Cinéma

07 février 2017 08:57; Act: 07.02.2017 12:49 Print

Jamie Dornan et Dakota Johnson remettent ça

Le film «Cinquante Nuances plus Sombres» («Fifty Shades Darker» en VO), va sortir cette semaine. Au Luxembourg, des séances sont déjà sold out.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Jeux érotiques et relation sado-masochiste faisaient le sel du film «Fifty Shades of Grey», des ingrédients sur lesquels continue à surfer le second volet, «Fifty Shades Darker» («Cinquante nuances plus sombres» en VF), avec toujours Jamie Dornan et Dakota Johnson dans les rôles principaux. Malgré des critiques mitigées (le film a notamment reçu plusieurs «Razzies Awards», qui épinglent les pires films chaque année), le premier volet a récolté 571 millions de dollars de recettes mondiales, des chiffres que le deuxième épisode espère également atteindre.

Celui-ci sort cette semaine (mardi au Luxembourg, vendredi aux États-Unis), juste à temps pour la Saint-Valentin. Au Luxembourg, les séances de 19h VOst et 19h30 VF à Utopolis Kirchberg sont déjà sold out. Réalisé par James Foley qui a succédé à la cinéaste Sam Taylor-Johnson du premier opus, «Fifty Shades Darker» reprend l'histoire où elle s'était arrêtée: le jeune et richissime entrepreneur Christian Grey essaie de reconquérir la jeune Anastasia Steele. Mais des personnes de son passé refont surface.

«J'ai toujours été ouvert d'esprit et libéral»

«On a mis le paquet», a déclaré Jamie Dornan, 34 ans, lors de l'avant-première à Hollywood, la semaine dernière. «Si vous réalisez une suite à quelque chose, je pense que l'histoire doit avancer. Vous devez faire plus gros dans beaucoup de domaines et je pense que ce film ne déroge pas à la règle». Le réalisateur a filmé en même temps «Fifty Shades Darker» et «Fifty Shades Freed» («Cinquante nuances plus claires» en VF), le troisième épisode qui est attendu dans un an en salles.

Malgré les divers accessoires utilisés et les préférences sexuelles de son personnage, Jamie Dornan, père de deux petites filles avec l'actrice anglaise Amelia Warner, insiste sur le fait que son rôle n'a pas modifié sa vie sexuelle. Devenu un vrai sex-symbol dès le premier épisode, il a expliqué au magazine GQ Australie de février ne pas être fan de bondage, tout en soulignant ne pas vouloir porter de jugement sur les adeptes de cette pratique: «J'ai toujours été ouvert d'esprit et libéral, je ne jugerai jamais qui que ce soit en fonction de ses préférences sexuelles».

Rita Ora et Kim Basinger au casting

Universal a sorti une bande-annonce aguichante qui a fait naître beaucoup d'anticipation chez les fans, tactique marketing qui semble payante: le film a provoqué 246 000 nouvelles conversations la semaine passée sur les réseaux sociaux, selon les analystes de la société spécialisée ComScore. C'est 86 000 de plus que le deuxième film le plus discuté la semaine dernière, le prochain épisode de Star Wars, «The Last Jedi».

Plusieurs acteurs dans des seconds rôles font également leur retour dans ce second volet comme Marcia Gray Harden ou la chanteuse britannique Rita Ora. De nouvelles têtes d'affiches les rejoignent, à commencer par Kim Basinger, qui joue une ex de Christian Grey, la femme qui l'a initié au bondage et au sado-masochisme. L'Australienne Bella Heathcote incarne une autre ancienne petite amie, et le Canadien Eric Johnson campe le nouveau patron d'Anastasia.

Dakota Johnson, qui campe la jeune héroïne, a raconté sur NBC qu'elle s'était sentie plus à l'aise cette fois-ci pour filmer les scènes érotiques: «Ce n'est jamais vraiment facile mais, cette fois, ce n'était pas complètement un territoire inconnu, Jamie et moi nous connaissons depuis longtemps maintenant».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.