États-Unis/Coronavirus

31 mars 2020 23:12; Act: 01.04.2020 13:51 Print

Un navire-​​hôpital apporte l'espoir aux New-​​yorkais

L'impressionnant USNS Comfort et ses 1 000 lits viennent soulager les hôpitaux de la ville débordés par les malades du Covid-19.

Le bateau accueillera des patients ne souffrant pas du Covid-19.

Sur ce sujet
Une faute?

«Le fait que la marine soit là, que l'armée intervienne pour aider New York à un moment où nous sommes dans le besoin, c'est très important.» Le maire de la ville, Bill de Blasio, avait de la peine à contenir son émotion, lundi, à la mi-journée, quand l'USNS Comfort est entré dans le port de Manhattan.

Les proportions de ce navire militaire, salué par de grands jets d'eau à son arrivée, sont impressionnantes: 272 mètres pour 70 000 tonnes. Doté de 1 000 lits, de douze blocs opératoires et d'un personnel médical de 1 200 personnes, le bâtiment – à l'origine, un pétrolier civil – doit permettre de décharger les hôpitaux new-yorkais de malades ne nécessitant pas de soins liés au coronavirus.

Confinement prolongé

«Cela veut dire que nous ne sommes pas seuls. (...) C'est un symbole d'espoir», a ajouté le maire. Une chose est sûre: le Comfort ne sera pas de trop à Big Apple, qui est devenu l'épicentre de l'épidémie aux États-Unis. «Le virus a un temps d'avance sur nous depuis le premier jour», a reconnu le gouverneur de New York, Andrew Cuomo. Son État comptait à lui seul au moins 67 000 cas confirmés et plus de 1 200 morts. Dans la ville, près de 9 patients sur 10 sont hospitalisés à cause du coronavirus.

L'aggravation de la situation – à New York, mais aussi dans le reste du pays – a poussé le président américain Donald Trump à prolonger jusqu'à fin avril les consignes de confinement et les restrictions visant à ralentir la propagation du coronavirus, plutôt que de les alléger d'ici à Pâques, le 12 avril, comme il l'avait espéré.

(L'essentiel/pga/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.