Coronavirus au Royaume-Uni

22 avril 2020 15:55; Act: 22.04.2020 17:13 Print

Une chanteuse de 17 ans se tue à cause du confinement

Beth Palmer, jeune chanteuse britannique, a mis fin à ses jours récemment. La jeune fille n'a pas supporté le confinement.

Sur ce sujet
Une faute?

Voir cette publication sur Instagram

River - @leonbridgesofficial #cover #instacover #sing #singer #music #musiccover #singingcover #guitar #acoustic #mic #leonbridges #leonbridgescover #rivercover #manchestersinger

Une publication partagée par Bethany Palmer (@bethanyharriett) le

Les psychiatres sont formels, le confinement peut être une expérience traumatisante pour certaines personnes. Le drame qui s'est produit à Manchester, au Royaume-Uni, au début du confinement, tend à le confirmer. Beth Palmer, une talentueuse chanteuse, s'est suicidée à l'âge de 17 ans.

La Britannique était persuadée que le confinement en raison du coronavirus ne s’arrêtait jamais. «Trois mois de confinement pour elle signifiait 300 ans. Elle n'a pas pu finir l'école, elle ne pouvait pas sortir, ni voir ses amis», a expliqué son père, tout en reconnaissant que sa fille souffrait de dépression.

«Elle était notre magnifique jeune fille»

Étudiante à l'Access Creative College, une école d'art à Manchester, la jeune fille se destinait à une carrière de chanteuse. Son père la voyait même «avoir le monde à ses pieds» dans les prochaines années. Beth Palmer, artiste au destin brisé, connaît désormais un petit succès posthume...

Sa dernière interprétation acoustique sur Instagram a été vue plus de 50 000 fois sur le réseau social. Une reconnaissance qui apporte un peu de baume au cœur aux parents dans cette épreuve: «Elle était notre magnifique jeune fille. Elle était drôle et illuminait chaque pièce de sa présence...».

Le père de la jeune fille craint que d’autres d'adolescents ne connaissent le même sort que Beth: «Je pense qu'il y aura d'autres adultes et jeunes vulnérables qui ne supporteront pas cette situation. Des personnes qui ont peur du Covid-19 ou qui n'acceptent pas de voir leur vie changer».

Une cagnotte a été ouverte après la mort de la jeune fille. Plus de 10 000 livres ont déjà été réunies. La famille compte utiliser cet argent pour financer une œuvre de charité au nom de Beth.

(Thomas Holzer/L'essentiel)