Coronavirus en Espagne

18 mars 2020 21:16; Act: 19.03.2020 10:42 Print

Une touriste têtue extirpée de la piscine et menottée

Une Britannique a bravé les consignes de confinement pour aller faire une brasse dans la piscine de son hôtel, lundi, à Tenerife. La réaction policière n'a pas tardé.

Sur ce sujet
Une faute?

Les autorités espagnoles ne rigolent pas avec les consignes de confinement dictées par le gouvernement. Une touriste britannique en a fait l'amère expérience, lundi, à Tenerife (Îles Canaries). Ne résistant pas à l'envie de piquer une tête dans la piscine de son hôtel, la dame a bravé l'interdit. Sous le regard effaré des autres clients sortis sur leur balcon, elle a fait quelques brasses en se plaignant de la situation actuelle.

Rapidement, deux policiers ont accouru au bord du bassin, et l'un d'entre eux s'est déshabillé avant de se jeter à l'eau. Sous les applaudissements et les cris amusés des témoins, les agents ont sorti de force la touriste de l'eau, avant de lui passer les menottes. Un employé de l'hôtel a apporté une serviette à la cliente récalcitrante, avant qu'elle ne soit escortée par les officiers. Tournées par un autre britannique séjournant au Paradise Park Hotel et publiées sur Facebook, ces images ont été vues plusieurs centaines de milliers de fois.

Elle voulait bronzer en paix

Les touristes en mal de soleil semblent décidément donner du fil à retordre aux forces de l'ordre. Dimanche, la police de Palma de Majorque a abordé un groupe de jeunes gens en train de faire bronzette sur une pelouse. Les officiers leur ont fait savoir qu'ils étaient en train d'enfreindre les consignes et leur ont demandé de s'en aller, explique le «Majorca Daily Bulletin». C'est à ce moment-là qu'une jeune femme, faisant partie groupe, s'en est verbalement prise aux agents. Elle a expliqué qu'elle refusait de partir parce qu'elle voulait bronzer et a refusé de présenter ses papiers d'identité. Résultat: elle a été emmenée au poste.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vlad le chocolat le 19.03.2020 09:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le problème, c'est si tu laisse une personne, les autres vont dire: je peux alors moi aussi... et ça en fini pas...

  • LoopingLU le 19.03.2020 08:46 Report dénoncer ce commentaire

    Ca ne rigole pas avec les consignes. Ils ont raison, s'il faut aller aux extrêmes , il le faut. Confinement = maison, point c'est tout. Je ne comprends pas pourquoi, les gens bravent l'interdit.... Ils s'en souviendront de leur envie de bronzer, de nager ....

  • guardia civil le 19.03.2020 23:50 Report dénoncer ce commentaire

    apres des années d un tourisme degueulasse des Britaniques en Espagne, les Espagnols ne les supportent plus, et ils sont pas les derniers pour la fete, mais le manque de respect, la bagarre etc...c est trop. Maintenant c est police et c est tout

Les derniers commentaires

  • Quelque part c'est juste le 20.03.2020 21:01 Report dénoncer ce commentaire

    Où était le danger, dans une eau bourrée de chlore et une piscine vide ? Par contre, à y réfléchir, si les autres y vont aussi, là oui, ça devient dangereux.

  • guardia civil le 19.03.2020 23:50 Report dénoncer ce commentaire

    apres des années d un tourisme degueulasse des Britaniques en Espagne, les Espagnols ne les supportent plus, et ils sont pas les derniers pour la fete, mais le manque de respect, la bagarre etc...c est trop. Maintenant c est police et c est tout

  • Vlad le chocolat le 19.03.2020 09:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le problème, c'est si tu laisse une personne, les autres vont dire: je peux alors moi aussi... et ça en fini pas...

  • John le 19.03.2020 08:59 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo à l'agent qui ne respecte pas les distances de sécurité quand il lui parle à 20 cm du visage à la fin de la vidéo! Si elle n'était pas malade avant, elle risque de l'être par sa faute!

  • LoopingLU le 19.03.2020 08:46 Report dénoncer ce commentaire

    Ca ne rigole pas avec les consignes. Ils ont raison, s'il faut aller aux extrêmes , il le faut. Confinement = maison, point c'est tout. Je ne comprends pas pourquoi, les gens bravent l'interdit.... Ils s'en souviendront de leur envie de bronzer, de nager ....