«On pense plus au Covid qu'à la rentrée»

«On pense plus au Covid qu'à la rentrée»