme».

Une autre question sur les décès, avec notamment les dix morts annoncés lundi, et la hausse significative des décès, ces dernières semaines. Paulette Lenert: «C'est préoccupant, il y a eu beaucoup de décès. 75% des décès concernaient les plus de 80 ans. Nous n'avons pas de véritables statistiques de comorbidité, il y a un certain retard. Mais dans les entretiens, on voit qu'il y a beaucoup de comorbidité. Mais c'est surtout une population âgée qui est concernée. On verra après la crise comment ont fait les statistiques dans les autres pays, ils sont peut-être morts d'autres maladies. Mais c'est une évolution préoccupante».

Le vaccin obligatoire?

Les tests rapides arrivent en fin de semaine, les détails seront connus dans le courant de la journée. «Il y aura une ligne directrice, suivant les recommandations européennes».

Précision sur le processus législatif: le projet de loi sur les nouvelles restrictions suivra la procédure normale, mais le gouvernement demande au Parlement d'attendre lundi, pour le faire voter. La commission de la Santé va déjà réaliser un rapport, mais il est très possible qu'il faille amender le texte, par exemple pour prolonger le couvre-feu. Les mesures à prendre pourront évoluer en fonction de la situation, mais il est important que la Chambre et le Conseil d'État puissent anticiper. En fin de semaine, l'avis du Conseil d'État et le rapport de la commission de la Santé seront prêts et il n'y aura plus qu'à voter, lundi, en cas de besoin.

Des questions se posent sur le vaccin. Le comité d'éthique sera saisi. Le Conseil de gouvernement n'a pas encore décidé si le vaccin sera obligatoire. «Je ne vais pas plaider en faveur d'une obligation, mais il risque d'y avoir des limitations pour entrer dans d'autres pays. C'est une question de responsabilité personnelle», martèle le Premier ministre.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • jipé le 17.11.2020 13:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La position luxembourgeoise est l’une des plus cohérente d’Europe. Espérons que la courbe s’inverse.

  • Mdr le 17.11.2020 13:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si tout le monde prend ses responsabilités comme il se doit, il est sûre que les cas n’augmentent pas. Bcp de personnes ne font plus attention et ne se sentent plus concernés. Il est simple de tjrs critiquer le gouvernement ou les autres.

  • Pit vun Uespelt le 17.11.2020 13:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas de panique, continuez comme ça. Dans les pays voisin avec des mesures extrêmes les cas explosent. Ces mesures ne servent à rien.

Les derniers commentaires

  • Naty le 18.11.2020 08:49 Report dénoncer ce commentaire

    et pour l'amour de qui vous voulez, arrêtez de dire que porter le masque n'est pas nécessaire. Des groupes sur fb qui parlent en permanence de ça. Mais c'est les mêmes qui pleurent s'il faut fermer les commerces/entreprises. Ca ne sert peut-être à rien mais c'est bien moins dramatique de porter un masque que d'être enfermé pendant 3 mois sans revenu!! Et au moindre signe, ne pas attendre à faire un dépistage. C'est pas compliqué tt de même!! Nous réussirons à survivre à cette pandemie mais uniquement avec le bon sens de toute la population. Bravo Xavier Bettel!!

    • tiboo le 18.11.2020 10:46 Report dénoncer ce commentaire

      pensez vous que tous qui sont positif, n ont pas porter le mask. il n aide pas, il sert juste a calmer les peureux, parce que les media ont creer une enorme peur sur le virus.

  • aidez les le 17.11.2020 21:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    « Une professionnelle de santé, a été interpellée pour avoir organisé sa soirée d'anniversaire, dans la nuit de samedi à dimanche, dans les bois de Semondans,.. »malheureusement parmi les soignantes il y a des soignantes dangereuses maison de retraite certaines refusent de porter leur masque devant les seniors et le gouvernement doit insister auprès des chefs et directeurs pour imposer les masque afin de préserver et les seniors et les employés de potentielles contaminations. Ces personnes aussi ne mettent pas le masque en dehors de leur travail certainement.

  • Quidam le 17.11.2020 20:04 Report dénoncer ce commentaire

    Je propose qu'à la fin de la pandémie, on fasse un jour férié exceptionnel, style Carnaval avec des grands feux de joie pour brûler les masques... Bon courage à toutes et tous.

  • L'argonaute le 17.11.2020 19:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au luxembourg, la seule valeur sûre, c'est le fric. Le reste, c'est du blabla

  • Goerges Lemercier le 17.11.2020 19:17 Report dénoncer ce commentaire

    Comment se voiler la face et faire croire qu'au Luxembourg il y fait bon vivre qu'il y a 20° toute l'année , il suffit d'écouter le 1er ministre .