Coronavirus

14 septembre 2020 12:43; Act: 14.09.2020 13:45 Print

Silvio Berlusconi est sorti de l'hôpital ce lundi

L'ex-chef du gouvernement italien Berlusconi, hospitalisé depuis le 3 septembre, en raison d'une infection pulmonaire due au Covid-19, est sorti de l'hôpital San Raffaele de Milan.

storybild

L'ex-chef du gouvernement avait été hospitalisé en tant que «patient à risque en raison de son âge et de ses anciennes pathologies». (photo: AFP/Piero Cruciatti)

Sur ce sujet
Une faute?

«Cela a été une épreuve difficile, mais grâce au ciel et aux médecins de San Raffaele, je me suis sorti de cette épreuve, peut-être la plus dangereuse de ma vie», a affirmé M. Berlusconi lors d'une courte allocution à la presse devant l'hôpital. L'ex-chef du gouvernement italien Berlusconi était hospitalisé depuis le 3 septembre en raison d'une infection pulmonaire due au coronavirus. Il est sorti de l'hôpital San Raffaele de Milan ce lundi.

«Merci à tous ceux qui m'ont été proches», a déclaré l'ancien Premier ministre, impeccable en costume-cravate, qui s'est déplacé sans assistance mais avait la voix légèrement enrouée. Le «Cavaliere», qui aura 84 ans le 29 septembre, avait annoncé le 2 septembre, être positif au Covid-19. Trois de ses enfants et sa nouvelle compagne ont également été testés positifs dans les jours suivants.

L'ex-chef du gouvernement avait été hospitalisé en tant que «patient à risque en raison de son âge et de ses anciennes pathologies», dont une intervention à cœur ouvert, avait expliqué le professeur Alberto Zangrillo, chef du département de réanimation de l'hôpital San Raffaele et qui suivait personnellement le magnat des médias.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Injustice le 15.09.2020 09:39 Report dénoncer ce commentaire

    il n'y a décidemment aucun Dieu ni aucune justice qui veillerai sur les bons et qui punirai les mauvais

  • 2mondes le 14.09.2020 13:20 Report dénoncer ce commentaire

    Sérieux quand tu as les sous , tu es presque immortel, grâce à la Suisse

  • citoyen le 15.09.2020 22:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    suis encore une fois censuré car j'ai osé parler de sa petite amie de 30ans

Les derniers commentaires

  • Jean-Claude le 16.09.2020 12:05 Report dénoncer ce commentaire

    Traitement qui a été fait? Secret professionnel parce qu’on ne veut pas faire de la pub avec du HCQ? On ne le saura jamais.

  • citoyen le 15.09.2020 22:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    suis encore une fois censuré car j'ai osé parler de sa petite amie de 30ans

  • citoyen le 15.09.2020 21:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on a du bien lui raccommoder le zgeg car sa petite amie de lage de sa petite petite-fille (30 ans) l'attend pour une nuit torride

  • CrazyD le 15.09.2020 17:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La mauvaise herbe ne crève jamais.

  • Unicorn le 15.09.2020 11:50 Report dénoncer ce commentaire

    D'abord, je suis content qu'il va bien, celui qui a fait partie de cette organisation de P2 qui a fait tant de mal à l'Italie. D'autre part, l'hôpital s'est sans doute démené pour le faire sortir en bonne santé, ce qui n'a surement pas été le cas pour les innombrables anonymes. Mais ce n'est pas la richesse qui est à l'origine. Un hôpital ne peut pas se permettre le décès d'une personne de renommée pour éviter les conséquences économiques de son établissement et de son personnel.