Essais

17 septembre 2021 07:07; Act: 17.09.2021 11:09 Print

Vaccin dans le nez: clé pour éradiquer le Covid?

Quand le virus infecte une personne, il rentre généralement au niveau du nez. L'idée est de lui fermer la porte d'entrée avec une injection nasale de vaccin.

storybild

En vaccinant au niveau du nez, l'idée est de lutter contre le virus mais aussi contre sa propagation. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Remplacer l'aiguille du vaccin par une injection dans le nez: la clé pour éradiquer le Covid-19? En agissant sur le site initial de l'infection, plusieurs essais semblent prometteurs contre la maladie et sa transmission, même s'ils restent à confirmer chez les humains. Début septembre, l'Inrae et l'université de Tours, en France, ont déposé le brevet d'un candidat vaccin par administration nasale, après des résultats prometteurs sur les animaux.

Selon la responsable de l'équipe de recherche BioMAP, Isabelle Dimier-Poisson, les essais ont montré «100% de survie» sur des souris vaccinées puis infectées par le Covid-19, contre «100% de mortalité» sur des souris non-vaccinées. «Les animaux vaccinés sont protégés à 100% contre les formes symptomatiques et a fortiori les formes graves du virus. Et ils ont très peu de virus donc ils ne sont plus contagieux, c'est un des intérêts de la voie nasale», a aussi souligné Philippe Mauguin, le PDG de l'Inrae.

«Fermer la porte d'entrée au virus»

Comment expliquer ces résultats encourageants? Dans un article paru en juillet dans Science, les chercheurs Frances Lund et Troy Randall rappellent que par rapport aux vaccins intramusculaires, les vaccins intranasaux offrent deux couches de protection supplémentaires. La première, ce sont les IgA, un type d'anticorps qui jouent un rôle crucial dans la fonction immunitaire des muqueuses. La seconde, la création de cellules B et T «mémoires» qui résident dans les muqueuses respiratoires et forment une barrière face à l'infection au niveau de ces zones.

«Quand le virus infecte une personne, il rentre généralement au niveau du nez, l'idée c'est de lui fermer la porte d'entrée», décrypte Nathalie Mielcarek, directrice de recherche à l'Inserm, à la tête d'une équipe à l'Institut Pasteur de Lille, qui travaille sur un vaccin nasal contre la coqueluche. «Avec les vaccins intramusculaires, on arrive à induire une réponse immunitaire au niveau des muqueuses mais pas très longue et pas très forte, c'est plus intéressant d'immuniser au niveau nasal», renchérit Morgane Bomsel, immunologiste, directrice de recherche au CNRS à l'Institut Cochin.

«Éradication complète du virus sur les animaux»

Face au Covid-19, les vaccins actuellement sur le marché protègent fortement contre les cas graves de la maladie, moins contre le risque de transmission. En vaccinant au niveau du nez, l'idée est de lutter contre le virus mais aussi contre sa propagation. «On a moins de virus qui infecte par la suite les poumons donc moins de formes graves puisque la charge virale est moins élevée, et également moins de risques de transmission à d'autres personnes qu'on pourrait croiser», explique Nathalie Mielcarek.

Mais ces vaccins nasaux restent, pour l'essentiel encore à évaluer chez l'humain même si l'un a été déjà été employé aux États-Unis contre la grippe saisonnière. Selon l'OMS, huit vaccins nasaux sont actuellement en cours d'évaluation clinique, c'est-à-dire en test chez l'humain, le plus avancé étant celui développé par un groupement d'universités et entreprise chinois. Plusieurs dizaines de vaccins en sont par ailleurs à des stades précliniques.

«On a essayé plusieurs voies d'administration et on a noté, dans les essais précliniques, que quand l'injection se faisait par voie nasale, on avait une éradication complète du virus sur les animaux», relève Laleh Majlessi, directrice de recherche au sein du laboratoire commun. Autre avantage de cette injection par le nez: elle protège d'une diffusion du virus dans le cerveau.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • lectrice le 17.09.2021 09:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les journalistes se sont bien moqués du Raoult pour l’histoire du VICKS mais finalement il avait raison en disant qu’il fallait faire des tests de produits dans le nez. Ce ne serait plutôt les journalistes les charlatans ?

  • Simple Citoyen le 17.09.2021 09:16 Report dénoncer ce commentaire

    Décidément, on investit beaucoup ce covid. Les maladies graves on s’en fout.

  • anonyme le 17.09.2021 09:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ça suffit maintenant avec le covid et le vaccin. j'en ai assez de tout ça. laisser nous tranquille et vivre comme avant.

Les derniers commentaires

  • veritis le 18.09.2021 14:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    si seulement on pouvait éradiquer la bêtise de la même façon....

  • @@@ le 17.09.2021 20:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et au final ils vont nous dire qu'une pince à linge sur le nez ça suffit

    • Apo Calypse le 17.09.2021 21:26 Report dénoncer ce commentaire

      @@@@ Ah non ! Sinon les antivax n'auraient plus l'argument que Big Pharma s'en met plein les poches.

  • Faty le 17.09.2021 19:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non mais faut arrêter la mascarade s'il vous plaît. Je ne me ferai jamais une chose pareille

  • Leonidas le 17.09.2021 19:31 Report dénoncer ce commentaire

    n'importe quoi !! il faut arrêter de nous prendre pour de cons !!

  • Bzzzz ! le 17.09.2021 19:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Laissez mon nez tranquille, il y a mon bras pour les vaccins !

    • -4 single and 1 double - 6 persons. le 17.09.2021 21:00 Report dénoncer ce commentaire

      Intelligent, vraiment...