Coronavirus en France

12 novembre 2020 13:16; Act: 12.11.2020 13:32 Print

Raoult poursuivi par l'Ordre des médecins

Didier Raoult va comparaître devant les instances disciplinaires de l'Ordre des médecins, qui lui reprochent des entorses déontologiques liées à la promotion de l'hydroxychloroquine.

storybild

Didier Raoult est loin de faire l'unanimité parmi ses confrères. (photo: AFP/Christophe Simon)

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis le début de l'épidémie, la défense de l'hydroxychloroquine par Didier Raoult, qui dirige l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection à Marseille, a suscité de nombreuses polémiques dans le monde scientifique, en France et au-delà. Interrogé par l'AFP, le Conseil national de l'Ordre des médecins a confirmé qu'une procédure était en cours à la suite d'une plainte déposée en juillet par la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF).

L'association accusait le médecin de manquement au devoir de confraternité et utilisation de traitements non validés, selon l'hebdomadaire Paris Match, qui a révélé ce nouveau rebondissement dans les polémiques entourant le Pr Raoult et l'hydroxychloroquine.

Simple avertissement? Radiation?

Les poursuites engagées par le conseil de l'Ordre des médecins font suite à cette saisine mais aussi à plusieurs signalements de patients et médecins, a rapporté également le quotidien national Le Parisien-Aujourd'hui en France. Règlementairement, lorsqu'une plainte vise un médecin hospitalier, elle ne peut être transmise aux chambres disciplinaires régionales de l'Ordre qu'après l'accord de ses instances locales, a précisé le Conseil national de l'Ordre des médecins. C'est cette étape qui a été récemment franchie.

«Mi-octobre, le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, réuni en session plénière, a voté pour transmettre cette plainte à la chambre disciplinaire régionale de Provence-Alpes-Côte d'Azur», a indiqué cette même source. Présidée par un magistrat administratif, cette chambre peut décider de sanctions allant d'un simple avertissement à une radiation.

«Le conseil de l’Ordre des médecins n’a rien de mieux à faire?»

Aucun calendrier ni date d'audience n'ont pour l'heure été fixés. «Cela va être long et cela nous amènera sans doute en 2021», a commenté l'Ordre national, en précisant que le délai de traitement de ce genre de plaintes par les chambres disciplinaires de première instance était de dix mois en moyenne. «Tout ça n'est pas du droit, mais de la communication», a réagi de son côté l'avocat du professeur Raoult, Fabrice Di Vizio, estimant que la relaxe de son client serait «une évidence».

«Le conseil de l’Ordre des médecins n’a rien de mieux à faire alors que les médecins manquent de tout?», s'est interrogé l'avocat. Dans un communiqué distinct, il estime aussi que les institutions ordinales «se sont illustrées par leur silence et leur abstention depuis le début de la crise». «L’Ordre joue-t-il encore son rôle principal de corps représentatif des médecins ou est-il devenu un gendarme de la pensée unique?», conclut l'avocat.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nat le 12.11.2020 13:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est l'ordre des médecins qu'il faudrait réformer, ils sont complètement fermés dans les loobies, et leurs idéaux, ils ont montré toutes leurs limites et défaillance dans cette épidémie.

  • Violette le 12.11.2020 18:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au lieu de perdre du temps à lui faire du tort, ils devraient prendre exemple, vu son CV il sait de quoi il parle!

  • WhaleWhisperer le 12.11.2020 14:29 Report dénoncer ce commentaire

    Dans un cas pareil il faut se demander qui a le plus de responsabilité pour d'éventuelles fausses informations médicales/scientifiques: Le professeur lui-même? Ou les médias qui ont relayé ces informations "dissidentes" sans les faire vérifier par des experts?

Les derniers commentaires

  • RomdeRodange le 13.11.2020 14:05 Report dénoncer ce commentaire

    Ce qui m'inquiéte bien plus, c'est que sur le site de l'OMS on trouve une étude publiée le 15/10 dans laquelle 4 médicaments sont cités, comme n'étant pas du tout ou très peu efficaces contre COV19 et que les médias ne parlent que de l'Hydroxyclorochine alors que d'autres médocs utilisés à gogo et commandés pour des milliards d'EUR sont bien plus dangereux et mentionés dans ce document. Malheur à celui qui pourrait se poser des questions...

    • @RomdeRodange le 13.11.2020 17:24 Report dénoncer ce commentaire

      D'où l'intérêt de s'informer hors médias. Et non. Pas malheur à celui qui pourrait se poser des questions....Au contraire! S'intéresser sans parti prit, analyser, comprendre, s'interroger, savoir est la clé de la survie.

  • Lapalisse le 13.11.2020 08:02 Report dénoncer ce commentaire

    Vaccin, rentabilité environ 20 milliards par année ! hydroxychloroquine, peanuts si vous êtes finacier dans le monde du médicament et si vous êtes chef d'état à la solde de ces financiers vous choisissez quoi ? :-) et bien vous venez de trouver la raison de son procès

  • veritis le 13.11.2020 07:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tout ce paie....

  • europeen le 12.11.2020 21:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Forcément il faut laisser de la place aux vaccins

  • Guy le 12.11.2020 19:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    oui le centre qui na pas de service de réanimation et qui transfère ses cas graves au hôpitaux a proximité